PLAIDOYER – Dialogue national au Rwanda : Les Rwandais du Sénégal exigent la libération des détenus politiques

La complainte vient de loin. Mais, ils espèrent que les échos vont retentir dans les rues de Kigali. L’Union des ressortissants rwandais au Sén­é­gal (Urrs) ne veut plus d’un pouvoir sans partage.

«Dans un pays, il faut qu’il ait nécessairement la majorité qui gouverne, une opposition et une société civile. Ce qui n’est pas le cas au Rwanda où l’opposition est bâillonnée», s’indigne le président de l’association Samuel Hakizi­ma­na. S’exprimant, hier, lors d’une conférence de presse, Samuel Ha­ki­zimana regrette que son pays soit cité comme «bon dernier» dans la sous-région en matière de libertés démocratiques.D’où l’appel lancé au président Paul Ka­gamé pour desserrer l’étau autour des libertés qui deviennent de plus en plus un luxe.

«Il peut se servir du dialogue national du mois prochain (décembre) comme tremplin pour li­bérer les détenus politiques, les journalistes et les défenseurs des droits de l’Homme em­prisonnés pour leurs opinions», souhaite l’Urrs. Du haut du présidium de la Ren­contre africaine des droits de l’Hom­me (Raddho), le président de l’Urrs a également dénoncé la con­damnation de Victoire Inga­bi­re, présidente des Forces démocratiques unifiées (Fdu).

De l’avis de Samuel Hakizimana, cette arrestation, du reste, «arbitraire» est une manière «d’écarter définitivement l’opposante du champ politique et de faire taire les autres formations politiques d’opposition». Pour l’Union des ressortissants rwandais au Sénégal, le pouvoir en place multiplie les tentatives pour «ens­evelir» l’opposition. «Le régime du Front patriotique rwandais (Fpr), a tout fait pour que les Fdu d’Ingabire et le Parti démocratique vert du Rwanda de Frank Habineza ne tiennent pas leurs assemblées constitutives, tandis que tout fut orchestré pour faire imploser le parti Ps-imberakuri de Maître Ntaganda qui était précédemment agré», dénonce Hakizimana. Présentement, l’Urrs invite le président Kagamé à se ressaisir. «L’U­nion des ressortissants rwan­dais au Sénégal ainsi que toute la Société civile rwandaise restent mobilisées et vigilantes car, il n’est pas encore tard pour le président Paul Kagame de bien faire, lui le premier des Rwandais. Aussi, nous demandons à la communauté internationale de rester très ferme vis-à-vis de ce régime», invite Samuel Hakizimana.

www.seneweb.com

Loading...

LEAVE A REPLY