Rwanda-RDC: menaces de James Kabarebe envers le Dr Denis Mukwege. Ou quand la belge Colette Brackman rampe dans le fond du vase du ridicule.

Dr Denis Mukwege

Contexte

Depuis 1996, quand les éléments tutsi de l’armée régulière de l’Ouganda qui venaient de conquérir militairement le Rwanda après quatre années de guerre ont ensuite envahi le Zaire ( actuel RDC) pour démenteler les camps des réfugiés hutu qui avaient fui leur conquête, le Zaire est partculierement l’Est de ce vaste pays fut le théatre des  massacres de population à grande echelle. La campagne dirigée par ces mêmes tutsi rwandais pour chasser le Maréchal Mobutu et installer à Kinshasa un pouvoir à leur solde en mai 1997, fut elle aussi marquée par des tueries de masse à travers tout le Zaire. 

Ces massacres se sont poursuivis et se commettent encore plus de deux décennies après. Leurs initiateurs et leurs auteurs restent les mêmes sauf que des fois ils utilisent leurs supplétifs locaux ou créent des seigneurs de guerre sans foi ni loi pour massacrer les populations autochtones contre payement et impunité et en prime, des rangs de choix dans l’armée congolaise.

Un des rescapés de ces massacres de civils à l’Est de la RDC en 1996 deviendra célèbre et sa voix portera au-delè d’où pourrait porter celle des politiciens congolais aux affaires. Il s’agit du Docteur Denis Mukwege qui a miraculeusement échappé aux massacres commis par les soldats tutsi rwandais sur les malades et les soignants de l’hôpital de Lemera au Sud de Bukavu où il exercait comme médecin spécialiste en gynécologie.  Plus tard il fondera un hôpital dans les faubourgs de Bukavu, l’Hôpital de Panzi, dans lequel il acceuillera et soignera des centaines de femmes et filles victimes de violences sexuelles dont ce servent les tueurs des différents groupes armés comme arme de guerre. Mais là aussi il échappera à une tententive d’assassinat et désormais vivra sous haute protection. 

C’est alors qu’en 2018, pour son oeuvre auprès des femmes violées et qu’il répare et pour qui il se bat, pour que leur dignité soit préservée, il lui fut desserné le prestigieux Prix Nobel de la Paix, devenant du coup le premier prix Nobel de la RDC et de la région des Grands Lacs, ce qui le rendit encore célèbre et audible sur la scne internationale.

Dans tous ses appels pour dénoncer les violences et crimes contre l’humanité qui se commettent à l’EST de la RDC depuis plus de deux décennies, le Dr Mukwege insiste pour exiger que justice soit rendue et concrétement appelle à la creation d’un tribunal spécial de l’ONU pour la RDC ou tout au moins d’une juridiction mixte. Car souligne-t-il et avec raison que sans justice, quand les tueurs se sentiront jouir de l’impunité il n’y aura ni paix, ni stabilité et encore moins ni reconciliation et entente entre communautés. 

Dans son dernier appel, le Dr Denis Mukwege demande que le rapport des Nations Unies dit ” Mapping Report” produit en 2010 et qui inventorie beaucoup de crimes commis en RDC depuis 1993 et qui désigne les auteurs présumés…mais qui hélas , a été mistérieusement mis au frigo à New York; soit ressorti et ses conclusions et recommandations appliquées.

https://www.la-croix.com/Monde/En-RDC-lutte-docteur-Denis-Mukwege-justice-2020-08-25-1201110672

Cet appel du Dr Mukwege pour la justice notamment pour sortir du frigo le Rapport Mapping fut alors perçu par le pouvoir dictatorial tutsi de Kigali et surtout de ses caciques et extrémistes, comme un blasphème et un crime punissable de mort!

L’un de ces extrémistes et hégémonistes tutsi n’est autre que James Kabarebe, On rappellera que celui-ci avait été proclamé Chef d’Etat-Major Général des Armées de la RDC en 1997 alors qu’il venait de poser le pied à Kinshasa pour la première fois et qu’il ne pouvait même pas situer la RDC sur la mapemonde. Après le commandement des armées congolaises, il deviendra Chef d’Etat Major de l’armée tutsi à Kigali puis Ministre de la Défense jusqu’en 2018 et aujourd’hui il a le tritre de “Conseiller en matière de sécurité et de défense”du président Paul Kagame.

Aussitôt l’appel du Dr Mukwege lancé, James Kabarebe comme tout ancien enfant-soldat mal élevé pas éduqué est sorti avec une déclaration aussi stupide que menaçante. Mais on en retiendra qu’il traite le Prix Nobel de la Paix Docteur Denis Mukwege de” Espèce de mushi”( ethnie shi), compatissant avec les “ génocidaires hutu” qu’il protégeait dans son hôpital en 1996! Et donc qu’il devrait être réduit au silence. Bref une menace de mort à peine voilée. Il poussera le culot jusqu à dire qu’aucue victime congolaise ne fut faite lors de sa traversée du Zaire de Goma à Kinshasa de novembre 1996 à mai 1997 et les guerres qui ont suivi et qui perdurent. Et pour étayer sa thèse, il affirme qu’aucun cadavre ne peut-être exhibé sur les six millions estmés par les observateurs. Plus cynique et ridicule, tu meurs!

Gesticulations de Colette Braeckman

Que l’ancien enfant-soldat James Kabarebe puisse divaguer et menacer les hommes de paix du monde qui osent dénoncer les crimes des hordes de son acabit, passe encore. Mais qu’une européenne , belge de surcroit qui se targue d’être “ spécialiste du Rwanda” vole au secours de l’enfant-soldat gaté après sa bavure , cela inquiète sur l’état mentale des deux et au passage de l’opinion que la “soi-disant spécialiste” intoxique.

En effet, la vieille journaliste du quotidien belge “ Le Soir” reste active même maintenant qu’elle devrait profiter de sa retraite pour décompresser. Non contente d’avoir accompagné les éléments tutsi de l’armée de l’Ouganda dans l’entreprise de conquête du Rwanda, non contente d’avoir abusé de l’opinion en disinformant sur la nature et crimes des ces conquérants, elle enfonce le clou. Colette Braeckman, pour ne pas la nommer, ne râte aucune occasion , même la plus sogrenue pour servir la cause de ses admirés combattants tutsi qui se sont emparés du Rwanda en 1994 et qui contrôlent toute la région notamment la RDC, un quart de siècle plus tard.

Après la bourde de l’ancien enfant-soldat James Kabareba dans laquelle il menace de mort le Prix Nobel de la Paix Dr Denis Mukwege, la brave Colette Brackman s’est empressée de voler au secour de son admiré et vénéré ancien Chef d’Etat-major Général des Armées Congolaises James Kabarebe.

http://blog.lesoir.be/colette-braeckman/2020/08/25/les-propos-tenus-a-kigali-par-james-kabarebe-visent-le-docteur-mukwege/

Dans ce billet rédigé visiblement à la hate elle veut par le titre, donner l’impression qu’elle admet que son idole Kabareba menaçerait le Dr Mukwege. Mais dans le développement, elle ne fait que tenter de faire croire que le même Dr Mukwege ne devrait pas élever sa voix ou que ceux qui sont présentés comme des victimes des soldats tutsi twandais le méritaient. C’est ainsi qu’elle prétend au passage que l’hôpital dans lequel travaillait le Dr Mukwege en 1996 receuillait aussi des hutu rwandais ayant fui le FPR tutsi de Paul Kagame et que donc , selon elle, ceux qui l’ont investi ne devaient pas faire de distinction entre patients ordinaires congolais et patients hutu rwandais. Il fallait tout balayer! Dans la même lancée, la spécialiste Colette Braeckman répète la théorie des “ boucliers humains” dont auraient usé les “ genocidaires” dans les camps des réfugiés lorsque le FPR les dementelait à coup de mortiers et canons, pour conclure que l’armée de Kagame commandée par James Kabarebe en RDC n’a tué aucun réfugié rwandais ou aucun citoyen congolais.

Si l’on peut comprendre que Colette Brackman qui a toujours adoré les éléments tutsi de l’armée régulière de l’Ouganda bien avant leur début de conquête de la “ terre promise” ne peut pas les renier maintenant qu’ils sont les maitres du Rwanda et de l’Afrique Centrale et orientale, leur suffisance et leurs” gaffes” devrait l’embarrasser et l’inciter à ne plus prendre sa plume pour voler à leur secours à tout bout de champ. 

Nous pensons aussi qu’en infantilisant les congolais jusqu’à leur unique pris Nobel, la vieille Colette Braeckman ne va pas laisser de message positif à tous ces concitoyens qui se rendent riches et célèbres seulement en s’auto-proclamant “ Spécialistes de la Région des Grands Lacs en Afrique”. Elle va bientôt tirer sa révérence mais pour les plus jeunes ce n’est certainement pas un modèle à imiter. 

Prochaine étape de la belge Colette Braeckman dans la campagne de préserver l’hégémonie tutsi dans la région intouchable et jouissant de l’impunité. 

Il semble que la campagne pour faire retirer le Prix Nobel de la Paix au Dr Denis Mukwege vient d’être inititée. En toute logique la Colette Braeckman sera aux avant-postes médiatiques pour relayer cette campagne. Ainsi les mêmes milieux qui avaient parrainé sa nomination vont se liguer pour sa destitution pour “ déviation morale” , entendez par là  danonciation des crimes à l’Est de la RDC. Un avertissement pour les africains qui reçoivent des prix européens ou parrainés par l’Union Européenne. Au moindre écart de conduite: retrait!

Ainsi va le Monde.

Emmanuel Neretse

LEAVE A REPLY