U Burundi bwakuriye u Rwanda inzira ku murima

Yanditswe na Frank Steven Ruta

Amezi abiri nyuma y’irahira rya Jenerali Evariste Ndayishimiye Perezida w’U Burundi, impaka ziracyari zose ku kumenya uko u Burundi buzitwara ku mubano wabwo n’ibihugu bituranyi,  cyane cyane u Rwanda.Perezida w’U Burundi amaze gukuraho urujijo, agaragaza aho u Burundi buhagaze ku mubano n’abaturanyi be baregwa gushaka guhungabanya igihugu cye.

Mu ngendo ari gukorera hose mu gihugu cye, Perezida Evariste Ndayishimiye yaganiriye n’abaturage b’i Busoni mu ntara ya Kirundo ihana imbibe n’u Rwanda mu Majyaruguru y’u Burundi. Mu ijwi riranguruye, yeruye avuga ko nta cyo bazavugana n’ibihugu by’indyarya, bibatega ihwa mu kirenge ngo barikandagire.

Mu ijambo rye, arashinja kandi ibihugu atavuze amazina “gufata bugwate impunzi” no gukomeza gucumbikira  abacuze umugambi mubi wo guhirika ubutegetsi bw’u Burundi mu mwaka wa 2015, bakanagerageza kuwushyira mu bikorwa.

Yongeye gukangurira impunzi gutaha, asaba n’abaturage baganira nazo (bakoresheje telefoni), kuzihamagarira gutahuka.

Perezida wa Repubulika y’U Burundi avuze ibi nyuma  y’uko impunzi z’Abarundi ziri mu nkambi mu Rwanda zishinja agatsiko ka bamwe mu batavuga rumwe n’ubutegetsi bw’u Burundi baba mu mahanga, gukomeza kubashishikariza kutazahirahira bataha.

Ibaruwa yanditswe n’itsinda ry’impunzi z’Abarundi ziba mu nkambi y’impunzi mu Rwanda, zahamagariye perezida wabo gufatanya n’u Rwanda ndetse n’ishami ry’umuryango w’abibumbye ryita ku mpunzi, HCR, kubafasha gutaha.

Impunzi zirenga 60.000 z’Abarundi ziri mu nkambi ya Mahama, mu Ntara y’Uburasirazuba bw’u Rwanda, kuva havuka ikibazo cya politiki cyo mu 2015 cyari gishingiye ku kwiyamamaza kwa Perezida Nkurunziza, no kuri kudeta yapfubye.

Abaturage ba Mahama barenga 300 bashyize umukono kuri iyo baruwa yandikiwe Perezida Ndayishimiye, bamumenyesha ko  hari abanyappolitiki b’Abarundi bari mu buhungiro “bashaka ko baguma mu nkambi ku nyungu zabo”.

Emmanuel Bizimana, umwe mu bashyize umukono ku masezerano, avuga ko “ubu ari cyo gihe cyo gutaha”, akomeza agira ati: “Turabizi ko ubu igihugu cyacu gitekanye, niyo mpamvu twarungits eicyete kwa Perezida wacu. “

Avuga ku kibazo cy’impunzi zikiri hanze y’u Burundi, Perezida Ndayishimiye yagize ati: “Ibyo bihugu bahungiyemo byabafashe nk’ingwate, turabibona ko byabafasheho ingwate kuko nta muntu ashaka gutaha mu gihugu c’iWe, ngo habe igihugu kimwankira. Ni ukuvuga ko babafashe nk’ingwate, babafata nk’imbohe. Ndasavye rero y’uko ico gihugu cabarekura bakitahira mu gihugu cabo c’amavukiro. Namwe ndagira ngo mbasabe mwitegure kubakira. Ndagira ngo rero mbonereye aka karyo, na’abo Barundi ndabatere akamo kuko ndazi ko bakurikirana amakuru y’u Burundi, niba biteguye guta, twebwe turiteguye kubakira, hanyuma tuze turAbe ubatangirira ku rubibe  ababuza kwitahira iwabo. Turifuza y’uko ibihugu vyose bibanyi, canke ivya kure vyakiriye impunzi vyomenya ko Abarundi bacu bari muri ivyo bihugu, ari abana b’u Burundi kandi bakeneye iteka n’itekane.”

Kuva mu kwezi kwa Gatandatu uyu mwaka,  Perezida Evariste Ndayishimiye yasabye ko impunzi zataha kandi kuva icyo gihe abagera ku 2000 batahutse bava muri Tanzaniya, nk’uko imibare yaturutse mu biro by’umuryango w’abibumbye ibigaragaza.

Guverinoma y’u Rwanda irashinjwa kuba yarateye inkunga kandi igatanga ibikoresho by’abateguye guhirika ubutegetsi mu Burundi iyobowe na Gen Maj. Godefroid Niyombare wigometse.

Nyuma yo guhirika ubutegetsi bikamunanira, Gen Maj Niyombare yahungiye mu Rwanda, aho yari arindiwe umutekano mu kigo cya gisirikare.

Mu Rwanda, Niyombare ategeka inyeshyamba zo mu Burundi, harimo na Red Tabara, izi nyeshyamba zigizwe n’abahoze ari abasirikari b’Abarundi hamwe n’abandi bitwa ko bademobirijwe mu gisirikare cy’ Rwanda, kandi izi nyeshyamba zihabwa imyitozo n’inkunga y’ibikoresho na Leta ya Kagame.

Kuri iyi ngingo y’umubano w’u Burundi n’u Rwanda, Perezida w’u Rwanda, Gen Paul Kagame, yatangarije i Kigali ku ya 10 Nyakanga 2020 ko igihugu cye cyifuza kugarura umubano w’ibihugu byombi.

Avuga kuri aya magambo yavuzwe na Gen Kagame, Gen Ndayishimiya, Perezida w’Uburundi yavuze ko abaturanyi bashaka kuvugurura umubano wa politiki, guhahirana n’imigenderanire,  bagomba kubanza gusubiza u Burundi inkozi z’ibibi bacumbikiye, ngo zicibwe urubanza. 

Perezida Ndayishimiye yaboneyeho kongera gusaba ibihugu bibanyi atavuze amazina, kutivanga mu buzima n’ibibazo by’u Burundi. Yihanangirije abo yita indyarya agira ati: “Ntitwifuza yuko tugiraniraimigenderanire n’igihugu gikoresha u buryarya, igihugu c’ikiyorobetsi. Ntibishoboka ko hari igihugu kivuga ko kirashobora gukundana n’u Burundi, mugabo kiriko kiriyorobeka, cashize ihwa mu kirenge kugira ngo turihonyore.” Yavuze kandi ko u Burundi butajya buhungabanya umutekano w’ibindi bihugu.

1 COMMENT

  1. Le Président Burundais a dit haut et fort ce que pensent les Burundais et des millions de Rwandais.
    1- Les criminels présumés burundais nommément connus sont vautrés au chaud ici au Rwanda.
    Ils sont prétendument impliqués dans les crimes qui ont été commis dans leur pays, le Burundi. Prétendument car c’est la justice burundaise qui dit que tel ou tel accusé est impliqué dans la commission des crimes qui lui sont imputés par le ministère public, défenseur de l’intérêt général.
    Ils ont crié sur le toit qu’ils ne sont nullement impliqués dans ces crimes. Le Burundi a une justice qui fonctionne contrairement à la justice rwandaise dont les juges sont les fossoyeurs des droits fondamentaux des Rwandais et impliqués jusqu’à la moëlle osseuse dans divers méfaits dont la corruption généralisée à tous les niveaux de technostructure FPR. S’ils n’ont rien à se reprocher, ils n’ont alors rien à craindre s’ils sont extradés. Ils auront tous les avocats du monde. Kagame a tout ce qu’il faut pour qu’ils soient défendus par des avocats internationaux, le tout conformément à la loi burundaise.
    Il s’ensuit qu’en exigeant l’extradition de ces criminels présumés, le Président Burundi a parfaitement raison.
    2- Il est déterminé à faire le Burundi un Etat de droit digne de ce nom. La première exigence d’un Etat de droit est le respect de la loi, l’inexistence d’impunité pour les criminels notoires et malfrats en tout genre, la justice pour tous et l’extirpation de la corruption du corps social, la probité incontestable des hommes politiques en l’occurrence. Ce qui exclut les magouilles, marchandages et combines en tout genre aux seules fins de garantir l’impunité aux criminels notoires. Ce qui signifient que Kagame qui, dans son pays est à la fois juge, justice et loi, doit extrader ces burundais nommément désignés par le Burundi pour qu’ils répondent de leurs actes devant la justice de leur pays.
    3- Le Burundi demande au Rwanda d’extrader les burundais présumés impliqués dans les crimes commis au Burundi car il en va de la justice pour tous au Burundi. Si les dirigeants burundais sont conséquents avec eux-mêmes, ils ne peuvent dire qu’une partie des Burundais a droit à la justice en l’espèce des victimes imputées à ces Burundais dont le Burundi demande l’extradition et qu’une autre n’en pas à savoir feu Ntaryamira et des milliers de réfugiés burundais victimes du génocide au Rwanda en 1994.
    Le Burundi, Etat de droit et conséquemment de justice pour tous, doit aller plus loin. Il doit expressément demander au Conseil de Sécurité de l’ONU, la création d’une commission internationale d’enquête sur l’assassinat du Président Ntaryamira Cyprien.
    L’assassinat d’un chef d’Etat en fonction constitue juridiquement un crime contre l’Etat car le président est vu et traité en droit et en fait comme une institution étatique et nullement comme une personne physique.
    L’assassinat du président Ntaryamira est constitutif d’un crime contre l’Etat Burundais. Par conséquent, ses auteurs doivent être recherchés, trouvés et répondre de leur méfait devant un tribunal spécial. A défaut, le Burundi devra lui-même faire le nécessaire pour traquer et juger les criminels et ce, quel que soit le gouvernement en place.
    Le renvoi à la barre des assassins sera honorer la mémoire du feu Président Ntaryamira Cyrprien, rescapé du génocide de 1972-1973 contre les Hutu Burundais comme son compagnon, feu Ndadaye. Parler c’est bon mais agir c’est encore mieux. Pour des raisons que les Rwandais connaissent maintenant, la France entend enterrer l’Affaire de l’attentat contre l’avion du Président Rwandais. Si la France a intérêt à enterrer les dossiers de ses victimes, le Burundi n’en a aucun. Dès lors, la demande expresse à adresser au Conseil de sécurité de l’ONU devra concerner exclusivement la victime Burundaise. Il est regrettable que pour des raisons obscures le Président Nkurunziza n’ait rien fait alors que la veuve et les enfants du défunt ont saisi la justice burundaise il y a plusieurs années.
    4- Il est notoire et établi que sur ordre de Kagame, les soldats du FPR ont massivement massacré des milliers de réfugiés burundais, femmes, enfants et hommes de tous âges et conditions qui avaient été installés à l’Est du Rwanda aux seuls motifs qu’ils étaient Hutu. Ces Burundais sont des rescapés du génocide de 1972-1973 contre les Hutu.
    Ils ont été exterminer par les soldats du FPR et des soldats burundais, ceux-là même qui ont exterminé les leurs à l’époque ci-dessus indiquée. Il est de notoriété publique que sur demande de Kagame et l’accord du chef d’Etat major de l’armée burundaise (qui était un Etat dans un Etat), celle-ci est intervenue au Rwanda pour épauler l’armée du FPR en 1994. C’est l’armée burundaise qui a pris la partie sud du Rwanda, pillé l’UNR, l’hôpital universitaire de Butare, les magasins et les habitations à Butare ville, massacré massivement des milliers de femmes, enfants et hommes de tous âges Hutu à Butare en l’occurrence et au Burundi (ceux qui avaient pu traverser les frontière). Un des criminels notoirement connus est le chef d’Etat major actuel de l’armée de Kagame, Kazura Jean-Bosco, ex-officier de l’armée burundaise. Il serait utile que le Gouvernement Burundais établisse et publie la liste des ex- soldats tutsi de son armée d’origine rwandaise qui ont déserté pour intégrer l’armée du FPR. Cela permettra aux membres des familles des victimes de Butare de connaitre les vrais assassins des leurs d’une part et des réfugiés burundais ci-dessus évoqués d’autre part.
    Le cas des réfugiés burundais est un cas sui spécial. En effet, ceux-ci étaient des rescapés du génocide susmentionné. Ils avaient le statut de réfugiés politiques. En cette qualité, ils étaient sous la protection du HCR et conséquemment de l’ONU, car le HCR est une institution de celle-ci. Ils n’avaient rien à avoir dans la guerre qui opposait les Tutsi aux Hutu. Or, ils ont exterminé par les soldats des armées du FPR et burundaise au vu et au su des représentants du HCR, employés de l’ONU.
    Les Rwandais et divers chercheurs évoquent ou ont évoqué les crimes de masse contre les Hutu Rwandais, les Tutsi mais jamais les crimes de masse, constitutifs de génocide, crime de guerre et crime contre l’humanité contre les Burundais qui étaient sous la protection de l’ONU. Le constat macabre est le silence du Conseil de Sécurité de l’ONU alors qu’il a été parfaitement informé de la commission de ces crimes de masse. De même, les gouvernements burundais successifs n’ont jamais évoqué ces crimes contre les citoyens burundais. Des rescapés sont retournés au Burundi où ils vivent aujourd’hui. Ils ne peuvent même pas honorer la mémoire des leurs: commémoration de l’extermination des leurs, faire lire la messe à la mémoire des leurs pour les catholiques, raconter publiquement aux enfants nés après 1994 qui sont des millions la tragédie qui a frappé leurs anciens, bref, enseigner aux enfants l’histoire du génocide des Burundais au Rwanda. Ces jeunes gens ont droit de savoir. Ces victimes ont droit à la justice. Pour ce faire, le Gouvernement Burundais doit créer une commission spéciale chargée de recenser tous les rescapés de l’extermination à grande échelle des réfugiés burundais au Rwanda, recueillir ensuite les éléments utiles sur les crimes qui ont été commis à leur endroit et enfin demander expressément au Conseil de Sécurité de l’ONU la création d’une commission internationale d’enquête sur les massacres de masse contre ces réfugiés qui étaient sous la protection de l’ONU. Les crimes qui ont été commis sont imprescriptibles. Kagame ne pourra pas exciper du contraire. La passivité des autorités burundaises n’a pas pour effet la prescription de ces crimes. Si Kagame et les siens soutiennent le contraire, dans ce cas la commission internationale d’enquête sur ces crimes de masse conclura l’inexistence de ces crimes ou l’existence des crimes mais non constitutifs de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Tout rejet ou refus de la demande burundaise de la part de l’ONU ou du Gouvernement Rwandais sera la preuve irréfutable du bien-fondé de sa demande : existence des crimes évoqués par l’Etat Burundais. Les Affaires de l’attentat qui a emporté le Président Cyprien Ntaryamira et ses collaborateurs et de l’extermination des réfugiés burundais pourtant sous la protection de l’ONU constituent, pour l’ONU et les sponsors de Kagame, une bombe explosive. Toute action de l’Etat burundaise pour traquer, trouver les bouchers et les renvoyer à la barre provoquera inéluctablement les réactions négatives des sponsors des assassins: chantages en tous genre, pressions politiques, diplomatiques et divers agissements négatifs contre les autorités burundaises. Bref, une armada de moyens seront négativement déployée contre le Président Burundais au premier chef. Les maîtres chanteurs devront se heurter à leurs propres contradictions: 1/Etats dits de droit et de justice pour tous qui sont contre la justice pour tous. 2/ Etats dits de droit qui font une distinction entre les Hommes, d’un côté ceux qui, selon eux, appartiennent à l’humanité et méritent conséquemment compassion et justice et de l’autre, ceux qui n’appartiennent pas à l’humanité et ne méritent donc pas compassion et encore moins justice. Reste à savoir si les autorités burundaises agiront ne serait ce que pour honorer la mémoire des morts burundais pour que leurs postérités puissent savoir que les leurs ont été exterminés pour ceux qu’ils étaient et nullement pour ce qu’ils avaient fait. Honorer la mémoire des siens est une tradition séculaire de la société humaine et donc de la civilisation humaine qui distingue l’homme de l’animal. Priver un être humain le droit d’honorer la mémoire des siens c’est lui dire qu’il n’a pas encore accédé à la civilisation humaine. Tel est le cas des Hutu ici au Rwanda où même évoquer ce droit séculaire du Peuple Rwandais est constitutif de crime de négationnisme du génocide dit des Tutsi et/ou de divisionnisme, lourdement puni. Le parfaite illustration est le cas d’Ingabire Umuhoza, ex-Présidente des FDU qui a écopé de plusieurs années ferme pour avoir commis ce crime. Autrement dit, au Rwanda, les Hutu n’appartiennent pas à l’humanité et par conséquent ils n’ont pas encore à la civilisation humaine. Sur ces deux affaires, les dirigeants burundais doivent prouver au monde que tel n’est pas le cas dans leur pays.

LEAVE A REPLY

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.