60 ANS APRES (1958-2018): LES OUTILS PRATIQUES D’UNITE AFRICAINE, DE DEVELOPPEMENT ET DE PAIX EN AFRIQUE DE 2020-2100.

TRAITE DE GOUVERNANCE DU DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE PAR L’UNION AFRICAINE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET SOCIALE.

LE CONTINENT AFRICAIN DEVRA SE DOTER DE SA PROPRE CAPITALE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET DE DEVELOPPEMENT SOCIAL.

Le remplacement de l’O.U.A. (Organisation de l’Unité Africaine) par ll’U.A. (Union Africaine) a été le Projet Majeur initié en 1999 par le Colonel Mouammar Kadhafi, ancien Chef d’Etat de la Libye, assassiné en 2011 au terme de ses 42 ans de Présidence de la Libye.

Le Leader Mouammar Kadhafi, qui a été d’abord panarabiste unioniste au sein de la ligue Arabe et puis panafricaniste unioniste au sein de l’O.U.A., a été un remarquable homme politique libyen moqué par les arabes et adulé par les africains. Sa louable ambition pour l’Unité africaine l’a amené à concevoir et créer l’Institution de l’Union Africaine en remplacement de l’Institution de l’Organisation de l’Unité Africaine. Il a exposé son Projet de remplacement de l’O.U.A. par l’U.A. aux Chefs d’Etats et de Gouvernements Africains lors du Sommet extraordinaire de l’Organisation de l’Unité Africaine qu’il a convoqué et présidé en Libye du 18 AU 19 septembre 1999.

Lors de ce Sommet Extra-ordinaire, le Chef d’Etat Libyen Mouammar Kadhafi a exposé aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’O.U.A.son Projet de remplacer l’Organisation de l’Unité Africaine (O.U.A.) par l’Union Africaine. Au terme de ce Sommet, le Projet de KADHAFI a été adopté et il a été décidé qu’il serait soumis à l’adoption du suivant Sommet Ordinaire de l’O.U.A. qui allait se tenir en 2001 à LUSAKA en ZAMBIE au début de juillet 2001. Le 38ème Sommet ordinaire annuel de l’O.U.A. (qui fut le dernier de l’Organisation de l’Unité Africaine) a été tenu à Lusaka en Zambie du 09 au 10 Juillet 2001. Cette rencontre au Sommet de la Gouvernance Africaine a adopté le Projet de remplacement de l’O.U.A. par l’Union Africaine. Ainsi l’Union Africaine est née et l’O.U.A. est disparue.

L’Union Africaine a été conçue par le Président de la Libye MOUAMMAR KADHAFI en deux volets que voici:

1°- l’Union Africaine volet politique: il s’agit de changement de l’Organisation de l’Unité Africaine (O.U.A.) dans sa continuité;

2°- l’Union Africaine volet économique: il s’agit de la nouveauté et véritable raison du remplacement de l’Organisation de l’Unité Africaine par l’U.A. (Union Africaine).

L’Union Africaine politique est la continuité de l’O.U.A. au sein de la quelle les Hauts Dirigeants Africains se retrouvent incarnés.

L’Union Africaine économique est une nouveauté que les Hauts Dirigeants Africains ont ignorée, qui est restée réservée au créateur de l’Union Africaine MOUAMMAR KADHAFI, initiateur et financier des projets réalisés dans divers Pays Africains par lui. Exemple:

ce fut le cas du vaste projet d’agriculture MALIBYA entrepris et financé par le Président Kadhafi au Mali pour la sécurité alimentaire.

Suite à la disparition du Guide de la Libye Mouammar KADHAFI assassiné en octobre 2011 dans son Pays lors du printemps arabe, l’Union Africaine économique a eu pour effet l’Oubli: ce fut la disparition du 2° volet du Projet adopté par le 38° Sommet de l’O.U.A.

Au lendemain de ce Sommet tenu à Lusaka en Zambie, le journal Le Monde à sa page 4 réservée aux nouvelles de l’international a écrit:

« L’AFRIQUE VEUT PRENDRE EXEMPLE SUR L’EUROPE POUR FAVORISER SON DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE:

l’Organisation de l’Unité Africaine va disparaitre au profit de ‘Union Africaine ». Ainsi, la raison d’être de l’Union Africaine est le Développement Economique de l’Afrique. Les Dirigeants Africains ignorent cet objectif fondamental de l’Institution Panafricaine leur laissée en héritage par M. Kadhafi.

Il est étonnant, incroyable mais vrai: alors que la création de l’Union Africaine ouvrait la porte à l’Afrique pour avoir la main sur l’Economie Africaine, les Dirigeants Africains ont préféré ignorer le volet économique de l’U.A. ET S’enfermer dans le volet politique U.A.
Le volet politique de l’Union Africaine est la continuité de l’ancienne O.U.A. Les Dirigeants Africains sont toujours attachés à l’O.U.A.

D’où le fait que certains d’entre eux en 2017 ont manifesté dans les réseaux sociaux leur opinion en faveur de la Réforme de l’Union Africaine. A l’appui de cette opinion, certains intellectuels africains panafricanistes ont mené des débats sur le sujet dans les médias.

Et puis, comme d’habitude concernant des sujets difficiles en Afrique, le thème est tombé dans l’oubli et l’on y pense plus aujourd’hui.

Pour ma part, j’ai retenu l’importance de cette opinion pour revenir proposer non pas la Réforme, mais la Rénovation de l’U.A.

La Rénovation que je propose passe par le sortir de l’oubli le volet Union Africaine Economique adopté par le 38° Sommet de l’O.U.A. à Lusaka en Zambie le 10 juillet 2001 et ausitot oublié par les Dirigeants Africains. Ceux-ci ont ainsi passé à coté de l’essentiel: ils ont ignoré la substance du Projet de remplacement de l’O.U.A. leur proposé par son initiateur en la personne du colonel M.Kadhafi et par eux memes accepté à l’issue du Sommet exrtra-ordinaire de SYRTHE auquel le Guide de la Libye, M.Kadhafi les avaient convoqués en septembre 1999. La substance essentielle dont il est le cas est le volet: »Union Africaine Economique, Financière et Sociale ». Une fois que ce volet est inexistant, l’Afrique reste, comme c’est le cas depuis toujours, privée de la capacité de maitrise de son Développement.

L’Union Africaine politique a sa Capitale: la Capitale de l’Union Africaine est Addis-Abéba en Ethiopie. L’Union Africaine économique, financière et de développement social panafricain doit être recréée. Je voudrais proposer de créer la Capitale de l’Union Africaine pour le Développement Economique de l’Afrique, Le Financement des Investissements en Afrique et le Développement social des Peuples Africains au site de KIGALI-MUHANGA au Rwanda.

Il s’agit du Site situé sur le territoire rwandais compris entre la rivière Nyabarongo et l’ancienne Capitale de la Monarchie du Rwanda Nyanza. Ce Site à élever au rang de Capitale Panafricaine de l’Economie, de la Finance et du Développement Social du Continent Africain est un lieu prédestiné à l’heureux avenir de Nouvelle Grande Ville, 2ème Capitale de l’Afrique, la première Capitale de l’Afrique étant Addis-Abéba en Ethiopie, élue Capitale de l’O.U.A. en 1963 et puis Capitale de l’Union Africaine dès son adoption en remplacement de l’O.U.A. en 2001. Il y a lieu de se rappeler que l’usage de deux Capitales, la Capitale Politique et la Capitale Economique, est une pratique habituelle dans les Pays Africains. C’est le cas de l’Afrique du Sud: la Capitale Politique Pretoria et la Capitale Economique Johannesburg; c’est le cas du Nigéri: Lagos pour Capitale Economique et Abuja pour Capitale Politique; c’est le cas en Cote d’Ivoire: Yamoussoukro pour Capitale Politique et Abidjan pour Capitale Economique; c’en est également le cas au Cameroun: Yaounde pour Capitale Politique et Douala Pour Capitale Economique; c’est le cas en prévision de la Tanzanie:la Ville de Dodoma avait été destinée à devenir la Capitale Politique tandis que Dar-Es- Salam serait Capitale Economique.

Je propose d’envisager de continuer à destiner Addis-Abéba en Ethiopie au rôle de Capitale de l’Union Africaine Politique. je suggère d’entreprendre la construction de la Capitale de l’Union Africaine Economique, Financière et de Développement Social de toute l’Afrique à KIGALI-MUHANGA au Rwanda, Ville Internationale en charge d’être la 2ème Capitale du Continent:CAPITALE ECONOMIQUE.

Le Développement Economique, Financi et Social est une guerre contre le Sous-développement, contre la régression et pour le Progrès du Continent et des Peuples Africains. Pour la gestion de toute guerre, y comprise pour la guerre de Développement, il faut un Quartier Général, d’où la présente proposition de doter le Continent Africain, d’une Capitale Economique, en l’occurrence la construction de la Métropole de KIGALI-MUHANGA au RWANDA. Pour la gestion de la guerre de Développement du Continent Africain,
il faut un Etat Major, d’où la présente proposition de sortir de l’oubli et promouvoir au rang d’acteur majeur le volet de l’Union Africaine Economique, Financière et Sociale, qui devrait assurer la maîtrise du Développement économique, financier et social de l’Afrique.

Tout Pays Africain pourrait être candidat à l’accueil de la Nouvelle Ville Africaine devant devenir la Capitale panafricaine de l’Economie, la Finance et le Développement Social de l’Afrique. Le choix de proposer le Rwanda pour cet accueil m’a été inspiré par le fait de l’atout de ce Pays des mille collines d’être au Centre du Continent Africain: le Rwanda en effet se situe à équidistance entre Matadi au bord de l’Océan Atlantique à l’Ouest de l’Afrique et Dar-Es-Salam au bord de l’Océan Indien à l’Est de l’Afrique, le Rwanda d’autre part se situe à équidistance (au milieu de la verticale) entre le Cap de Bonne Espérance en Afrique du Sud et les Abords de la Mer Méditerranée en Afrique du Nord. A cause de cette Position Géographique, le Rwanda fut baptisé « PAYS AU COEUR ET CARREFOUR D’AFRIQUE ». C’est un atout extra-ordinaire dont jouit le Rwanda appelé à abriter la 2° Capitale de l’Afrique: LA CAPITALE ECONOMIQUE.

D’autre part, le choix et la proposition de KIGALI-MUHANGA pour CAPITALE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET DE DEVELOPPEMENT SOCIAL DE L’AFRIQUE m’ont été inspirés par le fait que ce Site territorial se situe à la Source du Nil: » UBI EST CAPUT NILI, IBI EDIFICANDO EST ECONOMICUS CAPUT AFRICAE  » = « C’EST DANS LE PAYS OU SE TROUVE LA SOURCE DU NIL QUE DEVRAIT ETRE CONSTRUITE LA CAPITALE ECONOMIQUE DE L’AFRIQUE ». Voilà donc les deux principes et prises en considération qui m’ont dicté le double choix et la double proposition: le choix du Rwanda pour Pays destiné à devenir le Pays d’accueil de la 2° future Capitale de l’Afrique, ainsi que le choix du Site à aménager pour construire la Capitale Panafricaine Economique, Financière et Sociale: KIGALI-MUHANGA, A LA SOURCE DU NIL.

La construction de la 2ème Capitale de l’Afrique, la Capitale Panafricaine KIGALI-MUHANGA au RWANDA, pourrait être réalisée en 3 ans, à l’exemple de la construction de la Capitale du BRESIL, BRASILIA, qui a été réalisée en 3 ans: de 1956 à 1959. Plus proche, il y a l’exemple de l’actuelle construction de la nouvelle Capitale de l’EGYPTE, LE CAIRE 2.Cette construction en cours était prévue en 6 mois.

Elle a été mise en chantiers au début de la présente année 2018. D’après les dernières informations, cette construction en est au stade de finitions. La Capitale nouvelle de l’Egypte, LE CAIRE 2, sera mise en fonctionnement dès l’année 2019. Je formule la proposition que la mise en chantiers de la Capitale Economique, Financière et Sociale de l’Union Africaine de l’Economie, la Finance et le Développement Social de l’Afrique à KIGALI-MUHANGA au RWANDA soit mise en chantiers en 2019 pour se terminer après 3 ans, soit en 2021. La capitale Economique Panafricaine KIGALI-MUHANGA est l’un des Outils pratiques de création de l’Unité Africaine, du Développement du Continent Africain et de la Paix en Afrique sur le prochain parcours 2020-2100 de l’Afrique des Indépendances.

Le financement de la construction de la nouvelle Capitale Egyptienne LE CAIRE II est estimé à 40 MILLIARDS D’EUROS. Le financement de la construction de la 2° Capitale du Continent Africain KIGALI-MUHANGA en 2019-2021 pourrait être 5 fois celui du
LE CAIRE II, soit 200 MILLIARDS D’EUROS, dont les sources négociables seraient l’Enveloppe Afrique du P.N.U.D; (Programme des Nations Unies pour le Développement), l’Union Européenne, la Banque Mondiale, et d’autres Bailleurs de Fonds de partout ailleurs.

La Métropole Panafricaine Kigali-Muhanga, Capitale de l’Economie, de la Finance et du Développement Social de l’Afrique serait l’équivalente de Genève et Zurich en Suisse; l’équivalente de Francfort (Capitale de la monnaie européenne unique:l’EURO),
de Luxembourg (Capitale des investissements en Europe) et de la City de Londres (Capitale de la Finance au Royaume Unie, dans l’Empire Britannique et en Union Européenne); l’équivalente de Shanghai (Capitale économique de la Chine) et Hong Kong (Capitale
de la Finance en Chine et en Asie), l’équivalente de Washington (Capitale de la Banque Mondiale et du Fond Monétaire International).

Dans la perspective de réelle Capitale de l’Economie, la Finance et le Développement Social du Continent Africain,KIGALI-MUHANGA sera le Centre des Décisions concernant les Pays et le Continent Africains et portant sur le Destin de l’Afrique et des Peuples Africains.

L’Union Africaine Economique, Financière et Sociale est la raison d’être du projet de remplacement de l’O.U.A. par l’U.A. Mais ce volet fondamental de l’Union Africaine a été aussitôt adopté, aussitôt ignoré et oublié. C’est depuis 17 ans que ce volet principal de l’U.A. a été rejetté dans les oubliettes. Les Dirigeants Africains qui ont signé le remplacement de de l’O.U.A. par l’U.A. et les Dirigeants Africains nouveaux ont retenu le volet Union Africaine Politique et oublié le volet Union Africaine Economique, Financière et Sociale. Cet Oubli a pour signification que personne ne veut le Développement africain en partage sous la gestion commune en unité Africaine.

L’Unité Africaine, le Développement et le Progrès de l’Afrique, la Paix en Afrique sont des slogans que l’on chante, mais dont personne ne veut payer le prix: l’Unité Africaine exige que chacun renonce à une partie du précieux sésame qu’est la Souveraineté Nationale; le Développement et le Progrès en partage exigent que tous les Pays et Etats Africains se coalisent en véritable « Union de Partage », mais la pauvreté, la misère et l’égoisme, auxquels s’ajoute l’actualité de la corruption,sont des obstacles majeurs et dissuasifs contre le Partage.

Quand à la Paix , tout le monde observe que le Continent Africain est condamné à l’instabilité et aux violences internes et externes. Tout Pays Africain (surtout les pays de dictatures africaines), qu’il le veuille ou pas, est un laboratoire de rebellions armées et violentes. Les Peuples Africains, au terme de 60 ans d’indépendances en faillites, sont frustrés et en colère. Les rebelles sont salués en sauveurs. D’où le risque que l’Afrique soit considérée le Continent d’instabilité permanente, incapable de se pacifier, de se développer et de s’unir. En d’autres termes, un Continent où les aspirations à la Paix, au Développement et à l’Unité sont des idéaux romantiques, irréalisabbles.

Tous les pays africains dans la tourmente de la pauvreté et la misère, du désoeuvrement et du dénuement, de la faim et des famines, de la peur et de la déséspérance des populations malmenées par leurs dirigeants sont des bombes à retardement des conflits armés d’autodestruction africaine, d’autodeshumanisation africaine, d’autocolonisation africaine. C’est surtout le cas des dictatures africaines.

Une des formes d’autodestruction est l’actuelle fuite en masses des populations africaines pour chercher refuge ailleurs, notamment en Europe. C’est la ruée de jeunes et moins jeunes, d’enfants et d’adultes poussés à s’enfuir pour abandonner leur Continent sans Avenir.

Oui: des milliers et bientôt des millions d’africains sans espoir quittent leurs pays et l’Afrique pour chercher la vie en dignité ailleurs. En bientôt 60 ans d’indépendances africaines (1960-2020), l’Afrique a perdu tous les espoirs et aspirations qu’elle nourrissait lors de l’accès aux indépendances en 1960: elle a perdu les valeurs de personnalité africaine, de conscience africaine, de dignité africaine, de solidarité africaine; elle a perdu la voie de l’émancipation africaine et de l’épanouissement des populations africaines; elle est en régression.

Dans le rapport élaboré par les experts européens en 2005 et dont les extraits ont été publiés par l’hebdomadaire belge Le Vif-L’Express du 15 juillet 2005 au sujet de la sécurité dans le monde d’avenir, le Sous Développement de l’Afrique est défini « Bombe à retardement du terrorisme international ». Or, ce à quoi est aboutie l’Afrique après bientôt 6 décennies d’indépendances est le Sous Développement, lisible dans la fuite des milliers et bientôt des millions d’africains qui à tout prix, y comprise la perte de leur vie, fuient l’Enfer d’Afrique.

Face à l’Afrique devenue Enfer et sans Avenir pour les Populations Africaines, les Dirigeants Africains sont en Démission sur tous les Fronts, sur tous les plans et à tous les niveaux. Dans le Monde des Rapports de Forces et de Défis, l’Afrique est perdante et est perdue.
Il faut arrêter ce désastre et redresser l’Afrique pour la remettre debout et en marche en vue de l’émancipation du Continent Africain et de l’épanouissement des Peuples Africains. Voilà à quoi se sont engagés les Chefs d’Etat et de Gouvernement Africains lorsque ils ont signé, suite à la proposition du Chef d’Etat de la Libye Mouammar Kadhafi formulée et acceptée à Syrthe en libye en septembre 1999, la Charte de création de l’Union Africaine.

La Convention signée par les Chefs d’Etat et de Gouvernement Africains à Lusaka en Zambie le 10 juillet 2001 à l’issue du 38°Sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine (O.U.A.) comportait deux volets:

1°- le volet politique: l’Union Africaine politique qui de fait consistait en changement dans la continuité de l’O.U.A.,

2°- le volet économique: l’Union Africaine économique, financière et de Développement social du Continent Africain. Ce volet, aussitôt signé a été aussitôt oublié, alors qu’il constituait la véritable raison d’être du remplacement de l’O.U.A. par l’Union Africaine. 17 ans après la signature de la création de l’Union Africaine,le volet principal de la Convention est dans l’Oubli:en clair, ce volet n’existe plus.

A QUI LA LA FAUTE? Observateur, je constate que les Chefs d’Etat et de Gouvernement Africains sont tombés dans le piège contre lequel ils ont été prévenus par l’O.N.U. (Organisation des Nations Unies), Marraine de l’Union Africaine. L’envoyé spécial du journal Le Monde,auteur de l’article intitulé: »L’AFRIQUE VEUT PRENDRE EXEMPLE SUR L’EUROPE POUR FAVORISER SON DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE:L’ORGANISATION DE L’UNITE AFRICAINE VA DISPARAITRE AU PROFIT DE L’UNION AFRICAINE », article publié à la page 4 réservée aux évènements internationaux, en l’occurrence à l’évènement de création de l’Union Africaine à Lusaka en Zambie le 10.07.2001, écrit: »Invité au sommet de Lusaka, le Secrétaire Général de l’O.N.U., Kofi Annan, a prévenu que « le projet de l’Union Africaine demandera des qualités de dirigeants, du courage et de la volonté pour se dégager du passé…..A moins que ce projet ne soit suivi d’une rare détermination par vous, les Chefs d’Etat Africains du XXI° siècle, il n’aboutira pas ». Quatre ans après la signature de
création de l’Union Africaine à Lusaka en Zambie, le panafricaniste Professeur Mwayila Tshiyembe a publié dans le Bimensuel du Le Monde Diplomatique de février-mars 2005 l’intitulé: »Difficile gestation de l’Union Africaine ». En avant propos introductif de l’article, le Professeur se pose une question de fond. Il écrit: »L’Union Africaine a remplacé,en juillet 2001, la décevante Organisation de l’Unité Africaine. Nouvelle étape dans l’Histoire du Panafricanisme, l’Union saura-t-elle relever les graves défis continentaux? ».Plus loin l’auteur de l’article affirme: »Il est donc impératif de clarifier la nature de l’Union Africaine Politique et Economique, à fin d’éviter le piège de l’O.U.A bis ». En observateur attentif, j’ai saisi cet appel à distinguer l’Union Africaine Politique de l’Union Africaine Economique.
Cet avis du Professeur M.Tshiyembe a retenu mon attention. Ainsi, j’en suis venu à observer que l’initiateur et créateur de l’Union Africaine, le Président Libyen Mouammar Kadhafi avait conçu et proposé ce Projet à ses Homologues Africains qui l’ont adopté en deux volets: 1°-le volet Union Africaine Politique qui s’identifie dans l’opération de changement dans la continuité de l’O.U.A.,

3°- Le volet Union Africaine Economique, Financier et de Développement Social qui constituait la nouveauté et la raison d’être du remplacement de l’Organisation de l’Unité Africaine par l’Union Africaine. Ce 2° volet a été jeté dans l’Oubli.

POURQUOI CE VOLET FONDAMENTAL A-T-IL ETE OBLIE PAR CEUX QUI L’ONT ADOPTE ET SIGNE? La réponse est tabou………..

Le Projet de l’Union Africaine Economique (accepté sous la proposition du Leader Mouammar KADHAFI à Syrthe en Libye en septembre 1999 et signé à Lusaka en Zambie à l’issue du Sommet de l’O.U.A. qui par ceet Acte a créé l’Union Africaine) a été tout simplement filée sous les tapis de l’oubli dans un coin des oubliettes. L’Union Africaine Politique est simple: c’est la continuité de l’OUA.

L’O.U.A. c’était simple: ce sont des Sommets des Chefs d’Etats et de Gouvernements Africains pour le concours des discours solennels.

Les Sommets, hier de l’O.U.A. et aujourd’hui de l’Union Africaine, sont comparables aux défilés de mode à l’africaine, d’où la lassitude.

L’Union Africaine Economique est une nouveauté, donc un Défi. Or l’Afrique est mal à l’aise avec les défis: elle est face à mille défis, mais au cours de ses 60 ans d’indépendances africaines fragiles et fragilisables, l’Afrique n’a jamais relevé un seul défi. Les défis auxquels l’Afrique est amenée à faire face sont des patates chaudes qu’elle laisse entre les mains de son voisin l’Europe (tel est le cas de la crise migratoire des milliers de jeunes et moins jeunes africains vers l’Europe), ou elle les contourne en laissant croire qu’elle s’en occupe alors qu’elle les a abandonnés ( c’est le ca du Projet d’Unité Africaine dont en réalité aucun Dirigeant ne veut mais qui plane toujours en l’air), ou subtilement elle les laisse pourrir dans les oubliettes (c’est le présent cas du volet Union Africaine Economique).

La remise en lumière de l’Union africaine Economique,Financière et de Développement Social du Continent Africain exige que soit défini le rôle qu’Elle est appelée à jouer pour créer les conditions de Progrès et d’Emancipation du Continent Africain en 2020-2100.

L’Union Africaine Economique, Financière et de Développement Social doit être transformée en SOCIETE GENERALE PANAFRICAINE D’ENTREPRISES ECONOMIQUES DE DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE structurée sur la TRICEPHALIE ainsi formée:

1°- L’INSTITUTION: l’Union Africaine Economique, Financière et Sociale transformée en Société Générale de Développement Africain;

2°- LA GOUVERNANCE: LE COMITE DE GESTION ECONOMIQUE DU DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUEAU XXI° SIECLE (COGEDA XXI);

3°- L’ADRESSE: LA CAPITALE PANAFRICAINE DE KIGALI-MUHANGA AU RWANDA, AU CENTRE DE L’AFRIQUE ET A LA SOURCE DU NIL.

L’Institution de Union Africaine Economique,Financière et de Développement Social du Continent Africain a été adopté pour être au service du Progrès et du mieux être des Populations Africaines en Afrique et dans le Monde. La seule façon ouverte à cette Institution Africaine est d’être une Société Economique Générale oeuvrant dans la gestion, promotion et contrôle de l’Economie, la Finance et financement, la production et le commerce interafricain et international de tous les biens produits au Continent Africain.

La Gouvernance de la Société Générale Panafricaine et Economiques de Développement de l’Afrique sera composée des représentants techniques de haute formation et de grande expérience dans les domaines les plus variés du Développement Africain.

Ce seront les Commissaires représentant chacun son Pays-Etat, autant dire aujourd’hui 54 COMMISSAIRES du rang d’AMBASSADEURS formant le COGEDA XXI (COMITE D’ORGANISATION DE LA GESTION ECONOMIQUE DU DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE AU XXI° SIECLE).

Les Commissaires membres du COGEDA seront nommés chacun à ce poste par le gouvernement de son Pays et confirmé par l’Assemblée Générale (le Sommet) de l’Union Africaine Politique. Le Président de la Commission de l’Union Africaine Politique sera également Président du COGEDA, servant ainsi de lien-rouage entre l’Union Africaine Politique dont le siège est établi à ADDIS-ABEBA en ETHIOPIE et l’Union Africaine Economique, Financière et de Développement Social dont le siège sera établi à Kigali-Muhanga au Rwanda. Ainsi donc les deux volets de l’Union Africaine sont une Institution bicéphale qui doivent fonctionner en harmonie de représentation politique qui revient à l’Union Africaine Politique basée dans la Capitale Addis-Abéba en Ethiopie et de représentation Economique, Financière et Social qui revient à l’Union Africaine Economique et de Développement Social basée à Kigali-Muhanga, 2°Capitale d’Afrique au Rwanda.

KIGALI-MUHANGA AU RWANDA est une Ville-Métropole à construire au Centre de l’Afrique. Pour formuler cette proposition, j’ai retenu le critère de la centralité du Site par rapport à l’ensemble du Continent Africain dont le Développement est perçu sous l’angle
du ruissellement du Sommet à la Base et de la Centralité Africaine au Nord, au Sud, à l’Est et à l’Ouest du Continent Africain). Le Rwanda Pays des mille Collines est aussi Pays de Centralité de toute l’Afrique au titre de « COEUR ET CARREFOUR D’AFRIQUE ». Le deuxième critère qui m’inspire d’estimer que la 2° capitale de l’Afrique, qui sera la Capitale de l’Economie, la Finance et le Développement Social de l’ensemble du Continent Africain, mérite d’être construit à KIGALI-MUHANGA AU RWANDA est le fait géo-historique de la Source du Nil: »UBI CAPUT NILI EST, IBI EDIFICANDO EST ECONOMICUS CAPUT AFRICAE : LA OU SE TROUVE LA SOURCE DU NIL, C’EST LA QU’IL FAUDRAIT CONSTRUIRE LA CAPITALE ECONOMIQUE,FINANCIERE ET DE DEVELOPPEMENT SOCIAL DU CONTINENT AFRICAIN ».

La construction de la Capitale Panafricaine Kigali-Muhanga peut advenir n’importe quand à l’avenir, le mieux étant le plus prochainement possible. Peu importe les circonstances, le mieux et le plus prochainement possible que j’ai retenu dans l’immédiat
est au cours des prochaines années 2019-2021, car c’est dès que l’Union Africaine Economique, Financière et Sociale est mise en lumière pour être mise au service du Développement de l’Afrique. Il y a des échéances africaines dont il faut tenir compte de l’urgence:

1°- En 2020: l’année 2020 est celle de fin du cycle des 60 ans d’indépendances africaines mal parties et abouties à la faillite humaine et globale deshumanisante. L’année 2020 marquera la frontière entre le cycle passé des 60 ans et le cycle d’avenir des 80 années (2020-2100) de nouveaux espoirs de redressement de l’Afrique et d’espérance des Populations Africaines déçues par le passé.

L’année 2021 sera le moment de nouveau départ. Il est souhaité que ce départ soit le meilleur possible pour le Continent Africain qui au terme du nouveau cycle 2020-2100 devrait avoir conquis l’Emancipation de l’Afrique et l’Epanouissement de ses Peuples.

2°- En 2030:LE MODELE DE DEVELOPPEMENT AFRICAIN: l’économiste français Jean Joseph Boillot, auteur du livre « CHININDIAFRIQUE » est d’avis que l’Afrique en 2030 aura son propre modèle de développement qui la projettera dans le cercle de la Chine et de l’Inde pour former le groupe économique international « puissant », qui remplacera le groupe des BRICS (Brésil,Russie, Chine, Inde, Afrique du Sud). Les Analystes économistes, parmi lesquels Jean Joseph Boillot, pensent que les BRICS disparaitront d’ici peu. Pour jean Joseph Boillot les nouveaux émergents seront: la Chine et l’Inde et surtout toute l’Afrique. Elles formeront à 3 la CHININDIAFRIQUE.

LA TRICEPHALIE, composée de lnstitution de la Société Economique Générale de Développement de l’Afrique, du COGEDA XXI et de la DYNAMIQUE DE LA CAPITALE ECONOMIQUE PANAFRICAINE KIGALI-MUHANGA, devrait à cette échéance avoir créé une approche de Modèle de Développement Economique Africain au service du Progrès du Continent Africain et de l’Emancipation de l’Afrique.

L’économiste Thierry Tan, surnommé le Prophète du Développement Economique de Côte d’Ivoire et d’Afrique, démontre que la Côte d’Ivoire comme tout autre Pays Africain et le Continent Africain peuvent se doter de l’industrie productive performante en commençant par l’utilisation des produits africains locaux pour matières premières, tels que le manioc, noix de coco, ananas….

D’après Thierry Tan, tout Pays Africain a des produits naturels industrialisables. Et d’ajouter que la différence entre les Pays Asiatiques émergents en matière de développement et les Pays Africains en sous développement est que: » l’Asie n’a pas de matières premières mais transforme tout, tandis que l’Afrique a toutes sortes de matières premières mais ne transforme rien ».

Ces deux économistes m’ont inspiré pour la formulation de ce Traité:Oui, l’Afrique peut avoir son Modèle, d’après l’économiste Jean Joseph Boillot et sur base de la ci-haut exposée théorie de la TRICEPHALIE. Oui: l’Afrique peut se développer et conquérir le niveau élevé d’Emancipation du Continent et d’Epanouissement des Pauples Africains, à l’exemple de l’Asie.

3°- EN 2050: Le Continent Africain qui était peuplé de 250 Millions d’africains et africaines en 1960 (à l’époque de l’accession aux indépendances africaines) est peuplé aujourd’hui (environ 60 ans après:1960-2020) par 1,2 Milliards d’africains et africaines.

Ces populations africaines seront 2 milliards d’habitants et habitantes d’ici une génération, soit une augmentation démographique africaine de 800.000 personnes au cours des prochaines 31,5 ans (2018-2050) d’ici mi Siècle: en 2050. C’est une échéance qui exigera que la TRICEPHALIE (l’Institution de la Société Générale de Développement de l’Afrique ou l’Union Africaine Economique, Financière et de Développement Social, la GOUVERNANCE DU COGEDA, et la CAPITALE ECONOMIQUE PANAFRICAINE DE KIGALI- MUHANGA) puisse avoir réussi à élever le Continent et les Peuples Africains au stade de Développement et Progrès considérables.

4°- EN 2063: cette année marquera la fin de 50 ans de l’Agenda 2013-2063 de l’Union Africaine Politique. Il s’agit de l’Agenda de Développement Economique de l’Afrique au cours des 50 ans 2013-2063. Le présent Traité s’inscrit dans cet AGENDA 2063 en cours.

A cette échéance, la TRICEPHALIE aura à faire l’évaluation de son apport aux effort de réalisation du Développement par l’Agenda.

5° EN 2080: L’Afrique aura doublé les années d’indépendances, passant de 1960-2020 à 2020-2080, soit 120 ans d’indépendances.

La première époque des indépendances africaines (1960-2020) s’achève sur le constat de faillite humaine et globale déhumanisante.

Qu’en sera-t-il de la deuxième époque (2020-2080) qui aura pour l’un des acteurs la TRICEPHALIE? C’est en effet pour contribuer aux efforts de réussite de cette deuxième époque des indépendances africaines 2020-2080 que l’institution de l’Union Africaine Economique, Financière et de Développement Social vient d’être tiré hors des oubliettes pour faire partie de la TRICEPHALIE.

D’après la présente vision, l’époque des prochaines 60 ans d’indépendances africaines 2020-2080 devrait être marquée par la réussite qui devrait être possible grâce à la dynamique créative de l’Institution de U.A.E. (Union Africaine Economique), de la Gouvernance du COGEDA XXI, et de la CAPITALE ECONOMIQUE PANAFRICAINE KIGALI-MUHANGA. C’est une Dynamique de Réussite.

6°- EN 2100: d’après les récentes prévisions statistiques de l’augmentation démographique africaine attendue à la fin du XXI° Siècle, le Continent Africain sera peuplé en 2100 par 4,3 Milliards d’africains et africaines,, soit plus que le double des populations africaines (2 milliards) en 2050. Il faudrait qu’à l’époque de fin de siècle XXI° les populations africaines, soit 4,3 Milliards, soient en situation de jouir du mieux être et de l’Epanouissement au même titre voire plus que 50 ans auparavant: plus qu’en 2050.

Pour cela, les efforts de performance et efficacité à déployer par la TRICEPHALIE devront être permanents au long de 2020-2100, ce qui veut dire que l’Institution de l’Union Africaine Economique, Financière et de Développement Social de l’Afrique, que la Gouvernance du Comité de Gestion du Développement de l’Afrique au XXI° Siècle et que la Capitale Economique Panafricaine Kigali-Muhanga (toutes trois Entités qui forment la TRICEPHALIE) seront en action dynamique et constructive en 2020-2100.

Cette prochaine époque de 80 ans devrait être celle de relever le Défi de mettre Debout et en Marche le Continent Africain pour le faire exister au même pied d’Egalité et à armes égales avec les autres Deux Majeures Composantes de l’Humanité (qui font bloc) en triangularité au tour de la Planète: la Composante de l’Occident, la Composante de l’Orient, la Composante de l’Afrique. Il s’agit de tout faire pour mettre le Continent africain en capacités d’être à la hauteur des mêmes chances et de sasir les mêmes opportunités que ses Concurrents (qui sont l’Occident et l’Orient), pour l’Emancipation de l’Afrique et le mieux être de ses Peuples.

Cet avenir du Continent Africain et des Peuples Africains est possible à la condition que la TRICEPHALIE en soit la clé. iL s’agit de la clé composée de:

1°- l’Institution de l’Union Africaine Economique, Financière et de Développement Social à convertir en Société Générale de Développement de l’Afrique, 2°- la Gouvernance Panafricaine du Développement de l’Economie Africaine consistant en COGEDA XXI (Comité d’Organisation de la Gestion Economique du Développement de l’Afrique au XXI° Siècle) et 3°- de la Capitale Economique Panafricaine de Kigali-Muhanga à construire au Rwanda, Pays Prédestiné à être désigné pour abriter la Capitale de l’Unité Economique Africaine par le double fait que voici:

1°-le Rwanda est le Coeur et Carrefour d’Afrique, il est donc le Centre géographique de l’Afrique; le Rwanda jouit de l’avantage de la Centralité géographique continental, ce qui en fait la prédestination pour la 2° Capitale de l’Afrique;

2°- le Rwanda est le Pays de la Source du Nil. Il est affirmé dans la mémoire historique que » UBI CAPUT NILI EST, IBI EDIFICANDO EST ECONOMICUS CAPUT AFRICAE = LA OU SE TROUVE LA SOURCE DU NIL, C’EST LA QUE SERA CONSTRUITE LA CAPITALE ECONOMIQUE DE L’AFRIQUE ». Voilà donc les deux faits de prédestination du Rwanda à jouer à l’avenir le rôle de Pays de Capitale de l’Unité Africaine.

En effet, aussi longtemps que l’on aura pas d’ombre de la Capitale de l’Unité Africaine, cet objectif d’Unité qui en est à sa 60ème année (1958-2018) depuis qu’il a été lancé à l’issue du 7° Congrès du Panafricanisme à Accra au Ghana, il n’y aura jamais l’Unité Africaine.
Grâce à sa prédestination, le Rwanda est une chance pour l’Afrique, et vice versa l’Afrique est une chance pour le Rwanda. En 1991, le recensement de la Population Rwandaise démontrait que ce Pays des Mille Collines était peuplé par 7,150 Millions d’habitants;
27 ans plus tard, c’est à dire aujourd’hui en 2018, le Rwanda a une Population de 12 Millions d’habitants, la prévision de croissance démographique rwandaise indique que d’ici 2050 la Population Rwandaise comptera 22 Millions d’habitants. Or, la construction de la Capitale Economique Panafricaine KIGALI-MUHANGA sera au cours des prochaines années la plus Grande Entreprise Economique donneuse d’emplois directs, indirects et dérivés. En 2050, le Rwanda jouira du Plein Emploi et du Grand Progrès au Coeur de l’Afrique.

Il en sera de même concernant le Progrès Economique et Social en toute l’Afrique, grâce à la Dynamique créative de la TRICEPHALIE.

RUKIRA ISIDORE JEAN BAPTISTE
Editorialiste Afrique
le 15-08-2018

Loading...

LEAVE A REPLY