Au vu de l’ensemble de ses dires Filip Reyntjens ‏a du mal à s’incliner devant la VERITE.

Filip Reyntjens, Professeur émérite à l’Université d’Anvers

Par César

Professeur Filip Reyntjens ‏ reconnaît pour la première fois que les crimes qui ont été commis par les soldats du FPR sur ordre de Kagamé contre les Bahutu sont constitutifs de génocide même s’il se contredit ensuite.

En effet, il fait sommairement la distinction entre les crimes de masse qui ont été commis par les FPR contre les Hutu et ceux qui ont été commis contre les Tutsi. Les premiers sont, selon lui, constitutifs de génocide et les seconds, sont constitutifs de crime de guerre et crimes contre l’humanité.

Au vu de l’ensemble de ses dires Filip Reyntjens ‏a du mal à s’incliner devant la VERITE.

En somme, Professeur qu’il est, au regard des énormités qu’il a commises relativement au drame rwandais et à savoir ses écrits , truffés de grossièretés, d’affirmations inexactes, parcellaires et approximatives dont il a fait avaler à ses étudiants, il ne veut pas se remettre en cause( voir ses livres et son dernier Que sais-je). C’est regrettable.

Judi Rever vient de déconstruire toutes ses affirmations colportées à grande échelle par lui via les médias dont RFI. Force est de constater qu’il n’a déconstruit aucune des affirmations de Judi Rever. En proférant sciemment des affirmations dont il ne dispose pas de sources et conséquemment non vérifiées et non vérifiables, Professeur Filip Reyntjens s’est lui-même discrédité.

Exemple: aucun professeur de droit digne de ce nom ne peut soutenir qu’un directeur de cabinet du ministre de la défense a planifié le génocide des Batutsi dans deux heures et reconnaître en même temps que les massacres contre ces derniers sont la conséquence inéluctable de l’assassinat du Président Habyarimana. Par ailleurs, même à supposer que cette planification ait existé, elle est nécessairement antérieure à la commission des crimes contre les Batutsi et conséquemment, ses auteurs sont ceux qui dirigeaient en droit et en fait le Rwanda, à savoir Nsengiyaremye et Uwilingiyimana, pro-FPR notoire et Iyamuremye Augustin, directeur général du service de renseignement intérieur, un des piliers majeurs du gouvernement d’opposition alliée du FPR et membre effectif et notoire de celui-ci. Sachant que ce dernier a lui-même dit publiquement qu’il agissait pour le compte du FPR et qu’il était en contact permanent avec Kagame et Rutaremara.

Filip Reyntjens qui a chargé Colonel Bagosora n’a jamais expliqué comment dans un Rwanda qu’il connaît au demeurant car il fut l’auteur des codes et lois du Rwanda, un directeur de cabinet du ministre de la défense a planifié et fait exécuter le génocide sans que Iyamuremye et partant Kagame, espion de profession, ne soit au courant. Dans l’Affaire Général Munyakazi, Iyamuremye, appelé à la barre en qualité de témoin à décharge a dit en substance qu’il n’a jamais entendu parler de planification du génocide de qui que ce soit et que si celle-ci avait existé, il en aurait en tout état de cause au courant.

Filip Reyntjens ‏outre qu’il n’a jamais produit les preuves de ses affirmations, personne n’a entendu ses explications d’expert du Rwanda sur un élément capital :

Iyamuremye a été directeur général du service de renseignement intérieur d’avril 1992 au 4 juillet 1994. Il n’a jamais désapprouvé publiquement les actions des gouvernements successifs de Nsengiyaremye à Kambanda.

Il était dès lors associé à toutes les décisions qui ont été prises par ces premiers ministres dont la planification du génocide des Batutsi, évoquée par Professeur Filip Reyntjens. Pourtant, il ‘n a jamais été inquiété outre mesure par le régime alors que plusieurs fonctionnaires de toute catégories ont été exécuté, croupissent en prison pour planification et exécution du génocide dit des Batutsi.

Au contraire, il a été récompensé par Kagame. Filip Reyntjens n’a jamais expliqué comment Kagame a récompensé un directeur général du service de renseignement intérieur du Rwanda qui occupait un poste de haut rang dans les gouvernements ci-dessus indiqués, qualifiés de gouvernement de génocidaires.

Aussi, sur l’attentat contre l’avion du Président Habyarimana, il a disserté sur tout et rien, mais force est de constater qu’il a observé le silence de tombeau sur la présence de l’avion espion belge qui était derrière l’avion du Président Habyarimana à l’heure et jour de l’attentat et dont les pilotes ont nécessairement vu l’endroit du tir des missiles car cet avion était équipé de système anti-missile.

Enfin le ministre des affaires étrangères d’alors Anastase Gasana a refusé de remonter dans l’avion du Président Habyrimana pour rentrer au Rwanda alors qu’il y était à l’aller. Ce refus signifie qu’il était nécessairement au courant de l’attentat qui devait emporter le Président Habyarimana et tous passagers de son avions en sus des membres d’équipage.

Il en est de même du Premier Ministre Agathe Uwilingiyimana . Filip Reyntjens ‏le sait car en sa qualité d’expert du Rwanda il ne peut prétendre l’ignorer. Or, ce point n’est mentionné nul par dans ses livres et déclarations publiques aux radios et télévisions.

Ce qui est intéressant c’est que Professeur Filip Reyntjens a lu le livre de Rever Judi. J’espère qu’il en est de même du livre de Ntililkina Faustin, officier des FAR à l’Etat major à la date des faits. Il décrit avec une parfaite précision comment Kagame a déclenché une guerre généralisée sur l’ensemble du Rwanda et les posions des parties en cause dans la guerre contre le Rwanda en 1994.

S’il est professeur digne de ce nom, pour son honneur et dans l’intérêt de ses étudiants, il faut espérer que le livre de Judi Rever le conduira à observer la rigueur attendue chez tout professeur de droit en l’occurrence : s’incliner devant la Vérité et reconnaître publiquement ses erreurs.

La VERITE blesse celui qui n’est pas en état de l’affronter dignement tout droit.

Loading...

LEAVE A REPLY