COMMUNIQUÉ DE LA FAMILLE HABYARIMANA: VINGT-CINQ ANS DE CONTREVÉRITÉS

L'ancien Président rwandais Juvénal Habyalimana
Loading...

1 COMMENT

  1. Au Rwanda de Kagame, tous les oligarques du régime rivalisent dans les divagations et insanités en tous genres. Les Rwandais se posent la question de savoir si ces gens ne seraient pas frappés d’insanité d’esprit et savent qu’ils sont affectivement malades.
    Pour revenir aux propos minables et pitoyables du conseil spécial de Kagame, il convient de rappeler que de son vivant, le Président Habyarimana a, dans l’intérêt du pays, maintes fois invité Kagame à le rencontrer aux seules fins de trouver une issue heureuse à la guerre qui endeuillait des milliers de familles Rwandaises. Kagame n’a répondu à aucune de ses invitations. Parce qu’il avait peur de le regarder tout droit dans les yeux.
    Kabarebe James était l’aide de camp de Kagame et subséquemment son l’obligé. Alors qu’il ne pouvait pas oser regarder le Président Habyarimana tout droit dans les yeux, Kagame et James Kabarebe, l’homme à tout faire de ce premier, l’ont attendu dans l’obscurité pour le poignarder mortellement dans le dos. Un homme courageux est celui qui affronte son adversaire tout droit dans les yeux et nullement celui qui agit dans l’obscurité comme un cafard c’est-à-dire qui fuit comme un rat lorsqu’il voit ce dernier arriver ou qui profère des insanités comme celles de Kabarebe à l’endroit des morts. La traduction séculaire de notre pays requiert le respect des morts, peu importe la haine ou l’animosité qu’on l’on aurait à leur égard. Pour Kabarebe, à l’instar de son maître, le mot ridicule est dépourvu de sens.
    Habyarimana fait irréversiblement partie intégrante de l’histoire de notre pays. Il est mort débout et dignement dans le pays de ses ancêtres, pays qu’il a construit. Il sera étudié par les générations futures. Le moment venu, le pays lui rendra hommage.
    Quant à Kabarebe, dans quelques années, soit il sera en prison pour les crimes qu’il a commis contre des millions de Rwandais et Congolais car il sait très bien qu’aussi longtemps qu’il sera vivant, il payera pour ces crimes abominables, soit il mourra comme un chien. Au regard des dires de Kabarebe, il me semble inutile de faire des commentaires. Il attend une récompense de la part de son maître pour sa haute performance dans le domaine de divagations et galimatias amphigouriques.

LEAVE A REPLY