Nairobi:l'attaque dirigé… par une femme britannique

Les forces de sécurité kényanes ont donné un nouvel assaut tôt lundi contre les islamistes armés retranchés dans le centre commercial de Nairobi Westgate, a affirmé une source proche de ces forces de l’ordre. Alors que la presse britannique annonce que les islamistes seraient dirigés par une femme britannique, du nom de Samantha Lewthwaite, âgée de 29 ans.

Selon le Daily Mail et le Daily Mirror, Samantha Lewthwaite, une femme britannique âgée de 29 ans, serait aux commandes de cette opération des islamistes somaliens. Cette femme avait déjà été aperçue le 7 juillet 2005, lors des attentats de Londres qui avaient fait 56 morts et 700 blessés dans le centre de la capitale britannique, aux côtés du kamikaze Jermaine Lindsay.

Samantha Lewthwaite est considérée, par les islamistes somaliens, « dans nos rangs » et est citée comme une « brave femme ». Selon les témoignages de militaires kenyans, elle aurait crié à plusieurs reprises pour donner ses ordres aux preneurs d’otage. Les forces de l’ordre assurent également que le groupe est parfaitement organisé et bénéficie toujours d’énormément de munitions.

Au moins 62 personnes sont mortes dans l’attaque lancée samedi par les islamistes contre le luxueux centre commercial de Westgate, bondé le week-end de Kényans et d’expatriés. Le bilan pourrait encore s’alourdir, le nombre d’otages toujours retenus restant indéterminé et les forces de l’ordre découvrant de nouveaux cadavres lors de leurs assauts.

Lundi matin, la fusillade a duré une quinzaine de minutes, selon des journalistes de l’AFP présents sur place. Au bruit, les tirs semblaient venir de «quelque part autour du centre commercial, ou partaient d’un poste d’observation dans le centre commercial», a précisé l’un d’eux. La fusillade a été suivie par trois fortes explosions, avant que la situation ne semble de nouveau se calmer.

Les forces de l’ordre ont lancé plusieurs assauts ces dernières 24 heures, affirment avoir sécurisé la plupart du centre commercial et espèrant maîtriser «rapidement» le commando. Très peu d’informations sont cependant disponibles: les journalistes n’ont plus accès au centre commercial depuis samedi après-midi.

En plus des 62 morts, l’attaque, revendiquée par les insurgés somaliens shebab en réprésailles de l’intervention militaire kényane lancée en Somalie il y a près de deux ans, a aussi fait près de 200 blessés. Depuis samdi, plus de 1.000 personnes ont été secourues. Mais dimanche encore, les autorités kényanes affirmaient que 10 à 15 assaillants se trouvaient encore dans le bâtiment.

Selon une source sécuritaire s’exprimant sous couvert d’anonymat, des agents israéliens sont présents aux côtés des forces kényanes pour tenter de maîtriser les islamistes – le Westgate Mall est réputé être en partie la propriété d’Israéliens.

Plusieurs étrangers, dont deux Françaises, trois Britanniques, un Sud-africain, une Sud-Coréenne, une Néerlandaise, un Péruvien et deux Indiens ont été tués dans l’attaque, ainsi qu’un célèbre poète et homme d’Etat ghanéen, Kofi Awoonor. Des Américains et de nombreux autres Occidentaux -cibles privilégiées des assaillants- figurent parmi les blessés. Le président kényan Uhuru Kenyatta a annoncé que son neveu et la fiancée de ce dernier figuraient parmi les personnes tuées.

Avec AFP

LEAVE A REPLY