Le gouvernement rwandais devrait partager sa stratégie anti-covid19 avec le peuple

Victoire Ingabire Umuhoza

Par Victoire Ingabire

Comme le reste du monde, le Rwanda est confronté à une guerre sans précédent contre un ennemi invisible, le Coronavirus. Au 7 avril 2020, quelque 105 compatriotes sont infectés par Covid19. Nous sommes très fiers de nos professionnels de la santé qui sont à l’avant-garde de ce combat.

En ce qui concerne la stratégie globale du gouvernement rwandais pour lutter contre le coronavirus, cela reste incertain. Le Cabinet du Premier Ministre a publié plusieurs déclarations pour la plupart pour la façon de se conduire pendant le verrouillage. Le Président de la République s’est adressé à la nation en bref message télévisé. Malheureusement, aucun des éléments ci-dessus n’a indiqué la stratégie globale que le Rwanda utilise pour lutter contre la pandémie.

En effet, nous avons récemment appris davantage du Fonds monétaire international (FMI) dans son explication de la raison pour laquelle il a accordé à notre pays un prêt de 109.4 millions de dollars américains. Après avoir déclaré que le Covid19 avait mis fin à l’économie du Rwanda « pour arrêter », le FMI a souligné les domaines dans lesquels son prêt aidera notre pays en ces moments difficiles.

Selon le FMI, (1) les gains et les réserves de change se sont gravement détériorés. (2) les ressources nécessaires pour les dépenses de santé pour lutter contre la maladie sont pressées ; et (3) les ménages rwandais qui dépendent des salaires quotidiens sont confrontés à une faim potentielle. Le FMI a conclu en disant que le défi Covid19 au Rwanda est tellement énorme que son prêt ne suffit pas et les donateurs devraient accorder des subventions à notre pays plutôt que des prêts pour lutter contre la maladie.

Nous encourageons maintenant le gouvernement rwandais à partager avec le peuple rwandais exactement quelle est sa stratégie globale. Par exemple, comment le prêt du FMI doit-il être distribué aux trois domaines qui ont besoin de soutien, à savoir réduire les réserves de change, renforcer le secteur de la santé et soutenir les familles vulnérables ?

Nous continuons d’espérer que le gouvernement rwandais mettra la lumière sur ces questions critiques auxquelles notre nation est confrontée.

1 COMMENT

  1. Question: y-a-t-il une stratégie du gouvernement Kagame pour faire face efficacement au fléau de coronavirus?
    Au regard des faits, il n’y en a pas.
    Face à la calamité sanitaire mondiale, les dirigeants des Etats dignes de ce nom ont mobilisés les ressources humaines en matière médicale dont leurs pays disposent. C’est-à-dire ils ont mobilisé les meilleurs experts en médicine dont leurs pays se sont dotés d’une part et renforcé les moyens matériels dotés aux services publics de santé d’autre part. ce sont ces experts qui élaborent la stratégie évoquée par Madame Ingabire Umuhoza et le gouvernement la met en oeuvre.
    Pour le Rwanda, les meilleurs experts en infectiologie et autre filières médicales, Kagame les a impitoyablement massacrés. Ils sont dans les tombes. Les rescapés ont pris les chemin de l’exil.
    Si le Rwanda de Kagame a formé des médecins, force est de constater qu’il s’agit de jeunes médecins inexpérimentés et au surplus formés largement dans l’école poubelle rwandaise ou l’école publique. Pour s’en rendre compte, il suffit d’aller voir la misère humaine et matérielle dans laquelle se trouver l’hôpital universitaire de Butare qui était une référence en matière médicale au Rwanda avec des médecins hautement qualifiés dans diverses branches de la médecine. Aussi, avec le coronavirus, les Rwandais ont pu constater la carence effective de médecins et scientifiques hautement qualifiés ainsi que l’état misérable du secteur public de santé au Rwanda. La parfaite illustration est les explications approximatives et parcellaires des soi-disant experts présentés au public par Kagame relativement au coronavirus en réponse aux questions posées par les journalistes.
    Il s’ensuit que le gouvernement rwandais n’a pas stratégie pour affronter efficacement cette maladie. Les Rwandais implorent le Plus Haut pour qu’il les épargne de cette calamité mondiale.
    par ailleurs, depuis que l »existence de cette maladie a été portée à la connaissance du public rwandais grâce à l’ambassadeur des Pays-Bas à Kigali, Kagame a disparu. Il est introuvable. Il est planqué quelque part dans Kigali ou ailleurs pour échapper au coronavirus. Cette disparition volontaire de Kagame dit président des Rwandais en pleine pandémie qui frappe les Rwandais même si le nombre de morts est pour l’instant très faible devrait faire l’objet de critiques sévères des opposants politiques dont Madame Ingabire Umuhoza. Enfin, le constat macabre est que même le premier ministre est abonné absent. Il communique par de petits communiqués. Il en est de même du ministre de la santé.
    La stratégie du gouvernement Kagame est la confinement des pauvres rwandais et la fourniture de quelques grammes de produits alimentaires aux déshérités rwandais ( 1,5 kg de produits alimentaires pourris par famille de cinq personnes pour quinze jours) qui sont des milliers. La stratégie du gouvernement est d’affamer des millions de Rwandais et nullement de les protéger contre le coronavirus, le tout sous réserve de prouver le contraire. La stratégie du gouvernement Kagame est de gaver les nantis avec es vivres destinés aux pauvres et les fonds ( soit plus de 100 millions dollars US) alloués par le FMI pour prendre et mettre en œuvre des mesures efficaces aux fins de protéger les Rwandais contre le fléau ci-dessus évoqué. Où sont partis ces millions de dollars US? Combien de soignants rwandais ont-ils contracté et/ou mort de cette maladie? Quels sont les moyens dont disposent les hôpitaux rwandais pour prendre en charge les malades? Où est Kagame, dit président des Rwandais? Kagame ou le premier ministre a-t-il rencontré les soignants? Si oui combien de fois? Madame Ingabire, dite opposante politique aurait pu concentrer les critiques et propositions sur les points négatifs saillants et flagrants relativement au coronavirus et la politique de santé au Rwandais, en particulier la situation misérable matérielle et humaine dans lequel se trouve le service public de santé. Ensuite, la fuite de Kagame au moment ou les Rwandais attendent de lui qu’il témoigne sa compassion à l’endroit des victimes de cette maladie et les membres de leurs familles et qu’il soit aux côtés de son Peuple dans cette période doit faire l’objet de critiques de la part des opposants politiques. Un chef d’Etat qui fuit au moment où son peuple affronte durement une pandémie c’est du jamais vu dans les annales de l’histoire du Rwanda. Il aurait dû avoir l’outrecuidance de se taire le 6 avril 2020. Son message lu par son hologramme à la télévision est vide de sens. Le comble est qu’il a même osé prononcer le mot « Dieu » alors que c’est bien qui aurait dû, à titre personne personnel, pardon à Dieu pour ses agissements indignes pour un chef d’Etat. Les Rwandais sont les enfants de Dieu. Seul celui-ci connaît le sort final de ses enfants. Les Rwandais ont et auront sa bénédiction. Kagame est mal placé pour demander cette bénédiction pour eux. Par son message, il a prétendu exprimer sa compassion à l’égard des Rwandais alors qu’à ce jour, il ne l’a jamais prouvé. Ce que les Rwandais attendent de lui c’est l’action et nullement les discours, vides au surplus.

LEAVE A REPLY