Abahutu barizize none bararirira mu myotsi, inkotanyi bafashije gufata ubutegetsi zibisekera!

Inyito y’iyi nkuru twayikuye mu mpaka twakurikiye ku mbuga nkoranya-mbaga hagati y’uwitwa ChrisWalters, na Zac Biampa na Martin Bangamwabo. Turabagezaho ibyo buri wese muli abo batatu yavuze ntacyo twongeyeho cyangwa ngo tuvugeho, uretse nyine umutwe w’amagambo twafashe (titre). Ibyo bavuganye biri mu gifaransa no mu kinyarwanda cyangwa bivanze. Mubyihanganire. Ngaho mwisomere :

Chris Walters : Apres des siècles de tranquillité, ce mois de Novembre 1959 déclencha la Nakba Rwandaise. Et toujours une puissance étrangère derrière tout ca comme en Palestine! Heureusement que 35 ans après, un mouvement patriotique a mis un terme a cette souffrance…

Zac Biampa : La “Nakba rwandaise” est bien cette maudite date à laquelle une hordes de fainéants mais sanguinaires tutsi venus d’Ouganda et poussée par les puissances anglo-saxonnes ( eh, oui, toujours une main étrangère…), a chassé du pouvoir et de ses biens le paisible et laborieux peuple majoritaire hutu du Rwanda. Cette Nakba date déjà d’il y a  24 ans , ce qui est peu par rapport à celle des Palestiniens qui en est à 70 années. Ce qui ne constitue pas une consolation pour le peuple hutu , j’en conviens. Mais au moins un rappel comme quoi il n’est pas le seul à subir l’injustice dans ce monde. 

Martin Bangamwabo : Abo batutsi bararengana. 

-Ibuka cya Kigabo cyari gisanzwe kivura imbwa n’ihene mwafashe mukagira premier minister kikavaho kirukanye batayo yonyine mu gihugu yashoboraga kumenesha abo mwarwanaga, donc batayo yonyine yashoboraga kurinda Guvernema cyari cyiyoboye. Nacyo se ni puissance occidentale?

– Ibuka bya bigabo by’ibibwa gusa gusa byagiye gusinya i Bujumbura ngo Guvernema y’abahutu yari iriho ni Jenosideri. None se, aux yeux y’abanyamahanga, abahutu ubwabo banditse banasinyira ko Guvernoma y’abahutu ari abajenosideri, uragirango bayifate gute? Uzi neza icyo Jenoside bivuga iiriya  i Burayi!!

– Ibuka bya Bihindugembe, biyobowe na Rukokos ( wakoreraga Porotiki mu Kirere ngo yerekane munsi y’ikirenge), wivugiye ati n’aho Byumba yafatwa nta kibazo. Hagati aho abana birirwa baraswaho en essayant de défendre igiti kimwe cyangwa bibiri bya Parc y’akagera.

– Bwarakeye wa mwungeri w’imbwa abashora ibishanga mba ndoga Nkoronko. Ahubwo ndagukurira ingofero, kuko wowe warakomeje urarwana. C’est tout à ton honneur.

Abo ni Abahutu. Abahutu purs.

Abahutu bafashe ingoma yabo barayitanga, abatutsi barayakire. Ahasigaye duturane dutuje. Ni uko nyine nta kundi. None se uragirango ngire nte?

Uurareba ugasanga hari circonstances zizatuma abo bahutu muririmba bazongera kugira moyens nk’izo bari bafite muri 94?

Byararangiye, Fini. Imyaka 500.

Zac Biampa : Bien Cher Martin Bangamwabo,

Ishyano ryatugwiriye icyo gihe, nako amakosa- rurangiza ya politike (fautes politiques mortelles) yakozwe azabera isomo abandi batari abahutu b’i Rwanda. Ndakubwiza ukuri ko igitumye régime ya CNDD-FDD y’i Burundi ikihagazeho kandi yari yaramaze gucirirwa urwo gupfa , isomo bakuye mubyatubaye ho lilimo. Iryo somo ni iri :

–         Gérer politiquement une guerre avec un gouvernement de coalition dont certains de ses membres sont des alliées de l’ennemi avec qui les Forces armées de ce pays se battent. Faute mortelle. Même la plus puissante armée du monde ne pourrait éviter la défaite dans ces conditions. 

Naho mu marorerwa wavuze  y’abategekaga igihugu bari bagize gouvernement itegeka ingabo zirwana n’Inyenzi,biriya ni bike washoboraga kumenya. Hari n’ibindi byabaye bitamenyekanye cyane ariko nabyo by’amarorerwa :

–         Un ministre des Finances (devant qui les listes de paies des militaires passent à travers l’Ordonnateur  Trésorier pour débloquer les salaires) et qui utilisent ces listes pour indiquer à l’ennemi  les véritables effectifs de l’Armée ( =divulgation de secret militaire, punie de la peine de mort) ou qui alerte le même ennemi que son gouvernement a procédé à des recrutements d’autant… 

–         Un membre du gouvernement qui lors d’un Conseil des ministres s’éclipse pour aller téléphoner à Arusha où se déroulent les négociations sur l’intégration des deux armées et qui est surpris en train de conseiller à la délégation du FPR d’exiger au moins 50-50%  en lui révélant que le gouvernement va accepter car craignant la reprise des hostilités…

–         Un ministre (1°) qui après avoir reçu des messages classifiés « Très secrets » qui  signalent l’état d’esprit des militaires et leurs revendications s’en presse de les donner à un journal pro-FPR« Isibo » avec consignes de les publier en dénonçant leurs auteurs accusés de « membres de l’Akazu » de Habyarimana.

–         ETC….

Erega ngo « Uwiyishe ntaririrwa » ,kandi ngo « Usenya urwe umutiza umuhoro ». Abahutu rero nibawunywe nibo bizize !

Nguko !

Byakusanyijwe na : 

The Rwandan

LEAVE A REPLY