Génocide au Rwanda : le défi de la réconciliation entre Hutus et Tutsis: JMV Ndagijimana

Loading...

1 COMMENT

  1. Tous mes remerciements à JMV Nagijimana pour ses prestations lors du débat avec Nkunzumwami Emmanuel et maître Paruelle organisé par Africa 24.
    Il a démontré sa parfaite connaissance du dossier rwandais et sa capacité en synthèse.
    Ceux qui ont suivi le débat ont pu constater que Monsieur Nkunzumwami dit politologue et essayiste a nié les massacres contre les Hutu par les soldats du FPR alors même Kagame ne les a jamais niés.
    Il a affirmé publiquement et cyniquement qu’il y a eu quelques victimes Hutu et que celles-ci étaient inévitables dans une guerre. Autrement dit, des millions de Hutu, femmes, enfants et hommes de tous âges conditions qui ont exterminés et envoyés dans les fours crématoires (par milliers) construits dans les forêts de Ruhande et de Nyungwe sont des victimes des dommages collatéraux de la guerre déclenchée par ses amis du FPR.
    Au vu de ses affirmations, dès lors que les bombes et la balles ne pouvaient nullement distinguer des Hutu des Tutsi, ces derniers ont été logiquement victimes des dommages collatéraux.
    Il s’ensuit qu’il y a eu deux catégories de victimes Tutsi, celles du génocide, planifié et perpétré par les Hutu et celles des dommages collatéraux des bombes et balles du FPR.
    Le 7 avril 2019, Kagame et les siens avec kyrielle d’invités étrangers ont commémoré le 25 ème anniversaire du génocide dit des Tutsi. Au regard des imputations de Nkunzumwami et ses amis, cette commémoration sélective ne concernait logiquement pas les victimes Tutsi des dommages collatéraux ci-dessus indiqués.
    Puisque existence de ces victimes déduite des affirmations de Nkunzumwami et consorts n’est pas à démontrer, selon celui-ci, la question que toute personne douée de discernement peut se raisonnablement se poser est la suivante: les dirigeants d’IBUKA adhèrent-ils aux affirmations péremptoires et contradictoires de Nkunzumwami Emmanuel, physicien de formation?
    Le même Nkuznumwami a soutenu devant des millions téléspectateurs d’Africa 24 que le génocide des Tutsi a été planifié. Mais il n’a curieusement pas précisé les auteurs de cette planification.
    Depuis l’arrêt de la chambre d’Appel du TPIR relativement à l’Affaire Bagosora, le mot planification du génocide dit des Tutsi a été rayé du vocabulaire des juges de ce tribunal et de les personnes douées de discernement de bon sens élémentaire. Sous peine de se discréditer quant à ses affirmations, dès lors que Nkunzumwami prétend disposer des preuves quant à la crédibilité de ses affirmations, pourquoi ne les a-t-il pas transmises au Procureur du TPIR qui n’a jamais trouvés les preuves de cette planification nonobstant des moyens humains et matériels engagés ? Aucun des accusés et prisonniers rwandais qui croupissent dans les geôles de Kagame n’a été condamné par planification du génocide dit des Tutsi. Pourquoi Nkunzumwami qui prétend être en possession des preuves les a-t-il pas adressées au procureur de Kigali qui remué ciel et terre pour les trouver en vain ?
    Nkunzumwami est un des Kagamiste purs et dire opérant en France. Le régime Kagame a besoin des Rwandais experts dans tous les domaines comme lui. Il est en France depuis plus de 40 ans. Pourquoi n’est-il pas rentré pour mettre ses hautes compétences au service des Rwandais. Il n’a visiblement pas bien écouté Kagame. En effet, devant des millions de Rwandais, celui-ci a dit que ce que le Rwanda attend des Rwandais qui prétendent être experts dans ceci, cela, ou qui crient sur les toits qu’il sont experts en tout, c’est apporter leurs compétences au service de notre pays et que ceux qui font des bruits à l’étranger ou qui écrivent des livres sur le Rwanda mais à l’étranger ne valent rien. Pour lui, seule l’action au service du Rwanda est recevable. Le reste c’est du verbiage. Il a parfaitement raison. Il est difficile de comprendre comment des individus p qui prétendent œuvrer au bénéfice du régime et refusent d’aller apporter leur contribution à l’indispensable développement économique et social de notre pays. Au regard des affirmations cyniques et édifiantes de Nkunzumwai, le problème majeur et lourd de conséquence est le dysfonctionnement intellectuel qui frappe certains soi-disant intellectuels Rwandais.
    Lors du débat, JMV Ndagijimana a tenté d’orienter Nkunzumwami dans le droit chemin, mais celui-ci a persisté dans la négation de l’évidence à savoir les faits notoirement établis et l’effectivité des documents cités clairement par l’Ambassadeur Ndagijimana. Il convient de rappeler que Nkunzumwami a fait ses études primaires, secondaires et universitaires avec les deniers du Peuple Rwandais, que lorsqu’il était étudiant, il était activiste du parti MRND, que sous le régime Habyarimana, il n’a jamais écrit négativement contre celui-ci ou proposé quoi que ce soit, alors qu’il en avait droit et que Habyarimana avait encouragé les étudiants rwandais d’apporter des idées nouvelles. Jusqu’à la fin de ses études universitaires en France, tous ses soins de santé étaient pris en charge par le Rwanda comme tous les Rwandais de l’intérieur. Sous le régime Habyarimana aucun jeune rwandais n’a quitté l’école ou université parce qu’il n’a pas de quoi payer les frais de scolarité. Nkunzumwami a nié les faits flagrants à savoir que des milliers de jeunes rwandais Hutu pourtant brillants ne peuvent accéder à l’enseignement supérieur par maque de moyens de leurs parents frappés de paupérisation flagrante. Il a nié l’apartheid qui frappe des millions de Hutu dont l’exclusion de leurs enfants aux bourses d’études allouées par FARG, exclusivement réservées aux Tutsi, rescapés du génocide dit des Tutsi. Sachant que la qualité de rescapé est héréditaire. Les membres de familles des victimes Tutsi des dommages collatéraux des balles et bombes du FPR bénéficient-ils des bourses FARG?

LEAVE A REPLY