Abana ba Félicien Kabuga bavuga ko gufungwa kwe bishobora kumuviramo urupfu

Félicien Kabuga

Abana ba Félicien Kabuga bavuga ko afunze mu buryo bumwima uburenganzira bwe nk’umuntu ufite ubuzima bumeze nabi cyane ukeneye kwitwaho byihariye.

Mu itangazo basohoye ku munsi w’ejo ku wa gatanu tariki 29 Gicurasi 2020, bavuga ko nk’umuntu ufite ibyo ashinjwa, se yamye yifuza kwitaba ubutabera ngo yisobanure, ariko atari mu rukiko mpuzamahanga mpanabyaha rwashyiriweho u Rwanda rw’Arusha (TPIR/ICTR) bavuga ko “kuva rwashyirwaho rutahwemye kugaragaza kubogama”.

Abana ba Kabuga bavuga ko kuva mu myaka micye ishize, se w’imyaka 87 y’amavuko arwaye indwara zitandukanye nk’indwara y’isukari (diabète), gutera k’umutima mu buryo bwihuse cyane (hypertension) ndetse n’indwara yo kwibagirwa kubera izabukuru. 

Bavuga kandi ko mu mwaka ushize yabazwe mu nda, bityo ko “akeneye kwitabwaho no gukurikiranwa bya buri kanya, nk’umuntu wese ugeze mu zabukuru w’intege nke ukeneye gufashwa”

Abana ba Kabuga bavuga ko usibye ibyo, se nta Gifaransa nta n’Icyongereza azi. Ko kuba ari muri gereza, adashobora kwivugira no kwigenza kandi ari mu kato, ari ukumutererana. 

Bavuga ko uko ubuzima bwe bumeze “ntaho bihuriye na busa n’uburyo afunzemo”, kandi ko batangajwe no kubona ubucamanza bwanga gukoresha ibizamini byo kwa muganga ngo buhinyuze ibyo bavuga by’uburwayi bwa se, n’ubwo abunganizi be mu mategeko bari babisabye. 

Bavuga kandi ko kuva Kabuga yatabwa muri yombi ku itariki ya 16 Gicurasi 2020, ku wa kane ku itariki ya 28 Gicurasi 2020 ari bwo bemerewe kuvugana na we kuri tefelone gusa, n’ubwo umushinjacyaha mukuru yari yatanze uruhushya ku itariki ya 20 Gicurasi 2020 ko bemerewe kumusura. 

Ubufaransa buri kwivuguruza? 

Bavuga ko mu gihe cyose amaze yitaba urukiko, babonye ko ubuzima bwe burushaho kumera nabi, ko yatakaje ibiro ndetse ko mu mivugire ye humvikanamo urujijo. 

Bongeraho ko kimwe n’undi mwana wese uhangayikishijwe n’ubuzima bwa se cyangwa bwa nyina, bafite ubwoba ko uku gufungwa kwa se muri ubwo buryo bishobora kumuviramo urupfu, ko ari yo mpamvu bari basabye ko akurikiranwa adafunze. 

Abana ba Kabuga bavuga ko Ubufaransa buzwi nk’igihugu kigendera ku mahame yo kubahiriza uburenganzira bwa muntu, umuntu yaba akurikiranywe n’ubutabera cyangwa yidegembya.

Ariko bakavuga ko kugumisha se muri gereza, mu buryo ubuzima bwe bumeze kuri ubu, “bimwima uburenganzira bwe bw’ibanze”

Mu rukiko bigeze he? 

Bwana Kabuga ashinjwa ibyaha birimo gucura umugambi wa jenoside. Mu iburanisha ryo ku wa gatatu tariki 27 Gicurasi 2020, abunganizi be bahanganye n’ingingo itegeka ubutabera bw’Ubufaransa gushyikiriza abafashwe bisabwe n’ubutabera mpuzamahanga, aha bikaba bivuze koherezwa gufungwa n’urwego rwasigaye rurangiza imirimo yasizwe n’urukiko rw’Arusha (ICTR). 

Basabye ko yarekurwa agakurikiranwa adafunzwe akajya kuba kuri umwe mu bana be, batanga urugero ko yakwambikwa icyuma ku kaguru cyo gukurikirana umuntu n’ikoranabuhanga (electronic ankle tag).

Ubusabe bwo kumurekura urukiko rwarabwanze, umucamanza yavuze ko “nubwo adafite ubushobozi bwo gucika yirutse, ariko babonye ko afite ubwo gukoresha inyandiko mpimbano akihisha”.

Urukiko rwatangaje ko ku wa gatatu utaha tariki 03/06/2020 ruzatangaza umwanzuro.

1 COMMENT

  1. Il faut dire les choses telles qu’elles sont. La tête de Kabuga, vif ou mort avait été mise à prix par les dirigeants américains de droite et de gauche sur demande de Kagame.
    Kagame et les siens sont des vautours qui règnent en maître sur le Rwanda comme en témoigne le nombre macabre de leurs victimes Hutu et Tutsi. Outre le sang versé des millions de Rwandais, la course effrénée aux biens matériels c’est-à-dire vider les caisses de l’Etat et garnir leurs comptes ouverts dans les paradis fiscaux (voir Panama Papers) est pour eux un outil de gestion du Rwanda. La priorité de Kagame est de réduire à la mendicité des Rwandais listés, principalement ceux qui ont du patrimoine mobilier et immobilier par jeu de spoliation de leurs biens.
    Le mode opératoire notoirement connu est la fabrication des accusations et mandats d’arrêt internationaux contre les intéressés s’ils résident à l’étranger pour génocide dit des Tutsi, crimes contre l’humanité et crime de guerre. Pour faire main basse sur les patrimoines des accusés, Kagame les condamnent à plusieurs années de prisions, fait saisir leurs biens et les vend aux enchères aux fins de payer les dommages aux victimes tutsi fantômes. Les acquéreurs sont lui et les oligarques du régime du premier cercle de son régime. Tel est le cas de Kabuga. Le seul crime qu’il a commis qui lui vaut la mise à mort est d’avoir des biens que Kagame veut s’approprier.
    Il convient de préciser que les Tutsi qui refusent ou qui ont refusé de leur céder une partie de leur patrimoine ou leur entrée forcée dans le capital de leurs sociétés sont broyées alors qu’ils ont participé substantiellement à l’effort de sa guerre contre le Rwanda et qu’ils ont donc contribué à sa prise du pouvoir par la force au Rwanda en marchand dans le sang des milliers de siens dont sa tante Rosalie Gicanda. En effet, alors qu’il savait que s’il commet l’irréparable à savoir assassiner Habyarimana, sa tante Gicanda Rosalie, sœur de sa mère, sera tuée et qu’il avait des milliers de soldats et infiltrés dans la ville de Butare, il n’a rien fait pour la sauver. Il crie sur les toits qu’il a sauvé les Tutsi. Ce qui signifie cyniquement que pour lui la charité bien ordonnée commence par autrui et nullement par soi-même c’est-à-dire par les siens.
    Au regard de son âge d’une part et de son état de santé médicalement constaté d’autre part, Kabuga ne peut nullement résister aux conditions de détentions dans la geôle de l’ONU aussi bien à Arusha qu’en Tanzanie.
    Il a été arrêté en France. La France est un Etat de droit et a des juges qui sont au service de tous y compris les étrangers qui résident sur son territoire dit-on.
    Le Procureur des MTPI demande à la France de le remettre aux MTPI alors qu’il connaît parfaitement le danger particulier gravement encouru par l’accusé et d’une part et les conditions de détention dans la prison d’Arusha ou celle de la Haye.
    Les MTPI opèrent pour le compte du gouvernement rwandais. Le procureur, de nationalité belge, est au service de ce dernier. Kagame veut Kabuga mort et nullement vivant. D’où ce procureur s’active pour que Kabuga ne soit pas jugé en France par les juges français.
    Il sait très que s’il est jugé en France, les avocats de la défense déconstruiront morceau par morceau les accusations de Kagame contre Kabuga. Celles-ci subiront le même sort que celles de Bensouda dans les Affaires Gbagbo et Blé Goudé devant la CPI.
    Si la France est effectivement un Etat de droit, attachée au respect des droits fondamentaux de l’Homme, au premier rang la VIE, elle accédera à la demande de l’accusé c’est-à-dire elle acceptera que Kabuga soit jugé par les juges français. Dans le cas contraire, la France participera à la mise à mort de ce vieillard rwandais. Dans le cas présent, ce n’est pa Kabuga qui pose problème mais le respect des droits fondamentaux de tout Homme crié sur les toits par la France, dite Etat de droit.
    Si la mission des MTPI est de rendre justice aux prétendues victimes de l’accusé, le procureur susévoqué devra accepter voire même demander que Kabuga soit jugé en France.
    La question posée est de savoir si le procureur des MTPI est au service de la justice au sens exact du terme.

LEAVE A REPLY

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.