Rwanda-RDC:Mise en garde de la co-médiation contre le fanatisme de la violence

(Xinhua) — La co-médiation pour la crise de la RDCongo composée de l’ancien président ghanéen John Kufuor et du révérend Jean-Paul Moka a mis en garde, dans une déclaration parvenue vendredi au bureau de Xinhua, contre le fanatisme de la violence.

Elle a appelé à la « prévention du risque d’un autre attentat contre l’un des présidents d’un des pays des Grands Lacs ». « Autant le président (rwandais) Paul Kagame dévoile récemment dans une interview qu’un groupe l’a abordé pour commettre un assassinat contre le président (congolais-Kin) Joseph Kabila, juste avant les élections, de même la co-médiation confirme que ce même groupe l’a approché dans la même vision », a indiqué le révérend Moka, en exil en Belgique depuis 2003.

« Un tel acte entraînerait des bouleversements dangereux pour la région, y compris le risque d’autres massacres à caractère ethnique dans la région. Une telle situation retarderait de 20 ans les efforts de développement et de progrès pour nos populations déjà meurtries par tant d’années de guerre et de massacres », a souligné la co-médiation. Elle a demandé « à toutes les parties civiles et militaires connues et occultes au conflit actuel, au Congo comme dans les pays limitrophes, à ne pas entraîner plus de 220 millions d’âmes dans la tourmente et le chaos ».

« Le président du Burundi, Cyprien Ntaryamira, et le président du Rwanda, Juvénal Habyarimana, ont été assassinés le 6 avril 1994. Le président congolais Laurent Désiré Kabila a été assassiné le 16 janvier 2001 », a rappelé le révérend Moka.

La co-médiation a réaffirmé à cette occasion son « message adressé au président Kabila d’organiser au plus vite une table ronde pour un débat national » et encouragé « l’opposition politique déjà acquise à la cause à ne pas confondre l’identité de l’agresseur national ». « L’heure est au dialogue et à la cohésion nationale », a-t-elle conclu.

LEAVE A REPLY