OBSERVATOIRE DES DROITS DE L’HOMME AU RWANDA (ODHR) : ALERTE ET APPEL URGENT SUR LA DISPARITION DE JEAN DE DIEU NDAMIRA

JEAN DE DIEU NDAMIRA disparu depuis le 09 mars 2018

OBSERVATOIRE DES DROITS DE LHOMME AU RWANDA (ODHR)

Paris – le 10 août 2018

L’Observatoire des droits de l’homme au Rwanda (ODHR), a reçu des informations fiables sur la disparition de Jean de Dieu NDAMIRA. L’ODHR exprime ses vives inquiétudes d’autant que NDAMIRA aurait disparu depuis le 09 mars 2018 et qu’aucune action n’a été faite pour le retrouver et aucun signe de vie de sa part ni de ses proches ou de ses amis n’a été depuis lors enregistré.

Les faits :

Les informations obtenues des sources fiables requérant un appel urgent et alerte sur la disparition de Jean de Dieu Ndamira indique qu’il est rwandais ayant autour de 40 ans, originaire de KIMISANGE dans la Ville de KIGALI et résidait à Nairobi au Kenya.

Il écrivait des récits sur sa vie qu’il publiait sur des réseaux sociaux ou sur des sites professionnels. Son récit très connu sur les réseaux est Ndamira qu’il publiait en épisode (Ndamira-épisode 1 à 31). Il les a publiés sur facebook et des sites professionnels tels que The Rwandan Media Network (http://www.therwandan.com/ki/ndamira-episode-1) et kanyarwanda.net (http ://www.kanyarwanda.net/ki/blog/2018/01/21/ndamira-episode-1/). La première épisode a été publiée le 20 janvier 2018. Il a continué à envoyer ses récits jusque le 07 mars 2018 lorsqu’il a envoyé Ndamira-épisode 31 à The Rwandan.com. Dans ses écrits, il a indiquéqu’il n’avait pas de membres proches dans la famille (ses parents adoptifs sont décédés).

Ces récits l’ont connecté avec beaucoup de lecteurs qui aimaient ses récits. Beaucoup de ces lecteurs lui écrivaient pour demander l’épisode suivante. Parmi eux se trouvaient d’anciens camarades d’école. Il y en a qui n’ont pas aimé qu’il révèle ce qu’ils qualifiaient « de secrets de famille ». Ceux qui le connaissaient et même ceux qui ne le connaissaient pas ou qui se considéraient comme membre de sa famille lui ont demandé de publier ses récits par des voies autres que celles qu’ils considéraient comme appartenant à l’opposition. Il a rejeté leur demande parce que les partenaires qui publiaient ses récits lui accordaient une liberté absolue dans ses publications pendant qu’il craignait de perdre son indépendance avec les sites pro-gouvernementaux et d’être censuré.

La personne sûre qui signale sa disparition indique que la dernière communication avec lui a eu lieu le 09 mars 2018 à Kigali.  Il est parti vendredi le 02 mars 2018 à Kigali par bus via Kampala pour renouveler son passeport. Il est arrivé à Kigali samedi 03 mars 2018 vers 02H00. Dans un audio envoyé à cette personne le 05/03/2018 avant d’entamer les procédures de renouvellement de son passeport, il lui donnait son téléphone de contact à Kigali (+250789147496). Il a écrit à Kigali Ndamira Episode 31 (qui est son dernier récit) et le lui a envoyé le 6 mars 2018 à partir de Kigali. Ce dernier récit a été publié par The Rwandan le 7 mars 2018. En date du 9 mars 2018, il lui a envoyé son dernier message l’informant que son passeport a été renouvelé et qu’il allait immédiatement rentrer à Nairobi. Depuis lors il n’a pas fait signe de vie ni via sa ligne de communication whatsapp (+254790617702), ni via son email (lbe125@yahoo.fr), ni via son numéro de contact à Kigali (+250789147496).

Sa dernière communication sur facebook date du 07 mars 2018, mais en date du 06 avril 2018, un fait inhabituel s’est passé sur son compte facebook.  Un internaute qui se nomme Brenda Gitego demandait sur facebook les nouvelles de Ndamira et un nommé Philbert Muzima lui répondait qu’il constatait que Ndamira était connecté mais tout en se demandant si c’était réellement lui ou un autre internaute qui aurait utilisé son code (password) pour entrer dans son compte.

De l’avis de cette personne fiable, le nom de Brenda Gitego sur facebook serait un nom d’emprunt- et considère que ce compte est souvent utilisé dans la propagande de soutien du régime actuel au Rwanda pour s’en prendre aux opposants.  Il estime en outre que les difficultés que Ndamira aurait rencontrées se situeraient entre 15H30 et 18H30 en date du 9 mars 2018. Il présume que Ndamira a été enlevé à causes de ses écrits et ses opinions libres publiés sur les sites considérés par certains comme critiques contre le gouvernement rwandais.

Observation et actions demandées

Pour rappel le Rwanda n’a jamais voulu signer la convention internationale pour la protection des personnes contre les disparitions forces, adoptée le 20 décembre 2006 par l’Assemblée Générale de l’ONU, qui est conçue comme un instrument contraignant de lutte contre les disparitions forcées. Selon l’article 1, personne ne doit être victime de tels agissements. La Convention n’admet aucune exception. Ni la guerre, ni le risque de guerre, ni l’instabilité politique, ni aucune autre situation d’urgence ne permet de justifier la disparition de personne quelle qu’elle soit. La Convention est entrée en vigueur le 23 décembre 2010.

Le Rwanda a toujours refusé des recommandations relatives à la ratification de cette convention faites par les différents intervenants notamment les rapports alternatifs des OING de défense des droits de l’homme lors de l’Examen Périodique Universel (EPU 2010 et 2015) au Conseil des Nations Unies pour les droits de l’homme et lors de la procédure spéciale devant le comité contre la torture à Genève en novembre 2017.

Considérant ce qui précède, l’ODHR condamne fermement tout acte de disparition et spécialement la disparition de Jean de Dieu Ndamira et demande au Gouvernement Rwandais de faire des enquêtes pour le retrouver et établir les circonstances de sa disparitions et garantir son droit à la vie.

L’ODHR prie les missions diplomatiques, les OING de défense des droits de l’homme et tout défenseur des droits de l’homme d’écrire au Gouvernement Rwandais pour :

  • Appeler le Gouvernement Rwandais à rechercher et à libérer Jean de Dieu NDAMIRA disparu à Kigali en date du 09 mars 2018, à clarifier les circonstances de sa disparition et à traduire les responsables devant la justice pour faire cesser ses actes.
  • Appeler le Gouvernement Rwandais à respecter les droits garantis par les instruments internationaux et régionaux de protection des droits humains ratifiés par le Rwanda en matière de respect du droit à la vie, de lutte contre la torture, de liberté d’expression et d’opinion.
  • Demander au Gouvernement Rwandais de signer et de ratifier la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées pour la protection de ses citoyens.
  • De se conformer aux dispositions de la déclaration universelle des droits de l’homme et des instruments internationaux et régionaux pour les protections des droits humains.

Coordination de l’ODHR

MUNYANDILIKIRWA Laurent

This is a paragraph of content.

LEAVE A REPLY