Pourquoi ne pas se réjouir qu’une rwandaise soit reconnue comme expert?

Je lis à gauche à droite que Laure Uwase ne devait pas faire partie du groupe d’experts destiné à baliser le travail de la Commission vérité et réconciliation, pour étudier le passé colonial de la Belgique. J’aurais aimé commenter l’un ou l’autre écrit ou l’une ou l’autre position. Je ne le fais pas. Je donne ma simple et propre position.

J’aurais souhaité qu’il y’ait d’autres jeunes comme Laure dans ce groupe, d’autres jeunes rwandais aussi compétents que cette jeune dame, d’autres jeunes aussi intellectuellement perfectionnistes que Laure Uwase, pour mettre en valeur les compétences de nos jeunes.

Je ne souhaite pas de ne voir Laure Uwase que dans ce simple groupe. je voudrais bien la voir demain ministre fédérale, parlementaire européenne ou commissaire européenne.

Cette jeune parfaitement francophone inscrite au barreau néerlandophone, parlant parfaitement anglais, loin de décourager sa nomination je la soutiendrai. La nomination de cette jeune dame qui a quitté son Rwanda natal à deux ans et qui parle mieux kinyarwanda que certains des ministres du gouvernement rwandais actuel, loin de me déranger m’inspire une joie incroyable.

Je connais cette jeune fille depuis plus de 10 ans. Je la vois encore à Paris, badge à la poitrine, contente d’aller voir le président Rwandais Paul Kagame, juste pour regarder celui qui gère la destinée de son peuple. Le voir, voulait elle. Pourquoi?  » Mais le Rwanda c’est notre pays, c’est lui le président de notre Rwanda » avait-t-elle répondu vite. A l’époque elle n’avait que 17 ans.

Malheureusement , malgré les promesses de Madame Inyumba Aloysie, malgré les démarches administratives pour s’enregistrer, Laure et ses camarades n’avaient pas été autorisés à entrer dans la salle où parlait le Président. Et ce n’est pas de gaieté de cœur qu’elle me répondait: on ne nous a pas laissé entrer…

Pourquoi?

Je ne sais vraiment pas et pourtant nous avions des badges et nous étions enregistrés depuis trois jours. Découragée, celle qui croyait pouvoir faire son voyage d’études voire ses recherches dans son pays natal n’a pas pu le faire.Est-ce de sa faute? Et comme cela ne suffisait pas, d’aucuns voudraient même lui interdire droit au chapitre sous des prétextes fallacieux.

Malgré cela, Laure a réussi avec brio ses études en droit avec beaucoup de spécialisations et mentions que je ne cite pas ici. Qui veut écarter de ce groupe d’experts cette intelligence, ce volontarisme et ces compétences? Il n’ y aurait que des gens de mauvaise foi pour décourager nos jeunes à aller de l’avant.

Quant à moi, je me sentirai, en tant que rwandais, très honoré d’être représenté par Laure dans n’importe quelle institution, bien plus importante même que ce groupe d’experts..

Jean Claude NKUBITO

10 août 2020

1 COMMENT

  1. Ibuka France s’est agité lorsque Charles Onana a organisé une conférence débat sur les problèmes dans la Région des Grands Lacs Africains. Elle a mobilisé une poignée de Français ignorants. Ils sont allés vociférer dans les rues à Paris et ont proféré des insanités et insultes à l’endroit de l’organisateur. Ils l’ont même menacé de mort. Résultat : Ses agissements ont été inopérants. C’est le mode opératoire des dirigeants d’Ibuka aussi bien ici au Rwanda qu’à l’étranger mais avec une différence de taille. Ici au Rwanda, la police politique-RIB-Ibuka Maison mère forment un tout. Quand Ibuka dit que tel Rwandais doit être définitivement mis en cage ou disparaitre, sa décision est exécutée sans aucune forme de procédure par les escadrons de la mort du régime. Ainsi, Ibuka Maison mère a, à son actif, un nombre inconnu de cadavres et de disparus rwandais. Ses dirigeants ont une haute expertise dans les rackets (extorsion de fonds ou d’objets, par chantage, intimidation ou terreur contre les Rwandais qui ont ou avaient suffisamment de quoi manger. Le chef de file des malfrats est Tom Ndahiro, ex-infiltré dans les Interahamwe et autres jeunesses des partis politiques d’opposition pour le compte du FPR dont il est membre. En cette qualité, il a conséquemment participé aux massacres de masse contre les Tutsi. Il ne peut le nier car il y a des témoins qui sont toujours vivants et il le sait. Tom Ndahiro était moniteur agricole en Tanzanie où il a grandi et fait ses études secondaires. Arrivé au Rwanda, il s’est auto-proclamé journaliste. Pourquoi journaliste? C’était, pour lui, un moyen efficace d’accéder aux médias affiliés au régime Kagame et partant de commettre impunément ses méfaits: publier la liste des Rwandais à racketter, faire envoyer en prison ceux qui refusent d’être rackettés ou le démasquent. Certains ont préféré ou préfèrent payer au lieu d’aller croupir en prison sans dossier. Bref, Tom Ndahiro un escroc professionnel et impénitent. Les faits sont véridiques. Il convient de rappeler qu’il n’a jamais oser porter plainte contre les Rwandais de l’intérieur qui, à bon droit, l’ont publiquement traité d’escroc. Il ne peut oser car des centaines de Rwandais victimes de ses méfaits détiennent des preuves irréfutables contre lui. Au lieu de les affronter devant un tribunal, il préfère les faire mettre en cage par ses associés malfaiteurs de la police politique. Je fais abstraction de ses victimes vivantes ici au Rwanda qui, le moment venu, parleront. C’est une question de temps.
    Comment Tom Ndahiro, expert auto-proclamé en communication a-t-il été démasqué ? Lors d’un débat avec un groupe d’amis, oligarques du régime Kagame, il s’est vanté d’être un des meilleurs spécialistes en communication et que c’est en raison de sa haute expertise que le Président Kagame l’a choisi pour le conseiller dans le domaine de communication. Selon les dires d’une personne qui était présent, un de ses amis l’a regardé tout droit dans les yeux et l’a traité d’imposteur et menteur. Il lui a alors demandé de prouver l’effectivité de ses affirmations : produire son diplôme en communication dont il prétend être détenteur, préciser l’université qui lui a délivré ce diplôme. Il s’avère que son ami venait de la Tanzanie où il avait vécu, grandi et fait ses études universitaires. En réponse Tom Ndahiro l’a traité également de menteur et d’inculte. L’intéressé a appelé son fils et lui a demandé de lui apporter son diplôme. Ce qui a été fait. Il a prouvé que contrairement à lui, il a un diplôme universitaire, niveau second cycle universitaire en sciences, plus précisément en chimie. Il a cité un des ses professeurs à savoir Rwakabamda, alors Recteur du KiST. Il a également indiqué qu’il a suivi une formation militaire en Grande Bretagne pendant deux ans où il a obtenu un diplôme en sciences militaires. Ndahiro n’a pas produit les preuves de ses affirmations. C’est ainsi qu’il a été démasqué. S’il lit the rwandan et conteste l’effectivité de mes affirmations, tirées des assertions de ses propres amis, qu’il dise précisément l’université tanzanienne qui lui a délivré son prétendu diplôme en communication et en quelle année l’a-t-il obtenu d’une part et indique exactement où il était et ce qu’il faisait du 1 octobre 1990 au 4 juillet 1994 d’autre part.
    Au regard de son passé, il ne connait pas la singularité séculaire et sui generis du Peuple Rwandais : un Peuple qui vient du fond des âges, existence des liens divers et complexes entre les Rwandais, un Rwanda où tout le monde connaît qui est qui et qui a fait ou fait quoi de sorte qu’aucun Rwandais ne peut mentir à un autre Rwandais s’agissant en l’occurrence de ses prétendus diplômes et compétences dans tel ou tel domaine ou des causes et auteurs des crimes qui ont été commis au Rwanda. S’il est expert en communication, force est de constater qu’il n’a rien compris dans les messages adressés à Kagame par la jeunesse rwandaise issue originairement de l’intérieur. Il en est de même de celui-ci. Au lieu de saisir la teneur du message de ces jeunes Rwandais, il agit par la terreur et les exécutions sommaires à leur encontre. Ibuka-Tom Ndahiro- RIB, mêmes méfaits et même combat dans l’intérêt du régime dont ils prétendent être bâtisseurs alors qu’ils ne sont que des fossoyeurs de celui-ci. Leurs infamies contre Madame Laure Uwase ne déshonorent pas celle-ci mais leurs auteurs. Ceux-ci disposent d’une haute expertise dans les aboiements. Leurs infamies sont constitutives d’infraction punissable dans un Etat de droit qu’est la Belgique. S’ils n’exécutent pas la mise en demeure émise à leur encontre par les victimes, ils répondront de leurs méfaits devant un tribunal belge. Ils verront que la barre n’est pas un jardin public où ils se promèneront comme bon leur semble.
    Sur les compétences techniques et intellectuelles, Tom Ndahiro a remis en cause les compétence en stratégie et sécurité internationales du Général Habyarimana Emmanuel. Celui-ci a mis sur la toile ses diplômes à savoir Master et Doctorat, délivrés par les universités suisse et française. Une fois de plus, s’il est ce qu’il prétend, qu’il en produise les preuves irréfutables comme l’a fait Général Habyarimana Emmanuel, diplômé des école militaire belge, suisse et française. Dans le cas contraire, aucun crédit ne sera accordé aux dires d’un imposteur. Il devra être vu et traité comme tel.

LEAVE A REPLY