DEMAIN ON DIRA … IL Y AVAIT ANGUILLE SOUS ROCHE

… on dira qu’en ces jours-là: « un empereur africain aimé par près de 13 millions d’habitants de son empire fut supplié par son peuple de rester au pouvoir éternellement, qu’il fut peut-être la personnalité la plus controversée du monde entier,  que d’aucuns voyaient en lui un grand amour pour son peuple, mais que beaucoup d’autres le qualifiaient de despote le plus cruel et sanguinaire que le continent ait jamais connu … !» – y avait-il anguille sous roche?

Par Djibril Gasani

Son nom est Paul Kagamé, son Empire le Rwanda, un géant royaume aux dimensions physiques quasi-infinitésimales, densité oblige! Ses admirateurs, souvent ignorants de son itinéraire vers le sommet de son empire, sans cesse racontent sa bravoure, ses prouesses et ses réalisations.

Cependant, son accession au pouvoir n’emprunte pas la voie des urnes mais prend le chemin d’un bain de sang qu’il aurait lui-même, fait couler, selon ceux qui se disent en être soit rescapés soit témoins oculaires et/ou auriculaires. Ses thuriféraires chantent de belles routes très propres, absences de sachets plastiques dans les rues, transformation du royaume en Singapore d’Afrique, paradis terrestre où la souffrance n’est plus d’actualité!

Ses admirateurs, par intérêt, ironie ou autre motif, parlent d’un homme exceptionnel qui a arrêté le génocide des tutsi de l’intérieur, francophones (dont il ne fait pas partie), un génocide  que certaines voix lui accusent d’avoir provoqué ou favorisé. La musique de telles louanges est si intense et non-stop que  tout esprit critique finit par soupçonner un monstre caché derrière les belles allelyiah du messie dont l’écho retentit partout où les réseaux Clinton et amis exercent la puissance financière et médiatique!

Une question alors s’impose: y a-t-il anguille sous roche?  Certains diraient too good to be true! Trop merveilleux pour être vrai! Jamais dans l’histoire du continent un dictateur n’a été aussi glorifié par les puissances de ce monde et les media sous leur contrôle que Mr Paul Kagame, l’ancien chef  rébelle, grandi en Ouganda et n’ayant jamais eu la chance d’apprendre un seul mot français, mais qui impose son autorité et son égoïsme sur un pays à  100% francophone, abstraction faite de rwandais ne parlant que kinyarwanda, le pays vire à l’anglophonie sans l’autorisation du peuple! Par-delà les louanges, l’autre côté de la médaille n’est pas si flamboyant que ses protecteurs et ses génuflecteurs veulent le faire croire! Il serait vrai que ses glorifications soient essentiellement entretenues par les gros moyens financiers, médiatiques ou d’influence politiques de ses protecteurs occidentaux dont certains milieux et personnalités politiques, religieux et d’affaires des puissances occidentales notamment le Canada, le Royaume-Uni, l’Union Européenne et les Etats-Unis!

Le doute entourant son mystère devient irrésistiblement fort à la connaissance des recherches et investigations de divers spécialistes, des ONGs internationaux de renom (Human Right Watch, Reporters sans Frontières, …), du Département d’Etat des USA, des députés du parlement européen, de l’Organisation des Nations Unies, de la Commission des Droits de l’Homme du Congrès des USA, des académiciens comme le Professeur Philip Reyntiens de l’Universite Catholique de Louvain et Anjan Sundaram de la prestigieuse Yale University des USA, des politiciens et journalistes d’investigation de renom tels que Robin Philipot du Quebec-Canada et Geoffrey York de l’Afrique du Sud, des puissants procureurs internationaux comme la suisse Carla Del Ponte et la canadienne Louise Arbour, du fameux service de sureté militaire britannique MI5, des juges d’instruction comme le français Jean-Louis de Bruguière et l’espagnol Fernando Andreu Merelles, qui, chacun selon ses découvertes ou conclusions, a au moins une fois pointé du doigt Mr Paul Kagamé et son régime pour des crimes graves passés et présents, crimes contre l’humanité commis au Rwanda, massacres de civils, répression transfrontalière des voies critiques, suppression de la liberté d’expression, crimes contre l’humanité qui une fois présentés devant un tribunal compétent seraient qualifiés de génocide, assassinats de de citoyens, menace d’assassinat au pays et à l’étranger, arrestations arbitraires, détentions illégales, disparitions d’activistes de droits de l’homme, tortures,  intimidation de citoyens et résidents en général, assassinats de journalistes et d’opposants politiques au Rwanda et à l’étranger, assassinats de citoyens des pays africains (RDC, burundais, …), assassinats de citoyens occidentaux (espagnols, canadiens, anglais, croate, français, …).

Somme toute, Paul Kagamé est peut-être la personnalité politique la plus controversée des temps modernes! Pour certains, Kagamé est le dirigeant africain parfait, d’où tant de louanges, mais pour d’autres, surtout des chercheurs, académiciens, investigateurs indépendants et activistes des droits de l’homme, pour n’en citer que ceux-là, jamais dans l’histoire du continent, les cruautés d’un dictateur n’ont été aussi documentées, fouillées et détaillées, durant son règne, que dans le cas de Paul Kagamé, et jamais la justice internationale n’a été rendue aussi ridicule que dans son cas … !.

Une question s’impose: y-t-il anguille sous roche? L’avenir nous dira

LEAVE A REPLY