BBC: Le licenciement abusif d’un journaliste d’origine congolaise, Jacques Matand

Dr Charles Onana

Par Charles Onana

Chers amis, chers lecteurs, je n’ai pas l’habitude de lancer des appels publics mais cette fois, c’est très important et grave. 

Un journaliste d’origine congolaise, Jacques Matand, qui m’avait interviewé sur les antennes de la BBC sur mon dernier livre  » Rwanda, la vérité sur l’opération Turquoise Turquoise, vient d’être licencié simplement pour avoir fait correctement son travail de journaliste, suite aux menaces violentes du régime de Kigali sur la chaîne britannique. On lui reproche de m’avoir donné la parole sur la BBC. C’est son crime ! Manifestement, cet ouvrage met le régime rwandais en état de fébrilité extrême. Après avoir exercé des pressions sur la chaîne française TF1 puis LCI et mécontents de mes analyses et travaux sur le Rwanda, les dirigeants rwandais se déchaînent désormais contre la BBC et particulièrement contre Jacques Matand dont ils ont demandé et obtenu la tête. Ce n’est pas la première fois que Kigali exerce des pressions inqualifiables sur la BBC et ses journalistes, voulant que le silence continu de régner sur ses crimes au Rwanda et en République Démocratique du Congo.

Ce licenciement est une action délibérée visant à empêcher les journalistes du monde entier de parler librement de la tragédie de 1994 au Rwanda ainsi que du pillage et de la balkanisation du Congo dont Kigali est aujourd’hui et depuis deux décennies l’épicentre. Ce licenciement n’est ni plus ni moins qu’une incitation générale à l’autocensure des journalistes. Le monde entier doit célébrer un régime criminel et un État voyou au risque d’être mis à l’index, persécuté et harcelé. C’est déjà ce que vivent les Rwandais et les Rwandaises depuis 25 ans chez eux. C’est bien ce que le journaliste Anjan Sundaram révélait dans son livre courageux intitulé  » Bad news  ».

L’une des dictatures les plus hargneuses et les plus sanglantes d’Afrique tente de mettre tout le monde au pas et n’hésite pas à signer, pour se donner un visage humain, des contrats publicitaires avec des équipes de football d’Europe alors que le peuple rwandais croupit dans une prison à ciel ouvert et dans la misère. Son objectif est de faire taire et de faire peur.

Ainsi, beaucoup ont peur et se taisent. Même dans les pays occidentaux, certains tremblent encore de peur face à ce régime de terreur du Rwanda. Comment les rendre raisonnables et audacieux ?

J’en appelle donc à la mobilisation générale des journalistes de la République Démocratique du Congo, aux organisations professionnelles nationales et internationales d’Afrique, d’Europe et des Amériques de soutenir Jacques Matand pour cet acte injuste, qui contrevient au droit sénégalais comme le dénonce le syndicat des journalistes du Sénégal.

D’autres initiatives suivront afin que la soumission et la servilité des esprits vis-à-vis de la dictature rwandaise s’arrêtent sur les collines de Kigali. Rwanda, la vérité sur l’opération Turquoise fera son chemin et rien ne pourrait arrêter la marche inéluctable vers la vérité, celle que l’on tente d’étouffer par tous les moyens…

Voici la lettre de licenciement du journaliste Jacques Matand:

1 COMMENT

  1. Le cas de ce journaliste est la parfaite illustration que ces radios dont BBC sont en réalité au service de leurs gouvernements. Elles oeuvrent pour promouvoir les intérêts de leurs pays en l’espèce le Royaume Uni.
    Il est établi que le Rwanda a été cédé par Kagame à la mafia anglo-saxonne dite multinationales. Ces multinationales constituent des intérêts majeurs du Royaume Uni entre autres.
    Le journaliste a publiquement soutenu une thèse de doctorat en sciences politique dans universités françaises sur l’Opération Turquoise. Interview accordé au journaliste de la BBC a été remercié n’était qu’une reprise des extraits de cette thèse
    La thèse de doctorat de Charles Onana a fait l’objet de commentaires. L’ambassadeur du Rwanda en France e conséquemment le gouvernement rwandais était parfaitement au courant des travaux de Charles Onana.
    Or, force est de constater l’absence de réaction du gouvernement rwandais sur cette thèse. Alors que certains médias rwandais et oligarques du régime Kagame ont critiqué négativement les travaux ce chercheur, ils n’ont pas demandé au président de l’Universités de Lyon 3 d’annuler cette rhèse de doctorat.
    Pour Kagame, les travaux d’Onana Charles portent gravement atteinte aux intérêts des oligarques et leurs associés à savoir les multinationales ci-dessus indiquées. Par conséquent en interviewant Charles Onana sur ses travaux: Opération turquoise, ce journaliste a gravement porté atteinte aux intérêts du Royaume Uni via ses multinationales opérant au Rwanda de Kagame dont BBC à pour mission de promouvoir. Il devait corrélativement être sanctionné par le licenciement sec, le tout au mépris des règles les plus élémentaires du Royaume Uni et du pays du contrat de travail de ce journaliste. Cette décision inique discrédite non seulement leurs auteurs à savoir les dirigeants de la BBC mais également le Royaume Uni, sachant que BBC est radio publique comme l’est RFI pour la France.
    La question posée est de savoir quelle leçon de morale ces gens se permettront-ils de donner aux dictateurs africains, broyeurs des journalistes.
    Le silence assourdissant des médias africains du Nord au Sud et d’Est à l’Ouest sur cette affaire est regrettable voire même pitoyable. Ce que les dirigeants de BBC a fait contre ce journaliste ne peut sûrement le faire dans leur pays.
    Les motifs de licenciement de l’intéressé sont exclusivement fondés sur des considérations pitoyablement politiques.

LEAVE A REPLY