Agression d’un jeune rwandais dans le métro bruxellois

Ce samedi 28 juillet 2012, Jules M., un jeune rwandais de 22 ans s’est fait agresser dans le métro bruxellois à hauteur d’Arts Loi, par des « combattants » congolais qui revenaient d’une manifestation devant l’ambassade du Rwanda à Bruxelles et qui avait pour but de dénoncer les violences qui secouent l’Est de la RDC depuis qu’une nouvelle rébellion, le M23, soutenue par le Rwanda selon l’ONU, a pris les armes au début du mois d’avril 2012.

Vers 20h, alors qu’il se trouvait dans le métro Stockel-Gare de l’Ouest, un groupe d’une dizaine de combattants « en treillis militaire » est entré dans sa rame dans la station Montgomery en entonnant des slogans à l’encontre du dictateur rwandais tels que « Kagame Criminel », « Kagame génocidaire ».

Selon un proche de la victime, le groupe cherchait une place pour s’assoir lorsqu’il est arrivé à sa hauteur. Un des membres du groupe lui a alors demandé s’il était rwandais ou burundais. Après avoir répondu qu’il était burundais, un autre membre lui a demandé s’il était« Hutu ou Tutsi» « Je suis hutu » a-t-il alors répondu juste avant qu’un troisième manifestant s’exclame « Je l’ai déjà vu, c’est un rwandais » faisant ainsi monter la tension.

A ce moment, le groupe l’a encerclé et un des membres a essayé de lui prendre des effets personnels dont son GSM. Après qu’un belge présent dans la rame ait essayé en vain de s’interposer, le métro est arrivé à Arts-Loi, lieu de descente des manifestants.

Au moment où les portes du métro s’apprêtaient à fermer, un des manifestants lui a assené un violent coup de poing qui lui a fracturé la mâchoire et déplacé la mandibule. Il a été hospitalisé et opéré avec succès ce mercredi 1er août 2012.

Depuis 1996 et la première invasion de la RDC par le Rwanda sous couvert de l’AFDL, plusieurs incidents, d’agressions verbales ou physiques de Rwandais par des Congolais ont eu lieu particulièrement dans les périodes de reprises de combats qui font monter l’animosité de la diaspora congolaise à l’égard des Rwandais vivant en Belgique.

Dernier incident en date, le 16 février 2012 lorsque le journaliste rwandais de la BBC, Jean Claude Nkubito s’était fait agresser alors qu’il allait couvrir une manifestation contre la fraude aux élections présidentielles congolaises. Alors qu’il couvrait l’évènement, des manifestants l’ont encerclé, frappé et pris son matériel de travail dont son ordinateur. Il s’en est sorti avec une incapacité de travail de 15 jours et les dégâts ont pu être limités grâce à l’intervention de la police qui l’a sorti de là.

Depuis cette agression, a-t-il déclaré à Jambonews, la BBC ne couvre plus les manifestations organisées par des Congolais.

Mike, un ami congolais de Jules M., s’est pour sa part dit « écœuré par l’agression de ce jeune qui n’a rien à avoir avec le conflit qui se déroule actuellement à l’Est » et a exprimé son « incompréhension » et sa « désapprobation » face à ce geste « qui ne fait avancer aucune cause».

« Mama Josée », une « combattante » congolaise ayant participé à la manifestation s’est pour sa part dite « triste pour ce jeune qui n’a rien avoir la dedans ». «Mais je suis triste aussi pour les congolais, qui meurent chaque jour sans avoir rien avoir la dedans » a-t-elle aussitôt ajouté.

A la question de savoir si ce genre d’incidents ne risque pas de décrédibiliser leur combat, sa réponse fuse « des millions de congolais sont morts, on les pille, on les tue, ils souffrent sans que personne n’en parle ». « Je suis désolé que ce garçon ait été tabassé. Personnellement, je n’ai pas été là, si j’avais été là j’aurais pu intervenir mais ce genre d’incidents risquent de se reproduire tant que la situation de souffrance du peuple congolais ne cesse pas ».

Quant à Placide Kayumba, le Président de l’ASBL Jambo, il a déclaré « regretter » « que la guerre influence les gens de manière aussi déplacée ». « On peut comprendre la colère des congolais, vis-à-vis des atrocités qui se commettent contre le peuple congolais et menés par un groupe de criminels au pouvoir au Rwanda, pouvoir qu’ils gardent par la terreur et qu’ils ont acquis par les armes » mais il estime que « s’en prendre à des rwandais innocents également victimes de cette politique criminelle ne peut être cautionné ».

« Les populations ne peuvent continuer à souffrir ainsi des conséquences du conflit »

Joint par Jambonews à la suite de cet incident, Michel Malherbe, le porte-parole du ministère des affaires étrangères de la Belgique a déclaré que sur un plan sécuritaire, « la loi belge était d’application quelle que soient les pérpétrateurs et quelle que soient les victimes de violences ».

Au sujet du fond du problème[Le conflit dans la Région], il affirmé que la Belgique déployait « une énergie diplomatique considérable pour contribuer à une solution au conflit, au niveau de l’ONU, de l’UE et sur le plan bilatéral ».

« La Belgique reste donc engagée en vue de contribuer à un apaisement au bénéfice des populations qui ne peuvent continuer à souffrir ainsi des conséquences du conflit »a-t-il conclut.

Ruhumuza Mbonyumutwa

Jambonews

Loading...

LEAVE A REPLY