Une sentinelle d’Espoir pour une Communauté dans le besoin

Imaginez que vous déménagez à Khayelitsha, le plus grand township d’Afrique du Sud, à la fin des années 1980 après des années comme enseignante dans une école primaire d’une petite ville rurale de votre pays. Imaginez que vous soyez tellement bouleversée par la vue d’enfants vivant dans les rues, mangeant dans des décharges publiques que vous décidez de les inviter dans votre maison pour les nourrir. Imaginez que le nombre d’enfants qui viennent manger chez vous augmente tellement que vous faites appel à vos voisines pour vous aider. Quel sera votre impact dans une communauté qui compte environ 14 000 enfants de la rue ? Où allez-vous trouver la force et les moyens de prendre soin de toutes les personnes dans le besoin, dans cette communauté touchée et affaiblie par l’épidémie de VIH / SIDA ?

Aujourd’hui, je suis inspiré par Rosalie Mashale d’Afrique du Sud. Rosie, comme on l’appelle depuis son enfance, est née à la fin des années 1950 dans un petit village appelé Matatiele dans la province d’Eastern Cape. Elle a eu une enfance heureuse, avec un père travaillant dans les mines et sa mère restant à la maison pour s’occuper de Rosie et de ses trois frères et sœurs.
Elle décrit sa famille comme un foyer heureux. Rosie a fait des études comme enseignante et aide sociale et a trouvé du travail dans une école primaire locale. Sa vie était paisible et tranquille, elle s’est mariée et a eu un enfant, une fille. Elle ne s’attendait jamais à ce que le cours de sa vie change vraiment jusqu’à ce que, après une carrière de 13 ans environ en tant qu’institutrice, elle a dû déménager à Khayelitsha pour suivre son mari qui venait de recevoir une mutation.

Comme elle avait vécu toute sa vie à la campagne, elle ne pensait jamais qu’il existait un tel endroit que ce township. Khayelitsha est le plus grand township d’Afrique du Sud, avec un million d’habitants, « un endroit très pauvre », comme Rosie le décrit, dans la banlieue de la ville aisée de Capetown. Comme d’autres townships d’Afrique du Sud, Khayelitsha était le lieu où les Noirs étaient circonscrits pendant l’ère de l’apartheid et jusqu’à ce jour, et jusqu’à ce jour, elle est principalement habitée par des Noirs.

Rosie ne pouvait pas comprendre les paradoxes de la vie urbaine. Tout le monde dans la banlieue était occupé à gagner sa vie, avec beaucoup de petites entreprises à travers le township et tous les membres de la communauté semblaient se connaître et être là les uns pour les autres. Pourtant, à l’opposé de cet esprit communautaire, les rues étaient remplies d’enfants sans abri.

Elle pouvait les voir partout, fouillant dans les poubelles pour essayer de trouver de la nourriture. Où étaient leurs parents, se demandait-elle ?

Elle a découvert que la plupart des enfants étaient orphelins. Pour d’autres, leurs parents étaient absents pendant la journée, soit au travail, soit à la recherche de travail.

Elle a immédiatement su qu’elle devait faire quelque chose. Un jour, peu de temps après avoir déménagé à Khayelitsha, elle a appelé les enfants qu’elle a vus chez elle et les a amenés pour leur offrir de la nourriture.

« Je les ai appelés et nous avons chanté des comptines et je leur ai donné du pain et quelque chose à boire. »

Lorsque les parents sont revenus, ils l’ont remerciée et lui ont demandé de continuer à s’occuper de leurs enfants le lendemain. Sans même qu’elle ait eu le temps de dire ouf, elle le faisait tous les jours et sa maison s’est transformée de facto en garderie d’enfants ! Après la première semaine, elle avait jusqu’à 36 enfants à nourrir ! Elle a mobilisé d’autres femmes dans la communauté pour l’aider à s’occuper des enfants.

Elle a choisi le nom Baphumelele pour son projet, un mot xhosa signifiant « nous avons progressé ».

« J’ai ouvert les portes pour prendre soin des orphelins, pour moi c’est comme un appel, quelque chose que je dois faire ».

Elle ne réalisait pas vraiment dans quoi elle s’embarquait. Elle devait découvrir plus tard que la commune avait environ 14 000 orphelins !

Dix ans plus tard, Rosie a été obligée de prendre sa retraite. Son médecin l’avait admonesté, lui rappelant sans cesse que sa santé ne lui permettait plus de travailler comme elle le faisait, qu’elle ne devrait pas continuer à être entourée de tant de bruit et d’excitation. C’est avec tristesse que Mama Rosie a fermé sa garderie en 1999 et s’est préparée à mener une vie plus calme.

Mais le destin avait d’autres projets pour elle ! Le 21 novembre 2000 – elle se souvient de la date exacte – elle a trouvé un enfant abandonné à sa porte.

« Il avait entre deux et trois ans. Il était nu et plein de plaies. Il ne connaissait même pas son nom. Je ne savais pas qui avait amené ce bébé, mais je l’ai pris à l’intérieur, emprunté des vêtements à des voisins. »

Elle a décidé d’aller à la police pour le signaler. Alors qu’elle sortait de la maison, un fourgon de police s’est arrêté devant sa porte et un agent de police lui a apporté un autre enfant.

C’était une situation surréaliste : elle avait pensé que la police pouvait l’aider et à la place, la police lui demandait de les aider !

« Je suis allée au tribunal et on m’a donné la permission de m’occuper des enfants même si je ne voulais pas parce que j’avais peur parce que j’étais au chômage. »

Au revoir retraite !! D’une garderie d’enfant, Baphumelele venait abruptement de devenir un orphelinat !

L’histoire ne tarda pas à se répandre dans la ville et des enfants ont continué à être anonymement laissés sur le pas de sa porte. La maternité locale l’a même appelée à un moment donné pour lui demander de venir chercher deux bébés abandonnés. À la fin de l’année 2000, Mama Rosie s’occupait de 67 enfants, tous dans sa petite maison de famille.

« Je n’avais pas le cœur de renvoyer qui que ce soit. Des jeunes filles, des garçons et des bébés étaient dans toutes les pièces de ma maison. J’ai conclu un accord avec Dieu, promettant de prendre soin de ces enfants s’il m’aidait en retour en me donner les moyens de le faire.  »

Dieu a entendu ses prières : elle a commencé à recevoir le soutien de membres de la communauté et même de personnes dans d’autres régions du pays et même de personnes étrangères qui ont été émues par l’histoire de cette femme qui avait trop de cœur pour renvoyer un enfant dans le besoin.

La plupart des enfants placés à Baphumelele ont perdu leurs parents à cause du VIH /Sida et un grand nombre d’entre eux étaient eux-mêmes infectés par le VIH / sida ou souffraient d’autres maladies, comme la tuberculose. Il y avait aussi des cas où les enfants avaient été victimes d’abus.

Rosie n’attend pas seulement que les enfants lui soient amenés, elle visite également la communauté pour essayer de trouver des enfants qui ont besoin d’un endroit sûr pour rester. Il n’est jamais facile de trouver des enfants vivant dans les buissons ou dans les décharges.

Ses soins ne sont pas limités dans le temps, les enfants peuvent rester aussi longtemps qu’ils en ont besoin :

« Nous avons des enfants qui sont venus quand ils avaient un jour et maintenant ils sont de jeunes adultes. Ils ont été avec nous pendant toutes ces années.  »

Avec ses économies, elle a acheté une parcelle à côté de chez elle et un architecte a accepté de concevoir le centre gratuitement. Elle a également appris à rédiger des demandes de financement et à contacter des organisations locales et internationales qui pourraient l’aider dans ce nouveau chemin de vie. La réponse qu’elle a reçue dès le départ était extrêmement positive.

Baphumelele a évolué pour devenir une organisation à but non lucratif à part entière qui gère une garderie et un orphelinat. Et ce n’est pas tout : Rosie a lancé en 2011 un programme intitulé La Fontaine de l’Espoir (Fountain of Hope) qui est mené dans une petite ferme de la communauté :

« Notre programme Fountain of Hope s’adresse à tous les enfants de plus de 18 à 21 ans diplômés des foyers pour enfants. Rappelez-vous que la plupart d’entre eux sont abandonnés et ils n’ont donc pas de parents. C’est la raison pour laquelle nous leur enseignons des compétences – ils apprennent à planter leurs propres légumes, à rédiger leur propre curriculum vitae, l’étiquette de travail et on les forme en informatique. Nous leur donnons des compétences vivantes pour qu’ils puissent être indépendants. Nous façonnons tous ces enfants pour les préparer au travail et leur offrir des possibilités d’emploi. Pour d’autres, nous les aidons à terminer leurs études.  »

Et ce n’est pas tout : la femme qui était censée avoir pris sa retraite depuis 1999 et à qui son médecin avait recommandé d’éviter le bruit et l’excitation a également mis en place une soupe populaire. La Cuisine de Rosie (Rosie’s Kitchen), comme l’appellent ses voisins, prépare de la nourriture pour les habitants du canton qui ont besoin de légumes invendus reçus de divers marchés.

Est-ce tout ? Nan !

« Nous avons une clinique médicale pour les enfants et une autre pour les adultes. Nous nous occupons des personnes atteintes du VIH / sida et d’autres maladies chroniques, telles que le cancer, la tuberculose et le diabète, et nous gérons un hospice pour enfants. Nous avons également un programme de sensibilisation pour les ménages dirigés par des enfants. Ce sont des enfants laissés sans parents, pris en charge par des frères et sœurs aînés. Nous avons des travailleurs sociaux qui vont dans la communauté et qui apportent un soutien à ces enfants.  »
Baphumelele a eu la chance d’avoir des donateurs généreux, mais Rosie ne veut pas que son projet dépende complètement de l’aide:

« Nous avons également créé une boulangerie pour fabriquer notre propre pain pour les enfants, employer les enfants plus âgés et vendre à la communauté pour collecter des fonds pour l’organisation. »

L’organisation gère également une petite fabrique de savon où les personnes vivant avec le VIH ou souffrant d’autres maladies chroniques mais qui ont la force de travailler peuvent avoir la possibilité d’être productifs et de faire une différence dans la société.

Comme vous pouvez le constater, Baphumelele a été à la hauteur de son nom – « nous avons progressé » !

Et ils ont progressé : 30 ans plus tard, Mama Rosie est devenue un nom reconnu en Afrique du Sud et par le monde. Vous ne serez pas surpris que son histoire ait attiré l’attention de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, qui lui a rendu un jour une visite surprise.

Et si je vous dis qu’elle a été visitée par Beyoncé Knowles, Bono, Sir Elton John et toute l’équipe de Manchester United Football, vous penserez que j’invente tout ça!

Au cours des trois décennies depuis la création de Baphumelele, Rosie Mashale a reçu à peu près le même nombre de prix locaux et internationaux que d’années où elle a dirigé son organisation.

Tout n’a pas été rose dans sa vie. Son mari est décédé en 2001 et elle s’est retrouvée seule à gérer et son foyer et son organisation. Mais elle a continué sa lutte pour sauver des enfants de la rue. Elle a également réussi à élever son propre enfant et à la scolariser jusqu’à l’université. Sa fille Rethabile a maintenant trente ans, a une famille à elle et détient un doctorat en développement social. On dirait qu’elle suit les traces de son illustre mère.

Ses autres enfants progressent tout aussi bien dans la société :

« Les enfants qui sont venus ici à Baphumelele progressent. Certains sont des travailleurs sociaux, des comptables, etc. Ils n’oublient pas d’où ils viennent. Ma vraie motivation est la suivante. Au fond, je suis très douce, impressionnable, réceptive, rêveuse et visionnaire.  »

Ok, peut-être que cela pourrait être un bon moment pour prendre sa retraite. Certainement pas, elle dira.

« Notre centre est maintenant devenu une sentinelle d’espoir pour les habitants de Khayelitsha. J’ai toujours l’impression que je peux faire plus.  »

Félicitations pour votre contribution à l’Héritage de l’Afrique, Mama Rosie! #BeTheLegacy #WeAreTheLegacy #Mandela100 #UMURAGEkeseksa

Contributeurs

Um’Khonde Habamenshi
Lion Imanzi

Loading...

LEAVE A REPLY