Oui, vous le pouvez, jeune fille! Yes, you can!

By Um’Khonde Habamenshi

Imaginez que vous soyez née en Afrique du Sud, dans les premières années de l’apartheid. Imaginez que votre famille émigre au Canada quand vous avez neuf ans. Imaginez que les discriminations que vous avez vues enfant vous rendent, tout au long de votre vie, sensible à toutes formes de discriminations. Imaginez qu’adulte, vous ayez construit l’une des entreprises les plus prospères en Amérique du Nord et que vous ayez décidé de redonner à la société, en particulier au continent où vous êtes née et où tant de petites filles n’ont pas la chance d’avancer fait, grâce à vos parents. Où commencerais-tu? Seriez-vous capable de faire bouger les choses comme vous en avez l’habitude, vous la self-made femme d’affaires Nord Américaine?

Aujourd’hui, je suis inspiré par Lotte Davis du Canada. Lotte Davis est née en 1951, quelques années après que l’apartheid («séparatisme» en afrikaans) ait été promulguée comme loi nationale dans son Afrique du Sud natale. Sa famille, ne pouvant pas accepter de vivre dans un environnement aussi haineux, décida de quitter le pays quand elle était enfant. Tout est allé très vite: un jour, elle est revenue de l’école et a trouvé qu’ils avaient mis tous leurs biens à vendre. Une fois que tout a été vendu, ils ont acheté des billets aller simple vers un endroit lointain de l’hémisphère du nord appelé Canada. Elle n’avait que 9 ans.

Les nouveaux immigrants se sont installés à Toronto, capitale de l’Ontario. Le Toronto des années soixante et début des années soixante-dix n’était pas aussi cosmopolite et multiculturel que la mégapole de près de six millions d’habitants que nous connaissons aujourd’hui. À cette époque, la ville commerciale riveraine du lac Ontario ne comptait qu’environ 700 000 habitants. Sa composition ethnique était dominée par les immigrants d’origine européenne et les nouveaux arrivants les plus récents avaient fui la seconde guerre mondiale et la dépression. Les Antillais, les Asiatiques avaient eux aussi commencé à venir et leur nombre aller augmenter au fil des ans. Les Africains sont arrivés à Toronto beaucoup plus tard, plusieurs parmi eux fuyant les vagues de guerres que le continent a connues dans son histoire post indépendance.

Bien qu’elle fût très jeune quand elle a quitté l’Afrique du Sud, les discriminations, les atrocités et les injustices continuelles dont elle a été témoin envers les Noirs et d’autres groupes non-blancs l’ont rendue très consciente de la façon dont les gens pouvaient se maltraiter sans justification. Elle se souvient que c’est au cours de ses premières années au Canada qu’elle a pris conscience du fait que les femmes étaient souvent sous-évaluées dans la société. Beaucoup de femmes ne travaillaient pas et devaient rester à la maison pour prendre soin de leur famille, sans beaucoup de soutien. Et quand elles trouvaient du travail, elles ne pouvaient pas obtenir de bons emplois et étaient moins bien payées que les hommes.

Ces premières réalisations de la façon dont la société peut discriminer les gens simplement à cause de la couleur de leur peau ou de leur sexe allaient informer ses choix de vie et l’amener sur le chemin où nous la rencontrons aujourd’hui.

Mais j’avance trop vite dans mes propos. On rebobine.

Après avoir terminé ses études, Lotte s’est mise à voyager, curieuse de découvrir à quoi ressemblait le reste du monde et le reste du Canada. Sa vie professionnelle a commencé aux États-Unis. Elle a vécu à Los Angeles et à Phoenix en faisant de la représentation de produits commerciaux, puis a finalement déménagé à Vancouver, en Colombie-Britannique.

C’est là qu’elle a rencontré John Davis, qu’elle a épousé en 1984. En 1989, son mari et elle ont décidé de créer une société professionnelle de soins capillaires. Bien qu’ils pensaient que leurs compétences combinées étaient tout ce dont ils avaient besoin pour réussir – John, un styliste et Lotte, une experte de la vente au détail et du design – le couple a rapidement réalisé que la gestion d’une entreprise nécessitait beaucoup plus que ça et plus d’argent que le prêt de 5000 dollars qu’ils avaient pris!

« Nous étions trop fauchés et trop stupides pour savoir qu’on pouvait faire mieux », dit-elle en plaisantant.

Malgré toutes les difficultés, ils ont continué. AG Hair a eu des débuts très modestes, avec seulement deux employés – son mari et elle-même – remplissant à la main des bouteilles avec une machine de remplissage de beurre d’arachide dans leur sous-sol et vendant littéralement leurs produits du coffre de leur voiture! En plus d’être leurs propres travailleurs, ils étaient aussi les comptables de l’entreprise, les directeurs du marketing, les représentants du service à la clientèle, les concierges, vous le nommez, ils ont tout fait !

Ils ne pensaient pas à devenir millionnaires, ils voulaient juste faire ce qu’ils aimaient.

« Nous avons appris au fur et à mesure, et nous avons certainement appris à résoudre des problèmes. Lorsque nous avons découvert que la grande majorité des produits de soins capillaires étaient remplis de sel de table, cela nous a motivé pour trouver une meilleure solution. Aujourd’hui, nous disposons d’un département complet de recherche et développement, ce qui nous permet de maintenir nos normes extrêmement élevées. Et cela conduit à la fidélité du consommateur. »

Leur dévouement a progressivement porté ses fruits. La sélection méticuleuse d’ingrédients naturels les a aidés à établir une réputation d’entreprise éthique et respectueuse de l’environnement . A cela, s’ajoutait leur marketing très efficace. Cela les a aidés à grandir et à devenir un leader dans l’industrie des produits de soins capillaires. Aujourd’hui, quelque 29 ans plus tard, AG Hair est devenue la plus grande entreprise canadienne de produits capillaires et la plus importante en Amérique du Nord à produire tous ses propres produits. Leurs produits sont distribués dans plus de 15 000 salons et magasins de beauté en Amérique du Nord, à Taiwan et en Australie. Leur industrie artisanale de soins capillaires a connu une croissance exponentielle, passant d’une entreprise de deux employés, à une entreprise employant plus de 80 personnes. Leurs ventes avoisinent maintenant les 30 millions de dollars par an!

Et bien sûr, ils ont quitté le sous-sol de leur maison.

Vous pourriez penser que c’était le plus haut sommet qu’elle pourrait atteindre, et qu’il serait temps pour elle de se reposer et d’apprécier son succès. Pas pour Lotte! Toute sa vie, Lotte savait qu’il y aurait un moment où elle retournerait faire quelque chose de significatif en Afrique. Malheureusement, diriger une entreprise et élever deux filles n’avait jamais vraiment laissé son temps pour aller réaliser ce rêve.

Le moment de faire ce changement dans sa vie allait venir de façon inattendue, déclenché par un événement qui n’avait aucun rapport avec l’Afrique. Tout s’est passé quand sa plus jeune fille a quitté la maison familiale en 2006. Lotte marchait un jour dans la maison vide, si étrangement silencieuse en l’absence de ses filles, qu’elle éprouvait une sensation d’abandon. Quand elle est allée dans la chambre de sa fille, elle a fondu en larmes, des longs pleurs, ce type de pleurs que nous ne pouvons pas arrêter et que nous ne voulons pas arrêter, un cri du cœur dans lequel tu laisses aller toute la douleur que tu as accumulé dans ta vie.

Elle savait à ce moment qu’elle devait trouver quelque chose à faire pour remplir son nid vide. AG Hair allait bien, mais elle voulait quelque chose de différent, quelque chose de plus proche de son rêve de jeunesse d’aider des jeunes filles africaines à obtenir une bonne éducation.

Peu de temps après, elle a commencé à chercher une ONG qui faisait déjà le type de travail qu’elle avait en tête. Elle a choisi World Vision et à travers eux, a parrainé l’éducation de 30 filles africaines. Mais elle pensait qu’elle pouvait faire plus que simplement parrainer des filles, elle pourrait construire des écoles. Lotte savait que même si vous parrainiez tous les enfants du continent, il n’y avait pas assez d’écoles pour les accueillir tous.

« Cette pensée m’a terrifié et m’a empêché de dormir pendant des nuits. Je n’avais aucune expérience; je ne savais pas dans quel pays commencer. Comment gérer un projet de construction à des milliers de kilomètres? Et même si j’avais construit une entreprise prospère en partenariat avec mon mari, je devais faire ce pas ci toute seule. J’étais en proie au doute et à la peur. Mais, en même temps, je savais que je devais aller de l’avant.  »

Plus grande que ses peurs et ses doutes, elle craignait que cette anxiété ne l’amène à abandonner le projet qui se formait dans son esprit. Pour couper court à ses états d’âme, Lotte a invité sa famille et ses amis proches un soir pour dîner. Au milieu de la soirée, elle a annoncé qu’elle avait décidé de se lancer dans une autre carrière, de construire des écoles pour les filles en Afrique.

« Comme ça je n’allais plus pouvoir revenir sur mes mots. C’était sorti de ma bouche, c’était connu par tous maintenant. Et le lendemain matin, j’ai commencé à faire un plan et à lire tout ce que je pouvais sur ce continent.  »

Lotte s’est impliqué avec une organisation internationale à but non lucratif basée en Afrique de l’Est. L’ONG l’a emmenée au Kenya. Ils avaient des projets à Kibera, le bidonville géant de 2,5 kilomètres carrés à Nairobi, la capitale du Kenya. Avec ses 1,2 à 1,5 million d’habitants, dont beaucoup sont des jeunes et des orphelins, on dit que c’est le plus grand bidonville d’Afrique.

C’était en 2008, et c’était la première fois que Lotte mettait les pieds en Afrique sur le continent depuis son départ presque 50 ans plus tôt. La Présidente Directrice Générale, maintenant âgée de 57 ans, a emmené sa famille avec elle pour leur montrer le continent d’où elle venait et leur faire accepter son rêve.

La visite à Kibera l’a touchée d’une manière qu’elle peut difficilement décrire. Elle ne pouvait pas croire que les gens puissent vivre dans de telles conditions d’extrême pauvreté. Quand ils ont visité l’école et ont vu les enfants et comment ils étaient si heureux comme s’ils ignoraient leur environnement et les conditions dans lesquelles ils recevaient leur éducation, elle a su qu’elle avait trouvé l’appel de sa vie.

« J’ai vu cette école et je savais que j’allais faire ça pour le reste de ma vie. Il était pavé avec de la rouille et de la boue, dans un état vraiment horrible. Je devais donc comprendre comment j’allais obtenir l’argent pour reconstruire cette école à une école de six pièces sur la propriété qu’ils avaient. »

De retour à Vancouver, Lotte a réuni les dirigeants de son entreprise et leur a vendu l’idée que AG Hair devrait faire quelque chose pour ces enfants en Afrique.

Le projet de Kibera était estimé à 50 000 dollars, mais elle a réussi à réunir presque le double de ce montant. C’était un bon début, mais lever des fonds pour les donner à une autre organisation qui construirait les écoles, sans être impliqué dans le travail sur le terrain, s’est avéré très frustrant. Elle sentait que ses goals n’allaient pas être atteints de cette façon.

« Je suis devenu insatisfaite que quelqu’un d’autre construisent nos écoles. Ils n’étaient pas à l’heure. Ils ne respectaient pas leurs engagements. Ils n’avaient pas le sentiment d’urgence. Ils faisaient d’énormes erreurs et ne me rendaient pas compte. La communication était mauvaise. »

Elle sentait que les gens avec qui elle travaillait ne partageaient pas son sentiment d’urgence, que la communication était mauvaise, que la bureaucratie était paralysante, que l’argent était perdu. Un vrai cauchemar.

Lotte a décidé de s’attaquer à ce problème de la même manière qu’elle l’avait fait, 20 ans plus tôt, lorsqu’elle avait réalisé que les produits qu’elle voulait ne pouvaient être trouvés sur le marché : créer sa propre entreprise.

« J’ai pensé que si je devais réussir ce projet, je devais le faire moi-même. »

En 2008, elle a créé ‘Women Leading Change’ (Les Femmes du Changement), une branche philanthropique d’AG Hair, qui allait réunir les fonds pour construire les écoles, et ‘One Girl Can’ (Une File Peut), une ONG avec des bureaux au Kenya et en Ouganda.

Cette fois-ci, Madame le PDG allait tout superviser et s’impliquer directement dans le travail sur le terrain, sans intermédiaires.

Au cours des huit années qui ont suivi ce voyage, Lotte a recueilli plus de 3,4 millions de dollars, construit six écoles au Kenya et en Ouganda et accordé des bourses à plus de 235 filles du secondaire et de l’université. Chaque fille de son programme est soutenue tout au long de son éducation. ‘One Girl Can’ paie les frais de scolarité et les frais de subsistance pour ceux qui fréquentent les pensionnats.

Quand Lotte est félicitée pour le travail qu’elle fait pour les jeunes filles africaines, elle répond que c’est le contraire, que ses filles (comme elle les appelle) font plus pour elle, pour son esprit, qu’elle ne pourrait jamais leur donner. L’un de ces moments très spirituels est arrivé l’an dernier, lorsque ses premières filles ont obtenu leur diplôme Universitaires et que Lotte a été invitée à prononcer le Discours d’Ouverture de la cérémonie.

« Ces filles seront sans pareil . Non seulement vont-elles se tirer de la pauvreté, mais elles élèveront leurs familles avec elles. Elles changeront les normes culturelles qui favorisent l’éducation des garçons aux détriment des filles. Elles se déferont du mariage précoce, auront moins d’enfants et deviendront des modèles pour d’autres filles contraintes à des mariages arrangés. Ces filles sont des pionnières, et elles commenceront lentement à changer les attentes, à changer la parité entre les sexes en Afrique.  »

L’une des filles dont elle est la plus fière est une jeune fille nommée Rahma. Lotte a rencontré Rahma lors de son premier voyage à Kibera. Elle était alors juste une petite fille. Au fil des années, Lotte l’a vue devenir une jeune femme courageuse et l’a aidé à rester à l’école malgré sa pauvreté. Grâce à One Girl Can, Rahma a pu poursuivre ses études et ira bientôt aller à l’université.

« Mes parents sont pauvres, mais je ne suis pas pauvre », a dit une fois Rahma dans un discours pour remercier Lotte au nom des autres filles. « Je vis dans un bidonville, mais le bidonville ne vit pas en moi. Je suis déterminée et j’ai une forte conviction que je serai capable de réaliser mon rêve, et ce, avec beaucoup de succès.  »

Oui, vous le pouvez, jeune fille! Yes, you can!

Lotte a été nommée Entrepreneur de l’année 2008 par Ernst and Young et a été lauréate du prix du YWCA pour l’entrepreneuriat et l’innovation en 2016 (Women of Distinction, Femme de Distinction) .

Bravo pour votre contribution à l’Héritage de l’Afrique, Lotte! Vous êtes le meilleur exemple, en effet, qu’une Fille Peut… tout faire
Une fille peut… devenir PDG,
Une fille peut … devenir une mère,
Une fille peut … devenir une travailleuse du développement,
Une fille peut… devenir une personne qui encourage les autres,
Une fille peut… devenir une personne qui inspire les autres,
Une fille peut … devenir un mentor!

Merci d’avoir façonné l’avenir de l’Afrique en améliorant les chances de ces jeunes filles de réussir dans ce monde en évolution rapide où elles sont trop souvent laissées pour compte!

Loading...

LEAVE A REPLY