Il y a 19 ans, le camp des réfugiés rwandais de Tingi-Tingi était détruit

Situé dans la province congolaise du Maniéma, à 400 km de la ville de Bukavu, le village de Tingi Tingi a accueilli de Novembre 1996 à Février 1997 entre 150000 et 200000 réfugiés rwandais, rescapés des massacres perpetrés par les militaires de l’armée patriotique rwandaise (APR) et des rebelles congolais de L’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), à l’occasion de la destruction des camps de Bukavu, Goma et Uvira en Octobre et Novembre 1996.

Le 01 mars 1997, le camp de Tingi a été détruit au mortier et à la mitrailleuse par l’APR et l’AFRL. Des milliers de personnes dont en majorité des femmes et des enfants ont été tuées dans cette opération et des centaines de milliers d’autres furent jettées sur les routes de l’exil, à travers la fôret équatoriale et sans aucune assistance humanitaire. Beaucoup d’entre elles vont trouver la mort, tuées par leurs poursuivants et d’autres par la faim, les maladi et l’épuisement.

 » Dans la matinée du 1er mars 1997, des éléments de l’AFDL/APR sont entrés dans le camp de Tingi-Tingi et ont tué sans discrimination ses derniers occupants. Bien que la plupart des réfugiés aient déjà quitté le camp, plusieurs centaines d’entre eux s’y trouvaient encore, parmi lesquels de nombreux malades soignés dans le dispensaire et des enfants non accompagnés. Selon les témoins, les troupes de l’AFDL/APR auraient tué la plupart des victimes à coups de couteau. Les corps ont ensuite été enterrés dans plusieurs charniers par des volontaires de la CroixRouge de Lubutu265. »
« Dans l’après midi du 1er mars 1997, des éléments de l’AFDL/APR ont ouvert le feu sur les réfugiés qui se trouvaient dans la queue de la colonne en fuite vers Lubutu et en ont tué plusieurs dizaines. Le même jour, les militaires de l’AFDL/APR ont tué par balle plusieurs centaines de réfugiés qui attendaient pour traverser le pont sur la rivière Lubilinga. De nombreux réfugiés sont morts noyés en se jetant dans la rivière; d’autres sont morts piétinés par la foule en panique. Le 2 mars, les militaires de l’AFDL/APR ont demandé à la population de Lubutu d’enterrer les victimes, mais la plupart des corps ont été jetés dans la rivière. » (voir rapport mapping RDC)

Plusieurs sources estiment entre 300.000 et 500.000, le nombre de réfugiés rwandais morts ou disparus en RDC. En ce jour d’anniversaire de cette tragédie, n’oublions pas ces centaines de milliers de victimes, dont la majorité étaient encore des enfants, dans nos pensées et nos prières.

Vous avez été témoin ou victime de cette tragédie et vous souhaitez partager votre expérience avec d’autres, envoyez-nous vos témoignages à l’adresse suivante : memorialazeca@hotmail.com

Loading...