Rwanda:BIZIMANA Jean Damascène viole le droit de liberté à la religion.

Figure controversée, Dr Jean Damascène BIZIMANA est le secrétaire exécutif de la Commission Nationale de Lutte Contre le Génocide (CNLG). Il s’est rendu célèbre par ses propos déplacés et discours mensongers dont l’unique but est de salir les Rwandais d’origine hutu, et de les qualifier de génocidaires, tous sans exception aucune. Un travail qu’il exécute à l’aide des frais du contribuable rwandais dont la majorité est constituée de ceux qu’il intente démolir.

Sa toute dernière sortie est plus que surprenante. Il menacent les Chrétiens qui mettent l’image de Jésus comme photo de profil sur les réseaux sociaux dans la période de commémoration du génocide. En effet, comme la commémoration a lieu en même temps que la semaine sainte, période de réflexion sur la mort de Jésus Christ, ceux y croient exercent leur droit. En colère, Monsieur BIZIMANA qualifie ce comportement de crime de déni et minimisation du génocide, les Chrétiens voient ça comme entrave à leurs droits.

La déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948, dans son article 18 stipule: “Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites”. 

Et la Constitution rwandaise de 2003 telle que révisée jusqu’aujourd’hui dit dans son article 37, alinéa 1 que ” la liberté de pensée, de conscience, de religion, de culte et de leur manifestation publique est garantie par l’Etat conformément à la loi.

Que la mémoire des victimes du génocide soit légitime et légale, elle ne devrait en aucun cas servir d’instrument de musellement des droits internationaux et, encore moins, constitutionnels.

Chaste Gahunde

LEAVE A REPLY