Le Parti politique PDP-IMANZI demande la révision de la politique salariale dans le secteur de la Fonction publique au Rwanda.

COMMUNIQUE DE PRESSE 2014/0019

Chers compatriotes, chers amis du Rwanda,

Le mercredi 18 juin 2014, le Chef de L’Etat, Son Excellence Paul KAGAME, a signé l’arrêté présidentiel portant révision des salaires des plus hauts dirigeants de notre pays. Ces dirigeants sont:  le Président de la République, le Président du Sénat, le Président de la Chambre des Députés, le Premier Ministre et les Ministres.

L’arrêté en question accorde à ces dirigeants un salaire de base qui se situe entre la somme de trois millions(3.000.000) et six millions de francs rwandais (6.000.000 frw) par mois.

Ces autorités bénéficient également d’une somme supplémentaire excédant leur salaire de base excepté les Ministres dont chacun reçoit, dès son entrée en fonction, la coquette somme de cinq millions de francs rwandais pour l’achat des équipements de son domicile en plus d’une prime mensuelle de logement équivalant à cinq cents mille francs rwandais (500.000 frw).

Ces dirigeants bénéficient par ailleurs d’autres avantages importants aux frais de l’Etat tels que des véhicules, des équipements de communication et la couverture de la consommation d’eau et d’électricité.   L’arrêté prévoit enfin tous les trois ans une augmentation de 10% au salaire de chaque dirigeant.

Comparons un peu ces salaires à ceux consentis dans les autres services de la Fonction publique tels que l’Education, la Santé, la Justice, l’Armée nationale, la Police nationale et l’Administration de base.

– Enseignant A2. Son salaire de base est de 27.154 frw.  Il reçoit des frais de transport de 3.327 frw et de logement de 5.324 frw.  Il bénéficie aussi d’une prime évaluée à 16.233 frw. Soit un salaire net de 44.032 frw par mois, frais d’assurance et impôt compris.

– Agent de l’armée, Soldat P6. Salaire de base de 30.000 frw et une prime de 22.000 frw. Soit un salaire net de 52.000 frw par mois, frais d’assurance et impôt compris.

– Agent de la Police S3. Salaire net de 60.000 frw, frais d’assurance et impôt compris.

– Secrétaire exécutif de Cellule de niveau A2. Salaire net de 120.000 frw par mois, frais d’assurance et impôt compris.

– Agent de la Santé A2. Salaire de base de 97.750 frw, frais de transport de 13.964 frw et de logement de 13.964 frw. Son compte bancaire est mensuellement crédité de 92.315 frw. Une prime de 64.500 frw. Soit un salaire net de 156.815 frw par mois, frais d’assurance et impôt compris.

– Agent de la Justice A2. Salaire net de 232.000 frw par mois, frais d’assurance et impôt compris.

Il ressort de cette comparaison entre les salaires accordés aux plus hauts dirigeants du pays et ceux consentis aux agents de base de la Fonction publique,  tous travaillant au bénéfice d’un seul et même Etat, des écarts énormes qui attestent de graves inégalités dans le traitement des serviteurs de l’Etat.

Ci-après quelques exemples concrets:

Comme plus haut indiqué, un enseignant A2 reçoit chaque mois une indemnité de logement de 5.324 frw et une indemnité de transport de 3.327 frw. Pourtant, au jour d’aujourd’hui dans notre pays, cet agent ne peut trouver nulle part un logement décent, frais de consommation d’eau et d’électricité compris, à 5.324 frw.

A supposer même que cela soit possible même si cela reste fort improbable, comment pourrait-on expliquer le fait que la prime de logement accordée à un Ministre soit 100 fois supérieure à celle que reçoit un enseignant?

Quand on réserve à un enseignant une indemnité de transport de 3.327 frw, cela voudrait dire que le transport quotidien lui coûte 119 frw, soit 59,5 frw pour l’aller et 59,5 frw pour le retour.

Curieusement, l’Etat qui, d’une part, a prévu cette indemnité de transport pour un enseignant, a d’autre part fixé à 200 frw le coût du parcours de base dans notre pays.

Comment peut-on admettre que l’Etat accorde à un de ses serviteurs un salaire de moins de 45.000 frw par mois alors qu’à un autre il offre plus de 12.000.000 frw, soit près de 300 fois supérieur?

Et pendant ce temps, les deux serviteurs sont censés s’approvisionner au même marché tandis que l’Etat attend de chacun qu’il soit fier de son travail et rende un service inattaquable tout en répondant également à d’autres exigences.

En conclusion de ces quelques exemples parmi plusieurs autres que nos concitoyens pourraient eux-mêmes relever, le parti PDP-IMANZI constate de graves inégalités de traitement quant aux salaires accordés aux agents de l’Etat dans notre pays, un comportement égoïste qui feint d’ignorer que ce qui motive le cultivateur se trouve dans son estomac selon le proverbe rwandais « Ikirima ni ikiri mu nda ».

Le parti PDP-IMANZI demande la révision de la politique salariale dans la Fonction publique. Il demande en particulier la révision de l’arrêté présidentiel portant salaires des plus hautes autorités de notre pays en stoppant notamment toute augmentation de ces salaires pendant une période de quinze ans(15) au moins.

Le temps pour l’Etat de se pencher sur les salaires les plus bas et les adapter aux réalités du terrain vu que manifestement de tels salaires ne parviennent plus à faire vivre ceux qui les touchent au regard des exemples concrets ci- haut présentés.

La révision que nous demandons pourrait ainsi réhabiliter tous les agents de l’Etat et faire que chacun se sente fier de son travail et rende un service fiable tant au bénéfice de l’agent lui- même que du pays en général.

Vive la Liberté, la Vérité et la Solidarité.

Fait à Kigali, le 18/08/2014

Kayumba Jean-Marie Vianney 

Commissaire chargé de la Jeunesse et Porte-parole intérimaire du parti.

Loading...