Politique – LeRwandais http://www.therwandan.com/fr Therwandan Journal Sun, 23 Sep 2018 01:07:25 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.8.7 http://www.therwandan.com/fr/wp-content/uploads/sites/2/2016/10/therwandan1-e1476990118446.png Politique – LeRwandais http://www.therwandan.com/fr 32 32 LA LIBERATION DE Mme VICTOIRE INGABIRE SERAIT UNE GOUTTE D’EAU DANS L’OCEAN QUI NE RAFRAICHIT PAS LES RWANDAIS ASSOIFFES DE LA DEMOCRATIE! http://www.therwandan.com/fr/la-liberation-de-mme-victoire-ingabire-serait-une-goutte-deau-dans-locean-qui-ne-rafraichit-pas-les-rwandais-assoiffes-de-la-democratie/ http://www.therwandan.com/fr/la-liberation-de-mme-victoire-ingabire-serait-une-goutte-deau-dans-locean-qui-ne-rafraichit-pas-les-rwandais-assoiffes-de-la-democratie/#respond Fri, 21 Sep 2018 08:11:18 +0000 http://www.therwandan.com/fr/?p=6315

]]>
http://www.therwandan.com/fr/la-liberation-de-mme-victoire-ingabire-serait-une-goutte-deau-dans-locean-qui-ne-rafraichit-pas-les-rwandais-assoiffes-de-la-democratie/feed/ 0
« Je n’ai jamais eu peur d’être emprisonnée »: Victoire Ingabire http://www.therwandan.com/fr/je-nai-jamais-eu-peur-detre-emprisonnee-victoire-ingabire/ http://www.therwandan.com/fr/je-nai-jamais-eu-peur-detre-emprisonnee-victoire-ingabire/#respond Wed, 19 Sep 2018 22:25:36 +0000 http://www.therwandan.com/fr/?p=6298 Après huit ans passés en prison, l’opposante rwandaise Victoire Ingabire, fondatrice et présidente du parti FDU-Inkingi, a été libérée au Rwanda le week-end dernier. Elle demande désormais au président Paul Kagame la libération des autres prisonniers politiques et se dit prête à militer dans ce sens.

DW : À l’annonce de votre libération, quel a été votre sentiment? Est-ce que vous vous y attendiez?

Victoire Ingabire: Non! Je ne m’y attendais pas, ça été une grande surprise pour moi. J’ai appris la nouvelle aux informations de 23h à la radio rwandaise. J’ai été tellement surprise que je ne suis pas parvenue à fermer l’œil de la nuit.

DW : Vous venez de passer huit ans en prison. A quoi ressemblaient vo conditions de détention ?

V.I. : Les cinq premières années, c’était très difficile parce que j’étais enfermée à l’isolement où il n’y avait aucun contact avec le monde extérieur. Mais ensuite, j’ai été transférée avec les autres prisonnières et ces trois dernières années, je pouvais parler avec les autres, j’avais un contact régulier avec les autres prisonnières.

DW : Est-ce que la décision de vous libérer pourrait être aussi une tactique du président Paul Kagame ?

V.I. : J’espère que ce n’est pas le cas car ça serait malheureux pour notre pays. Non, je reste convaincue que c’est un tout petit pas, timide, parce que vous savez qu’il y a encore neuf membres de mon parti politique qui sont en prison, plus d’autres encore. Il y a d’autres prisonniers politiques comme Mushaidi Déo, Diane Rwigara. Donc, vous voyez bien qu’il y en a d’autres qui sont en prison. Et je profite de l’occasion, comme je l’ai fait le premier jour de ma libération, pour demander au président de la République de continuer à faire des gestes semblables et d’accepter de libérer d’autres prisonniers politiques.

DW : Quelles instructions ou restrictions avez-vous reçues du gouvernement avant votre sortie de prison ?

V.I. : Il y a l’arrêté présidentiel qui mentionne trois restrictions. La première, c’est que je dois me présenter aux autorités locales et au parquet. Chez le procureur, je dois me présenter une fois par mois et si je ne suis pas disponible, je dois envoyer une lettre expliquant les raisons de mon absence. Enfin, la dernière, c’est que je ne dois pas sortir du pays sans l’autorisation du ministre de la Justice

DW : Quel est votre avenir politique, au vu de la situation actuelle du pays ?

V.I. : Je vais continuer mon combat politique pour que ce geste, que le président et son gouvernement ont pris, aide à avoir de l’espace, une ouverture totale de l’espace politique au Rwanda. Cela signifie la liberté et la sécurité pour les opposants du pays parce que quand je suis sortie de prison, par exemple, j’ai été accueillie par les membres de mon parti politique qui m’ont tous expliqué comment ils reçoivent des menaces, qu’on les harcèle parce qu’ils sont membres de mon parti. Donc, c’est ce que je vais demander à notre gouvernement : essayer d’accepter qu’il y ait d’autres opinions ou visions. Je pense que c’est ce qui va construire la force de notre pays. C’est ce qui va sécuriser le développement qu’on est en train de réaliser dans notre pays. On ne peut pas avoir un développement durable sans la démocratie.

DW : Si vous continuez votre programme politique comme vous l’aviez fait auparavant en 2010, est-ce que vous n’avez pas peur de retourner en prison ?

V.I. : Je n’ai jamais eu peur d’être emprisonnée. Je viens d’y passer huit ans et je peux y retourner. Bien sûr, j’espère que le pouvoir ne va pas le faire mais je ne vais pas vivre ou rester dans la peur d’être emprisonnée. Je ne vais pas m’empêcher d’expliquer, de dire, de demander qu’on ait de l’espace politique au Rwanda. Non ! Je vais continuer mes activités politiques. Je vais continuer d’exiger du gouvernement qu’il essaye de faire l’ouverture car comme je l’ai dit, c’est la seule sécurité pour le développement du pays. On doit assurer le meilleur futur possible.

DW : Est-ce que vous n’avez pas de regrets par rapport à votre passé ? Parmi les charges qui pesaient contre vous, il y avait l’idéologie génocidaire.

V.I. : Non, je ne regrette pas mon passé. Je le répète, je n’ai jamais dit qu’au Rwanda il y a eu un double génocide. Ce que j’ai fait c’est de réclamer qu’il y ait aussi justice pour les crimes commis contre le peuple hutu. Peut-être, ce que je regrette, c’est l’endroit où j’ai prononcé ce discours (au Mémorial du génocide à Gisozi, ndlr). C’est un endroit sensible pour les rescapés du génocide tutsi. Alors, là, je le regrette, et j’ai demandé pardon, et je demande pardon encore une fois à ceux qui ont été blessés par les paroles que j’ai prononcées au mauvais endroit. Mais ce que j’ai dit, c’était la vérité.

Propos recueillis par notre correspondant à Kigali 

Source: DW

]]>
http://www.therwandan.com/fr/je-nai-jamais-eu-peur-detre-emprisonnee-victoire-ingabire/feed/ 0
MON INDIGNATION CONTRE LA MANIPULATION DE L’HISTOIRE TRAGIQUE DE MON PAYS. http://www.therwandan.com/fr/mon-indignation-contre-la-manipulation-de-lhistoire-tragique-de-mon-pays/ http://www.therwandan.com/fr/mon-indignation-contre-la-manipulation-de-lhistoire-tragique-de-mon-pays/#respond Wed, 19 Sep 2018 08:54:33 +0000 http://www.therwandan.com/fr/?p=6295 En ce moment, je suis perturbé et attristé non seulement par la falsification de l’histoire de mon pays d’origine, le Rwanda, mais aussi par un acharnement virulent de quelques politiciens et journalistes belges contre de jeunes belges d’origine rwandaise qui ont souhaité récemment se présenter aux élections communales d’octobre 2018.

Les reproches qui sont faits à ces jeunes, ayant grandi exclusivement en Belgique pour la plupart, sont des plus injustes et certains sont mêmes ignobles et scandaleux.

Il semblerait que le régime de Paul Kagame, sur lequel pèse de lourdes accusations de crimes contre l’humanité, commis au Rwanda et en dehors, n’apprécie guère que des jeunes belges d’origine rwandaise qui ne partagent pas sa vision de l’histoire du Rwanda, puissent envisager de faire partie de la classe politique d’un pays dans lequel ils ont trouvé refuge.

Je souhaite dénoncer cette ingérence de l’Etat Rwandais dans les élections communales belges, et je condamne spécialement avec force cette pratique qui consiste à traiter de négationniste toute personne qui ose réclamer justice pour les millions de Rwandais, Hutu en particulier, et congolais massacrés en toute indifférence et totalement oubliés volontairement par l’humanité ainsi que les plus hautes instances internationales en charge d’assurer la paix, la sécurité et la défense des droits de l’homme dans le monde!

Car il ne s’agit que de cela !

Les jeunes de Jambo asbl ont tout simplement eu l’audace de revendiquer justice pour des centaines de milliers de Rwandais, assassinés parce qu’ils étaient tout simplement Hutu, alors qu’ils n’avaient rien à voir avec les Interehamwe ayant perpétré le génocide d’avril à juillet 1994.

Ces massacres historiques, commis sur le territoire Rwandais et celui de la RDC, principalement de novembre 1996 à fin 1997, sont pourtant connus de plusieurs institutions tant belges qu’internationales et ont fait l’objet d’un rapport dit : « Mapping Report » publié par les Nations Unies, le 1 octobre 2010, dans lequel il est écrit que ces massacres « révèlent plusieurs éléments accablants qui, s’ils sont prouvés devant un tribunal compétent, pourraient être qualifiés de génocide ».

Pour ma part, ce n’est ni par « le seul génocide tutsi », ni par l’embargo sur la reconnaissance officielle du « génocide » des millions de Hutu massacrés par l’armée de Paul Kagamé, le Président actuel du Rwanda (« Our kind of guy » selon Bill Clinton, ancien Président des USA), que l’unité du peuple rwandais sera réalisée.

L’unité de ce peuple, aujourd’hui divisé, ne peut être réalisée que si elle est fondée sur une base de vérité émanant des Rwandais eux‐mêmes et non sur base de calomnies ou de menaces, ou encore de vérités tricotées par les lobbys, les experts et autres « Blancs menteurs » pour reprendre l’expression du journaliste Pierre Péan.

Pourquoi l’Etat Rwandais s’acharne‐t‐il contre une nouvelle génération qui ne cherche qu’à connaître toute la vérité sur ce qu’il s’est passé dans leur pays d’origine, sans être trompé par la communauté internationale qui a abandonné le peuple rwandais entre les mains de ses bourreaux de tous bords, dès la nuit du 6 avril
1994 après l’assassinat du Président rwandais, Juvénal Habyarimana, jusque juillet 1994 ?

Mais également, de fin 1996 jusque fin 1998, lorsque les réfugiés rwandais étaient pourchassés par les troupes du FPR depuis l’Est de la RDC jusqu’à Kinshasa.

Depuis quand réclamer Justice pour les Hutu est‐il devenu une offense pour les Tutsi ?

Si dans le Rwanda actuel, il n’y a plus de séparation instituée entre les ethnies, pourquoi devrait‐il y en avoir entre les morts ? C’est‐à‐dire une sorte d’apartheid mémoriel entre les victimes Hutu qu’il faut oublier comme si ces personnes n’étaient pas humaines, et les victimes Tutsi pour lesquelles il faut construire des mémoriaux en guise de souvenirs à travers le pays, alors que tous ont été massacrés, les uns par les Inkotanyi et les autres par les Interahamwe?

Cette politique instituée carrément pour le souvenir des uns et le rejet et l’oubli obligés pour les autres, est une politique enseignant une idéologie haineuse, divisionniste et raciste, aujourd’hui forgée de toutes pièces et d’arguments mensongers dans un pays comme le Rwanda, unique en Afrique, où tout un peuple forme une même nation, fondée sur base d’une même culture.

C’est cette politique imposée à notre peuple que soutiennent « les experts » et même sans honte « la communauté internationale »!

L’histoire du génocide des Tutsi a été détournée de son contexte par ceux que j’appelle « les négationnistes du véritable génocide rwandais », par ceux‐là même qui veulent une immunité totale pour couvrir leurs horribles crimes commis contre des populations civiles totalement innocentes, étrangères aux divisions actuelles servant d’instrument de domination comme du temps de la monarchie traditionnelle.

Aujourd’hui, ce sont les jeunes de Jambo asbl qui en font les frais, mais hier c’était des journalises, des chercheurs voire même des juges au seul motif qu’ils ont osé dénoncer le crime des crimes que les militaires du FPR ont commis contre la population Hutu.

Je connais personnellement le président de Jambo asbl, Gustave Mbonyumutwa. Je l’ai connu quand il était encore enfant et je l’ai vu grandir au Rwanda et ensuite ici en Belgique, affranchi de toute considération ethnique, comme ses parents et ses grands‐parents, toujours à la recherche de la vérité et de l’apaisement du peuple rwandais.

Les accusations de négationnisme contre Gustave Mbonyumutwa, président de Jambo asbl, ainsi que les insinuations à l’égard de ses parents que je connais bien et ses grands‐parents que j’ai connus sont tout simplement ignobles et j’espère que la Justice belge, elle au moins, pourra faire son travail sereinement.

Son grand père, Dominique Mbonyumutwa, vers fin 1959, fût l’un des pionniers de la révolution du « menu peuple », ce peuple paysan du Rwanda soumis et exploité par la noblesse. Il sera choisi par ses compagnons des partis révolutionnaires, partis fondateurs de la République Rwandaise pour en devenir le premier Président avant le référendum qui consacrera l’abolition définitive de la monarchie et la confirmation officielle de la République Rwandaise, organisé par l’ONU en septembre 1961.

Après la victoire militaire du FPR en juillet 1994, les fils et les filles de l’ancienne haute noblesse dominée par le clan des Abega, sont revenus au pouvoir et semblent avoir restauré la « monarchie Bega », prétendument constitutionnelle, sous couvert d’une république sanguinaire et ravageuse, qui a instauré malicieusement une politique raciste, fondée sur l’idéologie du « génocide des Tutsi », idéologie instrumentalisée à tort ou à
raison, plutôt à tort en ce qui me concerne, pour les besoins de la domination absolue de notre peuple, en se
servant des appuis de certains pays et lobbys dont les intérêts sont évidents.

La Belgique ne doit pas devenir l’extension de cette idéologie raciste en Europe et j’appelle donc tout rwandais et tout ami du Rwanda vivant en Belgique à ne pas se laisser flouer par cette pratique, savamment orchestrée depuis Kigali, et à soutenir le maintien de ces jeunes belgo‐rwandais sur les listes électorales de leur pays d’accueil.

Fait à Bruxelles, le 19 septembre 2018

Faustin TWAGIRAMUNGU
Président du parti RDI-Rwanda Rwiza et
Ancien Premier Ministre du Rwanda
De juillet 1994 à août 1995

]]>
http://www.therwandan.com/fr/mon-indignation-contre-la-manipulation-de-lhistoire-tragique-de-mon-pays/feed/ 0
RWANDA : Commutation de peine pour 2140 prisonniers parmi lesquels le chanteur Kizito MIHIGO et l’opposante politique Victoire INGABIRE Umuhoza http://www.therwandan.com/fr/rwanda-commutation-de-peine-pour-2140-prisonniers-parmi-lesquels-le-chanteur-kizito-mihigo-et-lopposante-politique-victoire-ingabire-umuhoza/ http://www.therwandan.com/fr/rwanda-commutation-de-peine-pour-2140-prisonniers-parmi-lesquels-le-chanteur-kizito-mihigo-et-lopposante-politique-victoire-ingabire-umuhoza/#respond Sat, 15 Sep 2018 22:39:48 +0000 http://www.therwandan.com/fr/?p=6287 Paris – le 15 septembre 2018

L’Observatoire des droits de l’homme au Rwanda (ODHR), apprécie à sa juste valeur la commutation de peine par grâce présidentielle de 2140 prisonniers parmi lesquels l’opposante politique UMUHOZA Victoire INGABIRE et le chanteur MIHIGO Kizito et salue ce geste et la décision présidentielle. Selon le Ministère de la Justice, la décision a été prise en conseil des Ministres hier le 14 septembre 2018. Le Président de la République exerce le droit de grâce dans les conditions définies par la loi et après avis de la Cour Suprême (Article 109 de la nouvelle constitution rwandaise). A part ces deux personnes très connues, les noms des autres prisonniers ne sont pas encore connus du grand public.

Pour rappel :

L’opposante politique INGABIRE UMUHOZA Victoire a été arrêtée en 2010 lorsqu’elle est rentrée dans son pays natal pour faire enregistrer son parti politique et présenter sa candidature aux élections présidentielles de 2010. Elle a été condamnée par la Cour Suprême à quinze ans de prison de prison ferme, le 13 décembre 2013, pour conspiration contre les autorités par le terrorisme et la guerre, minimisation du génocide et propagation de rumeurs dans l’intention d’inciter le public à la violence, et cela après un procès controversé marqué par beaucoup d’irrégularités et un manque de transparence.

Elle a été arrêtée après avoir réclamé pendant la visite d’un mémorial de génocide des tutsi, la reconnaissance des victimes des massacres du Front patriotique rwandais (FPR) dirigé par Paul Kagame.

Durant le procès elle et sa défense ainsi que les membres de son parti venus la soutenir ont été intimidés, harcelés et menacés. Plusieurs membres de son parti au Rwanda ont été arrêtés, torturés et mis en prison. D’autres ont été assassinés- ici nous citons le cas de Jean Damascène HABARUGIRA représentant local du parti, déclaré disparu début mai 2017 par sa famille. Son son corps a retrouvé torturé et yeux enlevés, quelques jours plus tard le 8 mai 2017 à l’hôpital Nyamata à Bugesera. Aucune poursuite n’a été jusqu’à présent pas menée pour que le ou les coupables répondent de leur actes. D’autres parmi lesquels Illuminée IRAGENA membre des FDU-Inkingi, sont portés disparus. Mme IRAGENA illuminée est portée disparue depuis le 26 mars 2016 et malgré les appels de sa famille, des membres de son parti et des organisations des droits de l’homme, aucune poursuite n’a été faite pour faire la lumière sur sa disparition.  Pour certains parmi lesquels Boniface TWAGIRIMANA (un des vice-présidents du parti), SIBOMANA Sylvain (secrétaire général du parti) et Léonille GASENGAYIRE (trésorière du parti), les procès sont en cours.

Elle a fait recours devant la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) en octobre 2014 pour dénoncer le harcèlement judiciaire dont elle a été victime et les violations commises par l’État rwandais.  La cour a reconnu la violation des ses droits et a donné au gouvernement rwandais six mois pour rétablir Victoire INGABIRE dans ses droits. Mais le Rwanda avait claqué la porte en dénonçant l’instrumentalisation de la cour.

Quant au célèbre chanteur Kizito MIHIGO, il a d’abord été porté disparu pendant une semaine vers fin mars 2014. Et suite à beaucoup de bruits qui ont entouré cette disparition incriminant les services de sécurité, il est réapparu quelques jours plus tard puis arrêté. Il a été jugé et condamné à dix ans de prison le 27 février 2015. Il avait plaidé coupable et a été condamné pour conspiration contre le gouvernement.

Il était avec trois coaccusés à savoir: – le journaliste Cassien NTAMUHANGA, directeur de la radio confessionnelle Amazing Grace  condamné   à une peine de 25 ans de prison (il avait plaidé non coupable et a été reconnu coupable de formation d’un groupe criminel,  de conspiration contre le gouvernement ou le président de la République, de complicité de terrorisme, et d’entente en vue de commettre un assassinat ; – Jean-Paul DUKUZUMUREMYI condamné à une peine de 30 ans de réclusion et – Agnès NIYIBIZI acquitée.

Ils avaient été arrêtés au moment où Kizito MIHIGO avait dénoncé, dans sa fameuse chanson sur la mort, une discrimination dans la commémoration pour les morts pendant la guerre au Rwanda. Comme Kizito MIHIGO, Cassien NTAMUHANGA avait été porté disparu le 7 avril 2014. Il est réapparu puis réarrêté le 14 avril par la police rwandaise sans préciser comment et le lieu de son arrestation. Dans le procès NTAMUHANGA Cassien a dénoncé les aveux extorqués et la détention illégale.

Les trois condamnés ont tous fait appel devant la cour Suprême. Mais dans l’entretemps avec la création d’une cour d’appel entre la Cour Suprême et la Haute Cour, la loi de compétence a changé et le procès en appel reporté et renvoyé en date du 11 juin 2018 à la cour d’appel. Le prévenu Cassien NTAMUHANGA s’étant évadé et ayant quitté le pays, il ne restait dans le procès que deux prévenus. A la surprise générale, le procès a été rappelé le 10 septembre 2018 à la Cour Suprême devant laquelle MIHIGO Kizito et le coaccusé DUKUZUMUREMYI Jean-Paul présentent leur désistement.

Observation et actions demandées

Pour rappel le Rwanda n’a jamais voulu signer la convention internationale pour la protection des personnes contre les disparitions forcées adoptée le 20 décembre 2006 par l’Assemblée Générale de l’ONU, est conçu comme un instrument contraignant de lutte contre les disparitions forcées. Selon l’article 1, personne ne doit être victime de tels agissements. La Convention n’admet aucune exception. Ni la guerre, ni le risque de guerre, ni l’instabilité politique, ni aucune autre situation d’urgence ne permet de justifier la disparition de personne quelle qu’elle soit. La Convention est entrée en vigueur le 23 décembre 2010. Il a par contre signé la convention contre la torture et jamais il n’a poursuivi les membres des organes de sécurité étatique ou privé qui ont violé la convention en torturant les personnes arrêtées ou détenues.

Entre le moment de disparition et de réapparition et de ré-arrestation de personnes, la vie est entre les mains de l’autorité d’arrestation et beaucoup de choses parmi lesquelles la torture ou la mort peuvent arriver.

Le droit à un procès équitable que ce soit pour Kizito MIHIGO ou INGABIRE Victoire a été violé et leur arrestation et condamnation étaient liés à d’autres intérêts inavoués pour les faire taire et étouffer la liberté d’expression et d’opinion.

L’ODHR salue donc la libération de tous les prisonniers quels qu’ils soient (politiques, d’opinion, de conscience ou autre) Il  demande toutefois de libérer aussi d’autres prisonniers politique ou d’opinion et toute autre personne poursuivie et condamnée injustement notamment NIYITEGEKA Théoneste, candidat aux élections présidentielles de 2003, Mlle Diane RWIGARA qui a présenté sa candidature aux élections présidentielles de 2017, sa mère Adéline RWIGARA, MUSHAYIDI Déo président du parti PDP-Imanzi condamné à perpétuité, Boniface TWAGIRIMANA, Sylvain SIBOMANA, GASENGAYIRE Léonille et leur coaccusés et toutes les personnes injustement poursuivis ou condamnés.

L’ODHR demande aussi au Gouvernement rwandais de mener des enquêtes fiables sur les cas de torture, d’assassinat et de disparition des personnes citées ci-haut et d’autres personnes qui sont dans la même situation pour combattre l’impunité et la corruption ainsi que la protection partisane et le népotisme qui minent les institutions publiques et privées.

L’ODHR demande en outre d’ouvrir l’espace à la vraie opposition politique à l’indépendance de la société civile pour que tous les citoyens, dans toute leur diversité, œuvrent au développement réel et durable du pays pour la sécurité et la dignité humaine. Un développement discriminatoire qui exclut une partie de sa population est un mirage et il est porteur d’insécurité à moyen et long terme. Il mine la gouvernance équitable, l’inclusion socio-économique, la mémoire et l’environnement global d’un développement qui sont des piliers de la sécurité humaine.

L’ODHR demande enfin au gouvernement rwandais de respecter la déclaration universelle des droits de l’homme et les conventions internationales ratifiées par lui  notamment le protocole concernant les droits civils et politiques, le protocole relatif aux droits socio-économique et culturels, la convention contre la torture, la charte africaine des droits de l’homme et des peuples et la charte africaine pour la démocratie, les élections et la gouvernance,  ainsi que tous les instruments internationaux des droits de l’homme.

Pour l’ODHR

Laurent MUNYANDILIKIRWA

Coordinateur

]]>
http://www.therwandan.com/fr/rwanda-commutation-de-peine-pour-2140-prisonniers-parmi-lesquels-le-chanteur-kizito-mihigo-et-lopposante-politique-victoire-ingabire-umuhoza/feed/ 0
RWANDA : LES FDU-INKINGI ACCUIELLENT AVEC BONHEUR LA LIBERATION DE SA PRESIDENTE VICTOIRE INGABIRE UMUHOZA MAIS RESTENT VIGILANTES. http://www.therwandan.com/fr/rwanda-les-fdu-inkingi-accuiellent-avec-bonheur-la-liberation-de-sa-presidente-victoire-ingabire-umuhoza-mais-restent-vigilantes/ http://www.therwandan.com/fr/rwanda-les-fdu-inkingi-accuiellent-avec-bonheur-la-liberation-de-sa-presidente-victoire-ingabire-umuhoza-mais-restent-vigilantes/#respond Sat, 15 Sep 2018 12:57:06 +0000 http://www.therwandan.com/fr/?p=6278 Communiqué de presse (pdf)

La nouvelle de la libération de Madame Victoire Ingabire Umuhoza nous parvient par voie de la presse et nous nous en réjouissons. Nous nous réjouissons également de ce qu’un autre prisonnier de conscience, Monsieur Kizito Mihigo, ait été libéré en même temps que 2138 autres prisonniers.

Les FDU-Inkingi se félicitent de cette avancée sur la reconnaissance des droits de cette combattante de liberté emprisonnée injustement depuis 8 ans.

Les FDU-Inkingi tiennent à rappeler que l’Arrêt n° 003/2014 de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples du 24 novembre 2017 dans l’Affaire Victoire Ingabire contre l’Etat du Rwanda, en son paragraphe 173 (x), ordonne à l’Etat défendeur de prendre toutes les mesures nécessaires pour rétablir la Requérante dans ses droits et faire rapport à la Cour dans un délai de six (6) mois sur les mesures prises.

A l’alinéa xiii du même paragraphe 173 de l’ Arrêt du 24 novembre 2017, la Cour accorde à Madame Victoire Ingabire Umuhoza, en application de l’article 63 du Règlement intérieur de la Cour, un délai de trente (30) jours pour déposer sa requête  aux fins de réparation à compter de la date de l’arrêt et, à l’Etat défendeur, d’y répondre dans un délai de trente (30) jours, à compter de la date de réception des observations de la Requérante.

Madame Victoire Ingabire a déposé ses observations en demande de réparation devant la Cour africaine mais l’Etat défendeur n’a pas encore envoyé les siennes. Nous osons espérer que Madame Victoire Ingabire bénéficiera, entre autres, de tous ses droits civils et politiques sans restriction aucune.

Les FDU-Inkingi espèrent par ailleurs qu’il y a une réelle sincérité d’ouverture démocratique derrière ces libérations et que d’autres actions suivront dans le sens de permettre à tout le peuple rwandais de recouvrer toutes les libertés démocratiques auxquelles il aspire et pour lesquelles nous luttons depuis longtemps. Les FDU-Inkingi espèrent surtout qu’il n’y a pas là une volonté cachée d’une quelconque instrumentalisation à des fins  de politique nationale ou internationale.

Par la présente nous attirons l’attention, notamment, sur une décision contradictoire, prise par les instances judiciaires sous contrôle du régime de Kigali ce 14/09/18, de maintenir en détention les cadres des FDU-Inkingi emprisonnés depuis un an sous de fausses accusations et de les transférer à Nyanza. Cette attitude de vouloir souffler le chaud et le froid n’est pas du tout rassurante de la part d’un régime connu pour ses subterfuges politiques. Nous demandons qu’il y ait une réelle cohérence politique et que nos camarades dont les noms suivent soient libérés sans condition.

Il s’agit des membres des FDU Inkingi suivant qui sont en prison :

  1. Boniface Twagirimana (1er Vice-Président des FDU-Inkingi)
  2. Sylvain Sibomana, premier secrétaire général des FDU Inkingi
  3. Fabien Twagirayezu (responsable de la mobilisation)
  4. Gasengayire Leonille (trésorière adjointe)
  5. Gratien Nsabiyaremye (Commissaire-adjoint à la Stratégie et aux affaires politiques des FDU-Inkingi)
  6. Théophile Ntirutwa coordinateur des FDU-Inkingi à Kigali
  7. Vénant Abayisenga Coordinateur  FDU-Inkingi dans la Province de l’Ouest.
  8. Norbert Ufitamahoro
  9. Evode Mbarushimana

Les FDU-Inkingi demandent, par la même occasion la libération sans condition de tous les prisonniers politiques dont Madame Diane Rwigara, Déo Mushayidi,  Théoneste Niyitegeka, etc.

 

Fait à Londres  le 15/09/2018

FDU INKINGI

Justin Bahunga

2° Vice-Président et Porte-parole

Contacts: infocomrelext@fdu-rwanda.com Phone: +44-7988-883-576

]]>
http://www.therwandan.com/fr/rwanda-les-fdu-inkingi-accuiellent-avec-bonheur-la-liberation-de-sa-presidente-victoire-ingabire-umuhoza-mais-restent-vigilantes/feed/ 0
LE PARTI FPR INKOTANYI FACE A LA VICTOIRE SANS GLOIRE! http://www.therwandan.com/fr/le-parti-fpr-inkotanyi-face-a-la-victoire-sans-gloire/ http://www.therwandan.com/fr/le-parti-fpr-inkotanyi-face-a-la-victoire-sans-gloire/#respond Wed, 05 Sep 2018 20:36:12 +0000 http://www.therwandan.com/fr/?p=6237 COMMUNIQUE DE PRESSE N° 006/PS.IMB/NB/2018:

Vu les résultats des élections du Parlement Rwandais tenues en dates du 02 et du 03 Septembre 2018 à l’issue desquelles le Parti FPR INKOTANYI se taille la part du lion et ne réserve á ses partis satellites dont PSD,PL,Green Party et PS Imberakuri branche FPR INKOTANYI que des miettes;

Attendu que le Parti FPR INKOTANYI a tourné le dos á l’ouverture politique et n’accepte que les partis satellites regroupés au sein de la plateforme sous son controle,appélée FORUM;

Constatant que ces partis satellites ne sont pas des forces politiques mais plutôt des groupements des individus animés par des intérêts conjoncturels et électoraux ne disposant pas d’ancrage populaire;

Le Parti PS Imberakuri informe ses membres,les activistes de la démocratie et la communauté internationale ce qui suit:

Article premier:

Les résultats des élections du Parlement Rwandais tenue en dates du 02 et du 03 Septembre 2018 illustrent à merveille que le Parti FPR INKOTANYI est plus que jamais déterminé à controler sans partage le Parlement Rwandais.

Article 2:

L’objectif du Parti FPR INKOTANYI d’occuper tous les sièges du Parlement est une preuve vivante que ce parti n’est pas prêt à ouvrir l’espace politique mais plutôt qu’il est déterminé comme d’habitude à travailler avec ses partis satellites acquis à sa cause regroupés au sein du FORUM tout en écartant les partis d’opposition Rwandais internes et externes capables de lui faire de l’ombre.

Artcleà 3:

Le Parti PS Imberakuri réaffirme sans manier la langue de bois que les partis PSD,PL,Green Party et PS Imberakuri branche FPR INKOTANYI ne sont pas des partis d’opposition mais des associations des personnes tenues par des postes politiques et qui n’ont pas de vision politique,encore moins des stratégies politiques de prise de pouvoir par les urnes.

Article 4:

Le Parti PS Imberakuri présente ses vifs remerciements aux pays étrangers et organismes internationaux plus particulièrement l’Union Européenne pour ne pas avoir financé ce simulacle d’élections voire envoyer des observateurs.Le Parti PS Imberakuri informe la communauté internationale que le Parlement Rwandais issu des élections parlementaire du 02 et du 03 Septembre 2018 reste toujours la chasse gardée du FPR INKOTANYI et ses partis satellites et il continuera en conséquence à agir comme la caisse de résonnance du FPR INKOTANYI.

Fait à Kigali,le 05 Septembre 2018

Me NTAGANDA Bernard

Président Fondateur du Parti Social Imberakuri (Sé)

]]>
http://www.therwandan.com/fr/le-parti-fpr-inkotanyi-face-a-la-victoire-sans-gloire/feed/ 0
Démission du parti FDU-INKINGI et de tous mes mandats http://www.therwandan.com/fr/demission-du-parti-fdu-inkingi-et-de-tous-mes-mandats/ http://www.therwandan.com/fr/demission-du-parti-fdu-inkingi-et-de-tous-mes-mandats/#respond Tue, 04 Sep 2018 19:08:40 +0000 http://www.therwandan.com/fr/?p=6227 Madame la Présidente des FDU-INKINGI, C/O  Monsieur Justin Bahunga, Deuxième vice-Président

 

 Objet : Démission du parti FDU-Inkingi et de tous mes mandats au sein du Comité Régional de Belgique et de la commission Affaires Juridiques et Droit de l’Homme

 

Madame la présidente,

En date du 25 août 2018, j’ai adressé aux organes dirigeants du parti une série de questions concernant les dysfonctionnements au sein du parti, lesquels dysfonctionnements entraînent un climat de malaise et de terreur entretenu par certains dirigeants au su et au vu de tout le monde, sans que cela n’interpelle personne parmi les hauts dirigeants ! Ma participation au congrès ordinaire tenu à Louvain du 01 au 02 septembre 2018 m’a permis de me rendre compte de ce climat caractérisé par l’absence totale de dialogue et d’échanges respectueux devant caractériser les personnes qui luttent pour une même cause, à savoir la libération du peuple rwandais. Certains dirigeants, au lieu d’écouter les problèmes soulevés par les membres et de travailler à leur trouver une solution durable, préfèrent se livrer à une campagne de diabolisation et de dénigrement ainsi que proférer des menaces à ceux qui soulèvent des questions ou osent faire des critiques objectives et positives, montrant clairement qu’ils préfèrent travailler uniquement avec les personnes qui ne les critiquent pas et qui ne s’opposent à aucune de leurs volontés.

A cause de tout ce qui précède, j’ai décidé de démissionner du parti et de tous mes mandats au sein des FDU-Inkingi et à moi de mettre ma contribution là où elle est nécessaire et peut profiter au peuple rwandais opprimé. Je continuerai à lutter pour l’instauration d’un Etat de droit et démocratique au Rwanda.

Madame la présidente,

Il y a certes des divergences entre moi et certains hauts cadres notamment en ce qui concerne l’accélération du rassemblement de l’opposition rwandaise, ainsi qu’en ce qui concerne les valeurs fondamentales, notamment de tolérance et de respect de débat contradictoire, qui doivent caractériser le leadership d’un parti démocratique. Il y a aussi le constat du refus de nos aînés à faire le passage de témoins à la jeune génération pour diriger le parti et mener la lutte démocratique au sein de l’opposition, mais j’ai bon espoir qu’il y a beaucoup de choses sur lesquelles on continuera de travailler ensemble pour atteindre l’objectif commun de libération du peuple rwandais, où que je serai.

Je vous souhaite de faire progresser les FDU-INKINGI dont je me retire avec regrets mais je vous promets de ne rien faire ou dire qui puisse nuire aux FDU-INKINGI et que je continuerai le travail d’unification de l’opposition que j’ai entamé il y a longtemps, afin de venir rapidement au secours du peuple rwandais opprimé et sous le joug du FPR.

Paix à vous.

Fait à Bruxelles le 04 septembre 2018

Innocent TWAGIRAMUNGU

 

Copie pour information :

  1. Les membres du comité directeur des FDU-Inkingi (tous)
  2. Les présidents des CPLs de Belgique (tous)
  3. Les Conseils régionaux (tous)
]]>
http://www.therwandan.com/fr/demission-du-parti-fdu-inkingi-et-de-tous-mes-mandats/feed/ 0
QUATRIEME CONGRES DES FDU-INKINGI TENU A LOUVAIN EN BELGIQUE http://www.therwandan.com/fr/quatrieme-congres-des-fdu-inkingi-tenu-a-louvain-en-belgique/ http://www.therwandan.com/fr/quatrieme-congres-des-fdu-inkingi-tenu-a-louvain-en-belgique/#respond Sun, 02 Sep 2018 15:52:39 +0000 http://www.therwandan.com/fr/?p=6220

]]>
http://www.therwandan.com/fr/quatrieme-congres-des-fdu-inkingi-tenu-a-louvain-en-belgique/feed/ 0
Congrès ordinaire du parti FDU-Inkingi, Leuven 01-02/09/2018 http://www.therwandan.com/fr/congres-ordinaire-du-parti-fdu-inkingi-leuven-01-02092018/ http://www.therwandan.com/fr/congres-ordinaire-du-parti-fdu-inkingi-leuven-01-02092018/#respond Sat, 01 Sep 2018 15:25:01 +0000 http://www.therwandan.com/fr/?p=6208

]]>
http://www.therwandan.com/fr/congres-ordinaire-du-parti-fdu-inkingi-leuven-01-02092018/feed/ 0
Les combattants des FLN se mobilisent uniquement pour secourir le peuple meurtri http://www.therwandan.com/fr/les-combattants-des-fln-se-mobilisent-uniquement-pour-secourir-le-peuple-meurtri/ http://www.therwandan.com/fr/les-combattants-des-fln-se-mobilisent-uniquement-pour-secourir-le-peuple-meurtri/#respond Sun, 22 Jul 2018 15:15:11 +0000 http://www.therwandan.com/fr/?p=6130 MOUVEMENT RWANDAIS POUR LE CHANGEMENT DEMOCRATIQUE (M.R.C.D)

COMMUNIQUE DE PRESSE n° 2018/07/02

Le MRCD informe la communauté rwandaise, les organisations internationales de défense des droits humains, le Corps diplomatique accrédité au Rwanda, les pays limitrophes, la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est (EAC), la Communauté des Etats de l’Afrique Australe (SADEC) et l’Organisation des Nations Unies ce qui suit : Nous avons entrepris la lutte pour mettre un terme à la dictature, les inégalités entre rwandais et le meurtre que le FPR et KAGAME ont institutionnalisés au Rwanda.

Nous dénonçons énergiquement tous actes de répression et de meurtre perpétrés en ce moment contre les honnêtes citoyens du Rwanda par KAGAME et ses services de renseignements. Ces ignobles actes sont perpétrés à longueur de journée par les agents de la Directorate of Military Intelligence (DMI) qui, nuitamment, font assaut au domicile d’honnêtes citoyens pour tuer à la machette, tabasser les gens et piller tous les biens. Ces actes sont perpétrés pour ensuite être imputés aux combattants du MRCD, les FLN, dans le but de leur détourner la sympathie du peuple et de la Communauté internationale dans son ensemble. Voici, entre autres, les localités déjà touchées par lesdites atrocités de la DMI : district de Muhanga : les villages de Murambi, Uruli et Shyogwe ; district de Kamonyi, Musambira, Gisagara, Nyaruguru et ailleurs.

Ce n’est pas la première fois que le FPR et Kagame s’adonnent à des atrocités de ce genre : en juillet 2014, de nombreux cadavres ont été repêchés dans le Lac Rweru où les agents de la DMI de Kagame jetaient régulièrement des corps d’opposants morts sous la torture.

De plus, à travers la bouche du Colonel MUHIZI lors de son discours incendiaire devant la population réunie dans le Nord du pays en date du 08 juillet 2018, Kagame a révélé le projet criminel que le FPR et lui-même nourrissent de perpétrer une autre extermination de rwandais innocents. En effet, le Colonel Muhizi a déclaré publiquement à la population qu’il s’apprête à “LES BALAYER”. Nous mettons en demeure le FPR et KAGAME d’arrêter immédiatement ce massacre de civils innocents.

Nous demandons instamment aux organisations internationales de défense des droits humains de rester vigilantes, de surveiller et de dénoncer les meurtres perpétrés par la DMI et Kagame qui ensuite les imputent aux combattants des FLN qui, pourtant, n’ont pour objectif que de ramener la paix et la concorde pour la communauté rwandaise dans son ensemble.

Nous rassurons tous les Rwandais que les combattants des FLN se mobilisent uniquement pour secourir le peuple meurtri et lui ramener l’humanité arrachée ; nous n’attenterons à la vie ou l’intégrité de personne. Nous demandons à tous les Rwandais de l’intérieur du pays de s’organiser pour leur propre défense au lieu de tendre le cou aux assassins de la DMI ; nous leur recommandons aussi d’alerter les combattants FLN, quand c’est possible, chaque fois qu’approchent les assassins de la DMI.

Fait à Nyamagabe, le 20 Juillet 2018

Maj. Callixte N. SANKARA

2ème Vice-Président du MRCD et Porte-Parole des FLN

]]>
http://www.therwandan.com/fr/les-combattants-des-fln-se-mobilisent-uniquement-pour-secourir-le-peuple-meurtri/feed/ 0