LE FPLC EST CONTRE LA RELOCALISATION DES FDLR A KISANGANI

Suite à la décision du gouvernement de Kinshasa de procéder à la relocalisation dans les Provinces Orientale et de l’Équateur les membres des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) qui ont déposé leurs armes et demandé le dialogue politique avec le gouvernement rwandais, le FPLC informe au public de ce qui suit:

1. Le comportement du gouvernement de la RDC est inconcevable. alors que la RDC est confrontée à de nombreux défis relatifs aux guerres répétitives et la pauvreté, comment un gouvernement responsable peut déplacer les réfugiés de mille kilomètres plus profondément dans le pays! Comment un gouvernement responsable peut prendre comme nulles les demandes de si nombreux réfugiés que la RDC ait jamais eu et qui y totalisent maintenant 20 ans !

2. Si Joseph Kabila et son gouvernement veulent leur donner la nationalité congolaise, ils n’ont pas à les troubler en les déplaçant dans un camp base militaire à Kisangani et cela pour deux principales raisons. La première est que, beaucoup d’entre eux sont des civils et les soldats qui sont parmi eux ont rendu leurs armes. La deuxième est que la RDC est grande de façon que toute province puisse les accueillir. Pourquoi alors aller les enfermer dans un camp militaire et qu’est-ce qui est derrière ce plan?

3. Selon nos sources, le gouvernement utilise l’instrumentalisation et la manipulation pour créer l’insécurité dans ces provinces alors que les populations aux cœurs meurtris par des guerres injustes principalement à Kisangani envisagent une auto-défense violente.

Pour ces raisons, la direction du Front Patriotique pour la Libération du Congo (FPLC) invite:

1. Le gouvernement de la RDC à arrêter la délocalisation des FDLR, mais de tenir en compte leurs demandes afin de trouver une solution durable au problème des réfugiés rwandais dans notre pays. Les populations congolaises sont fatiguées des cycles de guerres inutiles que certains des hauts responsables gouvernementaux mènent contre eux en complicité avec leurs copains étrangers.

2. Les FDLR de ne pas aller dans le camp base militaire de Kisangani ou ailleurs dans l’intérieur de la RDC comme un agneau conduit à son abattage, mais d’exiger une solution politique à leur problème.

3. La Communauté Internationale (l‘ONU, l’UE, l’UA, la SADC, la CIRGL,…), à s’imprégner que la solution militaire au problème des réfugiés ne mettra pas fin à la crise à l’Est de la RDC, mais qu’elle l’aggravera plutôt alors que nos populations continueront à connaitre des millions de victimes innocentes. De plus, le FPLC en appelle formellement à cette même Communauté en particulier les pays de la SADC de s’assurer que les réfugiés ne seront pas transférés à Kisangani, parce que si cela se produit, la situation sera pire qu’en 1996. Dans le même temps FPLC leur recommande d’arrêter le chaos prévisible de ces deux années à venir. Enfin, le FPLC renouvelle son engagement à ses nobles objectifs, mais assure sa disposition à toute approche pacifique qui apporterait une solution définitive au problème de la RDC. Il souhaite également que tout citoyen ou étranger vivant dans notre pays jouisse de ses droits fondamentaux sans aucune forme de ségrégation. Ainsi, il soutient pleinement tous ceux qui sont contre la relocalisation des FDLR à Kisangani.

Fait à Goma, le 03 Août 2014

Le Cabinet du FPLC Contact

Contact: fplccongochanged2013@gmail.com

Loading...