Près de 25 000 réfugiés rwandais vivent difficilement au Sud-Kivu, selon le HCR

 

Près de vingt-cinq mille réfugiés rwandais vivent difficilement dans la province du Sud-Kivu. Le chef de l’Unité de protection au bureau de la sous délégation du HCR/ Bukavu, Francisco Abdisson, a déploré leur situation mercredi 20 juin à l’occasion de la journée internationale des réfugiés.

«Les conditions de vie des réfugiés, et principalement les réfugiés rwandais restent encore dramatiques au Sud-Kivu. Leur nombre varie entre 20 et 25 mille», a-t-il déclaré.

Francisco Abdisson a indiqué que cinq mille réfugiés rwandais ont récemment été enregistrés et d’autres dont le nombre n’est pas encore connu vivent encore dans des régions difficiles à accéder.

«Ils sont dans des régions très reculées et affectées par des problèmes de sécurité. C’est par exemple Shabunda, Kabare, Mwenga et Fizi. Ce sont des zones où nos enregistreurs ne peuvent pas se rendre. C’est ça qui nous pose un problème.

Maintenant on a cartographié avec les autorités ces réfugiés rwandais», a déclaré ce responsable du HCR à Bukavu.
Mais, les autorités congolaises et le HCR disent ne pas baisser les bras malgré les nombreuses difficultés rencontrées dans la prise en charge de ces réfugiés.

«On va essayer d’ouvrir des couloirs humanitaires, de créer des points d’enregistrement où, ils pourraient effectivement se faire enregistrer et éventuellement se porter volontaire au rapatriement », a déclaré Francisco Abdisson.

Il a signalé un mouvement de rapatriement assez important, l’année dernière, d’environ quatre mille réfugiés burundais.
«Cette année le mouvement a un peu baissé car il y a une partie de ces refugiés burundais qui sont bien intégrés», a-t-il précisé.

A l’occasion de la journée internationale du réfugié, le HCR a organisé une marche sur les artères principales de la ville de Bukavu tandis que les manifestations culturelles et discours des autorités ont lieu en la salle Concordia de l’archevêché.

Début juin, la Commission nationale pour les réfugiés (CNR) et le HCR avaient rapatrié trente quatre Rwandais dans leur pays. Certains de ces réfugiés provenaient des territoires de Fizi et Kalehe au Sud-Kivu et d’autres, de Walikale au Nord-Kivu.

La CNR poursuit des campagnes de sensibilisation en vue d’augmenter le nombre des refugiés candidats volontaires au retour dans leur pays où ils fuient notamment l’insécurité que causent les groupes armés.

Source: Radio Okapi

This is a paragraph of content.

LEAVE A REPLY