Rwanda-RDC : Pourquoi la propagande du régime de Paul Kagame a fait et prêche l’amalgame entre le général  Kayumba Nyamwasa, la plateforme P5 et les FDLR ?

Ces deniers semaines, le monde médiatique a été inondé de communiqués et de déclarations tous plus invraisemblables ou rocambolesques  les uns que les autres émanant ou commandités par Paul Kagame .

  • Il y a eu d’abord la sortie du rapports des soi-disant experts de l’ONU, en réalité des consultants auprès des puissants lobbies pro-Kagame du monde occidental comme l’ONG de la Fondation  du milliardaire américain George Soros « Enough Project » opérant en RDC. Ceux-ci signent des notes et mises en scènes (interviews) rédigées réalisées par les services secrets rwandais les recyclant ainsi en « rapports des experts de l’ONU » sur commande. Ils ont alors affirmé dans ce vrai-faux rapport avoir découvert un mouvement  armé des rwandais nommé P5 opérant au Sud Kivu et commandé par le général Kayumba Nyamwasa vivant en Afrique du Sud.
  • Il y a eu ensuite les déclarations du dictateur Kagame comme quoi son régime serait menacé par des attaques armées des FRDL et de RNC (qu’il nommait pour la première fois) à partir des pays voisins.
  • Puis s’y est ajoutée la déclaration du ministre de la défense de la RDC (sous Kabila) qui a affirmé avoir éventré un projet d’invasion des FDLR du Rwanda à partir de son pays et que ceux-ci se regrouperaient au Sud Kivu sous le commandement du général Kayumba Nyamwasa.
  • Il y a enfin ce nouveau mandat d’arrêt international lancé par Kigali contre le général Nyamwasa tout juste après la remise à Kigali du porte-parole des FDLR amené dans les soutes de l’avion qui transportait une délégation de haut niveau de la RDC comprenant le Chef de Cabinet de Joseph Kabila son Chef des Servies de Renseignements ainsi que son Conseiller diplomatique juste quelques heures avant l’investiture du nouveau président et donc la remise du pouvoir à Félix Tshisekedi fraichement élu.

Ce méli-mélo politico-médiatique prêterait seulement à sourire si les mensonges, les non-dits et les insinuations véhiculés ne constituaient pas la partie visible de l’iceberg du chaos et de la catastrophe que Paul Kagame et ses créateurs et sponsors comptent de nouveau semer  impunément dans la région.

Il est archifaux d’affirmer que le parti politique RNC de Kayumba  Nyamwasa qui a pignon sur rue et des branches dans plusieurs pays du monde aurait des liens militaires avec ce qui reste des combattants des FDLR errant dans la jungle congolaise plus préoccupés à leur survie qu’à la guerre. Mais il n’est pas exclu que certains membres de RNC ou de P5  puissent parler à titre individuel à  certains FDLR. Ce quine serait en rien un crime. Par contre il est étonnant que tous ceux qui colportent cette énormité omettent de parler d’un groupe  dissident constitué de déserteurs des FDLR, et qui tout en restant basé en RCD  s’est constitué en mouvement politico-militaire dit CNRD ayant une branche armée nommé FNL et qui depuis juillet revendique des actions armées au Rwanda. Ni les faux-experts, ni Paul Kagame, ni encore le pauvre ministre congolais partant qui entendait assurer ses arrières chez le maitre de la région, ne parlent du CNRD de Wilson Irategeka Lumbago, ni  du FNL de Callixte Sankara et encore moins  du MRCD de Paul Rusesabagina   pourtant les seuls mouvements à revendiquer publiquement la lutte armée contrairement au P5 qui jure rester une opposition politique démocratique et pacifique. Bizarre, non! Mais quand on sait que le CNRD pour de séparer des FDLR était encouragé et soutenu  même financièrement notamment pour le paiement de la prime de désertion à chaque soldat qui franchirait le pas, par « Enough Project » , l’on comprendra le pourquoi cette  occultation .

La campagne actuelle de Paul Kagame  cible deux opinions distinctes et pour chacune aux fins d’atteindre  des objectifs précis :

     Pour l’opinion internationale,

  • Kagame veut éloigner le spectre d’un dialogue avec son opposition politique de plus en plus réclamé et en passe d’être « compréhensible » dans cette opinion. Pour ce faire, il devait assimiler cette opposition à un « groupe de terroriste » non seulement infréquentable mais à combattre partout dans le monde. Le rapport de ses « experts de l’ONU » assimilant le P5 qui regroupe les principaux partis politiques de l’opposition démocratique devrait faire l’affaire.
  • Pour illégitimer et diaboliser une probable lutte armée qui pourrait être initié par son ancien Chef d’Etat major Kayumba Nyamwasa en dernier recours faute d’ouverture politique, il doit le lier à un groupe déjà paria et honni du monde comme étant « génocidaire » qu’est le groupe  FDLR. Ce lien est à forger même contre toute logique.
  • En se disant menacé d’être attaqué par un mouvement armé le P5 coalisé avec les hutu FDLR si même commandé parle tutsi Kayuùmba Nyamwasa, le régime de Kagame entend s’attirer encore la sympathie de l’opinion internationale pour qu’il n’ait plus encore  à faire  aux « génocidaires hutu » qu’il avait chassé en1994.
  • Mais surtout cette amalgame lui permettrait  de mener des actions militaires ouvertes en RDC et d’occuper illégalement et de façon détourner les deux Kivu pour continuer à les piller car selon ces occidentaux il devrait assurer sa sécurité et la survie du peuple tutsi de la région (Rwanda, Burundi, Est de la RDC, Ouest de l’Ouganda et de la Tanzanie) menacé par les « génocidaires hutu » commandés maintenant par  un « général félon tutsi » Kayumba Nyamwasa.  Au passage  il pourrait trouver l’occasion pour installer au Burundi un « modèle rwandais » (entendez un régime militaire dominé par la minorité tutsi comme au Rwanda sous prétexte « d’y arrêter le génocide », et donc jouissant d’une impunité totale et non critiquable par leurs médias,  régime cher et souhaité par les mêmes puissances occidentales.

Pour l’opinion interne :

  • La campagne vise à faire faire rejeter sinon haïr Kayumba  Nyamwasa aux tutsi qui même s’ils seraient opposées à Paul Kagame ne comprendraient pas comment ce Kayumba Nyamwsa aurait osé se coaliser avec les « génocidaires hutu » des FDLR pour attaquer le Rwanda que les tutsi avaient conquis en 1994.
  • Enfin, elle vise à réaffirmer à ces tutsi que leur  seul sauveur et protecteur reste Paul Kagame . Même si des voix commençaient à se faire entendre comme quoi c’est Kagame qui les a sacrifiés en déclenchant le génocide le 06 avril 1994 pour pouvoir s’accaparer de tout le pouvoir sous couvert d’une opération pour  « arrêter le génocide ».

Reste à voir si les planificateurs de cette macabre campagne, à savoir les services de propagande du régime du FPR de Paul Kagame, atteindront tous leurs objectifs ou encore si les groupes cibles ne verraient rien venir ou ne pourront rien y faire et en subiraient les conséquences la mort dans l’âme.

Bruxelles le 01 février 2019.

Emmanuel Neretse

Loading...

LEAVE A REPLY