Les FDU-Inkingi dénoncent une énième tentative de désinformation et de calomnie à leur encontre par le régime du FPR.

COMMUNIQUE DE PRESSE (PDF)

Vendredi le 17 juillet 2020, les autorités de Kigali ont paradé 57 personnes qui auraient appartenus à des groupes armés. Une parade qui pose question dans la mesure où ces derniers devraient être considérés comme prisonniers de guerre, si les faits relatés étaient réels. Dans les interviews de ces détenus dont la plupart ont été internés dans le « Centre de lavage de cerveau » de Mutobo, les autorités de Kigali ont une fois de plus tenté d’impliquer les FDU Inkingi dans ces attaques armées.

Les FDU-Inkingi s’insurgent contre cette énième campagne de désinformation organisée par le régime du FPR.

Nous tenons à rappeler au FPR que notre parti FDU-Inkingi n’a cessé de demander et d’œuvrer pour la tenue d’un dialogue hautement inclusif (DIRHI) entre tous les Rwandais comme voie de solution durable aux problèmes socio-politiques de notre pays. La seule réaction que nous avons reçue du gouvernement Rwandais n’est rien d’autre que des assassinats, emprisonnements, disparitions forcées de nos leaders dont entre autres : Habarugira JD, Mutuyimana Anselme, Dukuzumuremyi Syldio, Twagirimana Boniface, Ndereyimana Eugène, Iragena Illuminée.

Malgré cela nous réitérons que le dialogue inter-rwandais hautement inclusif reste la seule voie pour résoudre la crise politique rwandaise qui maintient plus de 500 mille Rwandais en exil et les 12 millions autres enfermés dans une  prison à ciel ouvert, dans leur pays.

Force est de constater malheureusement que, depuis 26 ans,  le FPR a choisi la violence au lieu d’écouter et de dialoguer. Le FPR doit donc assumer ses responsabilités. Si des rwandais continuent à être privés d’autres voies de se faire entendre, les risques sont grands pour qu’ils recourent à d’autres voies comme l’a fait le FPR en octobre 1990.

Par ailleurs, c’est avec stupéfaction que nous apprenons, via ces interviews, que le gouvernement rwandais envoie des citoyens civils faire des patrouilles pour contrer des attaques armées. Si ces faits étaient avérés, ceci témoignerait du peu d’intérêt que les autorités actuelles du Rwanda portent envers la population. Cela est d’autant plus criminel que la population croule sous le poids de taxe de sécurité, censées financer les services de sécurité.

Enfin nous appelons le gouvernement du FPR à cesser ses manœuvres consistant à crier aux loups et à voir les ennemis partout. Hier c’était la Tanzanie et son ex-Président son Excellence Kikwete qui étaient accusés de vouloir déstabiliser le Rwanda en proposant de dialoguer avec les rebelles des FDLR, aujourd’hui c’est l’Ouganda, le Burundi, la Zambie sans oublier la RDC constamment accusée et agressée.

Fait à Rouen, ce 21 Juillet 2020

Pour FDU-INKINGI

Théophile Mpozembizi

Commissaire des FDU-Inkingi chargé de l’Information et de la Communication

infocominfo@fdu-rwanda.com;info@fdu-rwanda.com

LEAVE A REPLY