Rwanda-Benin: Justice Internationale

 L’illettré et mythomane agent-double Ngeze Hassan continue de sévir et de plus belle dans la prison d’Akpro Misserété au Bénin.

Après la publication des cris d’alarme des prisonniers rwandais de l’ONU qui purgent leurs peines au Bénin face aux agissements d’un des co-détenus qui leur mène la vie dure sous prétexte qu’il serait introduit jusqu’à la Présidence du Bénin et qu’il a fait officiellement allégeance au régime de Paul Kagame du Rwanda, l’individu est sortie de ses gonds et accuse maitenant ses co-accusés d’avoir publié cet article.

Quand on sait que ces prisonniers n’ont pas les moyens ni la possibilité comme ceux du mégalomane Hassan Ngeze pour s’adresser à la presse, et que le dit article fut publié par un site hébergé en Europe et très bien connu, “The Rwandan”, et que par ailleurs l’auteur de l’article l’a signé de son nom, on ne peut que constater que l’aventurier, l’escroc, le manipulateur et mythomane Hassan Ngeze en veut à ses co-accusés pour encore gagner des faveurs du régime de Kigali qu’il sert désormais ouvertement et des services qui l’ont créé  dans les années 80 et qui l’ont propulsé sur la scène politique et médiatique du Rwanda pour y semer la zizanie, prélude à sa conquête par les éléments tutsi de l’armée régulière de l’Ouganda entamée en octobre 1990 et achevée en  juillet 1994.

Face à cette situation, les autorités pénitentiaires du Bénin devraient prendre conscience de la dangérosité de cet individu pour ses co-détenus et demander aux autorités politiques de trouver une solution en concertation avec l’ONU (MTPI) avec qui le Bénin a signé un accord incluant la sécurité des détenus admis dans ce pays.

La question est d’autant plus urgente que le mythomane Hassan Ngeze menace maintenant en faisant valoir qu’il serait en contact direct avec le Président du Benin Monsieur Patrice Talon. Un individu ayant de tels contacts et qui s’en vante ferait peur même aux citoyens ordinaires. Alors quand il s’agit des détenus anciens réfugiés en  plus rwandais, la peur de sa dangérosité est décuplée. 

Les autorités du Bénin ainsi que le MTPI de l’ONU sont donc tenus de tranquiliser ces détenus rwandais en les protégeant du danger qu’est Hassan Ngeze car même prisonniers ils doivent être traités avec humanité comme c’est stipulé dans l’Accord entre la République du Bénin et l’ONU qui définit les conditions de leur détention dans ce pays.

Jean Marie Hategekimana

LEAVE A REPLY