Busingye Johnston rétrogradé pour un bon nombre de raisons

Par The Rwandan Lawyer

Le président rwandais Paul Kagame a destitué le ministre de la Justice mais l’a nommé ambassadeur en Grande-Bretagne alors que le verdict sur le dossier Paul Rusesabagina, l’hôtelier crédité d’avoir sauvé de nombreuses vies pendant le génocide de 1994 n’est pas encore prononcé. Le communiqué du cabinet publiée mardi n’a donné aucune raison pour le limogeage de Johnston Busingye, qui était ministre de la Justice et mandataire général depuis 2013. La présente analyse souligne différentes raisons qui sous-tendent ce limogeage qui laisse place à une rétrogradation.

Busingye a été nommé ambassadeur du Rwanda en Grande-Bretagne, selon le communiqué. Kagame n’a pas immédiatement nommé un nouveau ministre de la justice. Les demandes de commentaires adressées au porte-parole du gouvernement et au bureau de la présidence n’ont pas reçu de réponse. Rusesabagina a été salué comme un héros après avoir utilisé ses relations en tant que directeur d’un hôtel de Kigali pour sauver un millier de personnes d’ethnie Tutsi du massacre pendant le génocide. Il a été dépeint dans le film hollywoodien de 2004 “Hotel Rwanda”. Aujourd’hui, il est accusé de neuf chefs d’accusation liés au terrorisme, notamment la formation et le financement d’un groupe rebelle armé. Avant son arrestation, Rusesabagina, qui vivait aux États-Unis, était un critique virulent du gouvernement Kagame. Les procureurs ont demandé une condamnation à perpétuité pour Rusesabagina, dont la famille dit qu’il est en mauvaise santé et qu’il est maltraité en prison. Le tribunal doit rendre son verdict le 20 septembre. Dans une interview accordée à la chaîne d’information Al Jazeera basée au Qatar en février, le ministre Busingye a déclaré que le gouvernement avait payé le vol qui a amené Rusesabagina au Rwanda l’année dernière, ce qui, selon la famille de Rusesabagina, a entraîné son enlèvement.

Le procès de Rusesabagina a attiré l’attention de Kagame, qui, selon des groupes de défense des droits, a utilisé des tactiques autoritaires pour écraser l’opposition politique et étendre son règne. L’arrestation de Rusesabagina par le gouvernement équivalait à une disparition forcée, une grave violation du droit international, a déclaré à l’époque Human Rights Watch, basé à New York. Kagame est devenu chef de l’État en 2000 après que lui et ses forces rebelles eurent gagne la guerre qu’ils avaient déclenchée en 1990. Il a remporté des victoires écrasantes lors des élections suivantes, la plus récente en 2017, lorsqu’il a remporté près de 99% des voix. Il a modifié la constitution en 2015, lui permettant de gouverner légalement jusqu’en 2034.

La révocation du ministre qui est désormais placé sous l’autorité du ministère des Affaires étrangères est sous-tendue par des motifs inavoués.

Affaire Rusesabagina Paul

Le témoignage de Niyomwungere Constantin un évêque burundais devant la chambre spécialisée des crimes internationaux établit suffisamment qu’il a été engagé par le Rwanda Investigations Bureau (RIB) pour organiser l’enlèvement de Rusesabagina Paul. En outre, dans une interview avec UpFront d’Al Jazeera English, le ministre rwandais de la Justice, Johnston Busingye, a admis que le gouvernement rwandais avait payé l’avion qui transportait Paul Rusesabagina de Dubaï à Kigali. « Le gouvernement a payé », a déclaré Busingye à l’hôte d’UpFront Marc Lamont Hill. « Il y a une personne qui opérait avec Rusesabagina depuis longtemps, qui avait attiré un certain intérêt de notre service d’enquête criminelle, qui a accepté de le dénoncer et le paiement était de faciliter le plan de cet homme de transporter Rusesabagina au Rwanda », a-t-il ajouté. « Le gouvernement n’a joué aucun rôle direct dans son transport. Il s’agissait juste de faciliter ce monsieur qui voulait l’amener au Rwanda. » Busingye a déclaré que le gouvernement rwandais avait agi légalement en trompant Rusesabagina, un citoyen belge et résident américain, pour qu’il monte à bord d’un avion à destination de Kigali. En droit pénal international des criminels recherches peuvent dupes et se retrouver devant la justice alors qu’ils s’y attendaient le moins et cela s’est produit dans de nombreuses juridictions », a-t-il déclaré. Lorsqu’on lui a demandé s’il était légal pour le gouvernement rwandais de payer pour un plan visant à amener Rusesabagina, un citoyen belge et résident américain, à Kigali contre son gré, Busingye a répondu :Busingye a répliqué, “Oui c’est vrai.”

Des organisations de défense des droits humains, des membres du Congrès américain et du Parlement européen ont qualifié l’enlèvement de Rusesabagina au Rwanda d’illégal au regard du droit international et ont appelé à sa libération immédiate. Rusesabagina a acquis une renommée internationale lorsque l’histoire de la façon dont il a sauvé plus de 1 200 Tutsis pendant le génocide du Rwanda en 1994 a inspiré le film hollywoodien « Hotel Rwanda ». En août 2020, Rusesabagina a mystérieusement disparu à Dubaï et s’est présenté menotté à Kigali quelques jours plus tard dans ce que sa famille a décrit comme un enlèvement. Paul Rusesabagina est actuellement jugé au Rwanda pour terrorisme. Sa famille affirme que les accusations sont fabriquées de toutes pièces et que Rusesabagina s’est vu refuser l’accès à des avocats internationaux. Après un premier entretien avec le ministre Busingye, une vidéo du ministre se préparant à l’entretien avec deux Des consultants en relations de la firme britannique Chelgate ont été partagés par inadvertance avec l’équipe d’UpFront. Dans les images, le ministre Busingye reconnaît que les autorités pénitentiaires rwandaises ont intercepté la correspondance entre Rusesabagina et ses avocats. Il y avait un document particulier qui suggérait en fait une évasion, qui venait d’un enfant de Rusesabagina jusqu’à lui, suggérant qu’ils étaient en train de discuter d’une possibilité de le faire s’échapper. Celui-ci a été retrouvé par les autorités pénitentiaires mais il a également été rendu à Rusesabagina », explique Busingye sur l’enregistrement avec ses consultants en relations publiques. Dans une première interview avec UpFront d’Al Jazeera, M. M. Rusesabagina et son conseil. “Il a une communication privée”, a-t-il déclaré.

Après avoir examiné les images, UpFront a demandé à Busingye d’être interviewé une deuxième fois pour clarifier les déclarations apparemment contradictoires qu’il a faites. Dans cette deuxième interview, le ministre a défendu le droit des autorités pénitentiaires de surveiller la correspondance entre Rusesabagina et son avocat à des fins de sécurité. Le service correctionnel est une institution autonome. Il fait son travail de sûreté et de sécurité. Une fois cela fait, ils n’ont plus le pouvoir de divulguer ce qu’ils voient », a déclaré Busingye. Lorsqu’on lui a demandé s’il avait eu accès aux communications privées entre Rusesabagina et son avocat, Busingye a répondu : « oui, bien sûr. » « J’ai dit aux documents juridiques, la communication entre l’avocat et le client est protégée. Et je le répète encore une fois », a-t-il ajouté.

Une déclaration qui contredit le chef de l’Etat

Interrogé sur l’enlèvement de Rusesabagina Paul et le rôle joué par le Rwanda pour le rapatrier de force enfreignant les règles d’extradition, le président Kagame Paul a réagi avec de réponses plus politiques, diplomatiques et sages que son mandataire général. En effet, le président Kagame a déclaré que l’intéressé s’était trompé et a été retrouvé de manière inattendue à l’aéroport international de Kigali puis les services d’enquête et de poursuite ont saisi l’occasion pour l’arrêter et le poursuivre pour des faits criminels qui auraient été commis dans la province du sud du pays. Sans professionnalisme, le ministre Busingye Johnston a admis que l’État rwandais avait financé l’enlèvement de Rusesabagina Paul et l’avait dupé grâce à l’évêque burundais Niyomwungere Constantin. Même si le président Kagame Paul n’a pas tout de suite réagi contre cet aveu stupide du mandataire général qui a été médiatisé ; sûrement, qu’il n’a pas bien perçu cette inconduite qui n’est pas digne d’un ministre de la justice surtout dans la situation d’un suspect VIP dont l’arrestation et le procès ont déclenché des répercussions juridiques, politiques et diplomatiques à travers le monde.

Le cas du jeune frère du général Nyamvumba

Les autorités de Kigali ont emprisonné le superintendant en chef des prisons, Camille Zuba, après qu’avait autorisé des proches (épouse et sœur) à rendre visite à Robert Nyamvumba, un frère cadet de l’ancien chef d’état-major général de l’armée rwandaise, le général Patrick Nyamvumba. Selon des documents judiciaires, le 25 mai 2020, le CSP Zuba a autorisé l’épouse et la sœur de Robert Nyamvumba à lui rendre visite à la prison de Nyarugenge communément appelée Mageragere où il était incarcéré. En outre, il aurait permis à un officier de police supérieur ayant rang de commissaire de police en chef de rendre visite à sa femme dans la même prison. C’était en violation des directives COVID-19 car ils avaient été informés de l’épidémie de coronavirus. Le 17 juin 2020, CSP Zuba a été traduit en justice devant le tribunal de première instance de Nyarugenge à Kigali, le parquet a demandé au tribunal de le maintenir en détention pendant 30 jours, l’enquête n’étant pas encore terminée. Le tribunal a ordonné alors qu’il soit détenu à la prison de Nyanza en attendant le début de son procès.

En mars, le pays est entré en confinement et le gouvernement a annoncé de fortes mesures préventives, notamment la suspension indéfinie des visites dans les prisons.

Le Service correctionnel du Rwanda étant sous l’autorité tutélaire du ministère de la justice, le commissaire, le général retraité Georges Rwigamba a été immédiatement démis de ses fonctions mais le ministère de la Justice était également concerné par cette mauvaise gestion du service carcéral et par ce scandale et devrait finalement couter le poste à son ministre. C’est la deuxième raison du départ de Busingye Johnston.

De plus, la population carcérale surpeuplée qui entraîne des dépenses énormes de l’Etat où elle consomme 15 millions par jour et des milliards par an alors qu’il y a des simples délits qui ne nuisent pas à la société et dont les auteurs devraient être libérés et aller travailler au lieu de perdre du temps en prison. Ce défi n’a pas encore été relevé et il reste sur le dos de Busingye Johnston.

Conclusion

Les citoyens rwandais s’attendaient au limogeage de Busingye Johnston juste après ses confessions médiatisées de l’implication de l’Etat rwandais dans l’enlèvement illégal et l’arrestation du héros de l’hôtel Rwanda. Avec le temps qu’il vient de passer dans ce ministère, les problèmes d’injustice que subit la population au quotidien restent sans réponse ; un nouveau départ s’imposait.

1 COMMENT

  1. Johnston Busingyen’a pas été rétrogradé. Il a été récompensé pour les services faits.
    En effet, Johnston Busingye était ministre de la justice et Avocat Général de l’Etat Rwanda. En cette qualité, il était garant de la justice au Rwanda et de la sécurité des Rwandais. Il était le plus haut magistrat du Rwanda.
    Le Rwanda est devenu un abattoir des Rwandais sur les ordres de Johnston Busingye et de Kagame, Président du Rwanda. Les faits sont de notoriété publique. Il a institutionnalisé l’impunité au bénéfice des bouchers des Rwandais, femmes, hommes et enfants. Les spoliations en flagrance des milliers de Rwandais ont fait la Une des réseaux sociaux. Johnston Busingye a sciemment couvert ces méfaits contre les paisibles citoyens rwandais. Son frère Karera, ougandais comme lui, ex-boucher de Byumba et de Ruhengeri Nord est un des mafiosis rwando-ougandais est connu comme destructeur des habitations des Rwandais de Kangondo. Johnston Busingye, ne peut prétendre qu’il ignorait la réduction des Rwandais de Kangondo à l’échelle infra-humaine par son frère, le tout alors qu’il a reçu plusieurs courriers des Rwandais spoliés par son frère Karera. Dans leurs lettres, les Rwandais lui demandaient de mettre fin aux agissements de Karera et autres, associés de Kagame dans plusieurs affaires et de garantir leur sécurité et celle de leurs biens.
    Sous Johnston Busingye, le bilan en matière de justice et du respect des droits humains au Rwanda est macabre. L’impunité des criminels est la règle et la sanction de ceux-ci est l’exception. Il l’a lui-même reconnu devant la Commission de Droits de l’homme à Genève.
    Lors de sa prestation de serment Kagame a juré devant des millions de Rwandais qu’il sera garant de la justice pour tous les Rwandais ans exception et de l’ordre public sur l’ensemble du Rwanda et qu’en cas de violation de cette obligation, il devra en assumer légalement les conséquences. Dans ces missions, Kagame a nommé un collaborateur qui, lui-même a prêté serment devant lui et dont la responsabilité dans els domaines de la justice pour tous les Rwandais est intrinsèquement liée à celle de Kagame. Il s’ensuit que Kagame et Johnston Busingye, sont responsables au premier chef des crimes et délits en tous genres qui ont été commis contre les Rwandais, aussi bien de l’intérieur que l’extérieur.
    Johnston Busingye, est un criminel notoire. Au surplus, Dans l’Affaire Rusesabagina, il a reconnu publiquement son méfait mais il n’en a subi aucune conséquence c’est-à-dire il n’a pas été démis de ses fonctions par celui qui l’a nommé. Selon les info de salon, il a été démis de ses fonctions non pas en raison de ses aveux publics relativement au kidnapping de Rusesabagina mais à cause de ses aveux en répétition sur les violations massives des droits de l’homme au Rwanda qui dénudent le régime Kagame. Avec les aveux publics du Ministre Rwandais de la Justice, le monde a commencé à comprendre qui est les véritables Kagame et partant son régime à savoir un sanguinaire sui generis dans les annales de l’histoire de l’Afrique qui règne en maître absolu par la terreur sur le Rwanda.
    Il ensuit que les aveux publics du ministre rwandais de la justice, devant des millions ont-t-ils été sanctionnés par qui car Kagame.
    Kagame et Johnston Busingye, sont identiquement responsables des crimes macabres et flagrants qui ont été commis au Rwanda à l’époque où il était dans les affaires. Ce dernier le sait déjà.
    Un ambassadeur rwandais est logé et nourri par les contribuables rwandais c’est-à-dire les membres des familles des victimes.
    Sa place n’est pas dans une ambassade rwandais, où il sera logé et nourrit par les Rwandais mais dans une des prisons au Royaume Uni.
    Il est bon de parler mais agir c’est-encore mieux. J’ai lu plusieurs publications des associations rwandaises dites de droits de l’homme et dont la mission de défendre les droits de l’homme au bénéfice de Rwandais victime de la violation de ces droits. En cette qualité, elles ont droit d’ester en justice dans l’unique intérêt des Rwandais victimes.
    Or, force est de constater les criminels notoires du régime Kagame vont régulièrement se balader dans les Etats dit de droit et démocratiques au vu et au de ces associations.
    La question que beaucoup de Rwandais se posent est la suivante. Pourquoi ces associations restent-elles inertes face aux criminels du FPR ? Autrement dit, pourquoi elles ne les actionnent-elles pas judiciairement alors que les éléments à charge contre les criminels dont Johnston Busingye sont de notoriété publique, le tout en sus de ses aveux ?
    Est-il possible au Royaume Uni d’informer les médias britanniques sur le cas de ce criminel qui, au demeurant, a avoué ses méfaits devant des millions de citoyens ?
    Tout doit être fait pour que Johnston Busingye, soit renvoyé à la barre au tribunal de Paris.
    A défaut, il faudra se taire définitivement. Parler sans agir c’est du verbiage ou parler pour parler. C’est encourager les auteurs des méfaits dont Johnston Busingye.
    Etant rappeler que comme son frère Karera, ci-dessus évoqué, il est Ougandais de naissance et a conservé sa nationalité d’origine. Il est devenu rwandais en raison des services faits pour le régime et les siens. Au Rwanda, sous Kagame, la nationalité rwandaise est devenue un bien commercial vendu par les maîtres du Rwanda et achetée par des centaines d’étrangers, dits amis du régime Kagame. Il suffit de crier sur les toits que seuls les Tutsi, sont victimes du « génocide des Tutsi » et toute évocation contraire constitue un crime de génocide, de crimes de divisionnisme et /ou de crime de minimisation du génocide dit des Tutsi.
    Le cas de Gauthier Alain en est la parfaite illustration. Il a été naturalisé rwandais sur décision unilatérale de Kagame, pour les services faits contre les Hutu Rwandais listés. Kagame lui a également décerné la médaille Igihango, qui dans le Rwandais était une récompense suprême qui était décernée aux Rwandais très exceptionnels. Gauthier Alain en reçu pour les services rendus à Kagame et son régime dont Johnston Busingye était un des gardiens de premier rang à savoir la chasse à l’homme contre les Rwandais listés résidant en France dont Veuve Habyarimana. Les employés étrangers naturalisés Rwandais du régime Kagame sont des criminels au même titre que ce premier. Ils doivent et devront être traités comme tels.
    Rwandais qui résident dans les Etats dits démocratiques, agissez et agissez contre les Johnston Busingyen’a pas été rétrogradé. Il a été récompensé pour les services faits.
    En effet, Johnston Busingye était ministre de la justice et Avocat Général de l’Etat Rwanda. En cette qualité, il était garant de la justice au Rwanda et de la sécurité des Rwandais. Il était le plus haut magistrat du Rwanda.
    Le Rwanda est devenu un abattoir des Rwandais sur les ordres de Johnston Busingye et de Kagame, Président du Rwanda. Les faits sont de notoriété publique. Il a institutionnalisé l’impunité au bénéfice des bouchers des Rwandais, femmes, hommes et enfants. Les spoliations en flagrance des milliers de Rwandais ont fait la Une des réseaux sociaux. Johnston Busingye a sciemment couvert ces méfaits contre les paisibles citoyens rwandais. Son frère Karera, ougandais comme lui, ex-boucher de Byumba et de Ruhengeri Nord est un des mafiosis rwando-ougandais est connu comme destructeur des habitations des Rwandais de Kangondo. Johnston Busingye, ne peut prétendre qu’il ignorait la réduction des Rwandais de Kangondo à l’échelle infra-humaine par son frère, le tout alors qu’il a reçu plusieurs courriers des Rwandais spoliés par son frère Karera. Dans leurs lettres, les Rwandais lui demandaient de mettre fin aux agissements de Karera et autres, associés de Kagame dans plusieurs affaires et de garantir leur sécurité et celle de leurs biens.
    Sous Johnston Busingye, le bilan en matière de justice et du respect des droits humains au Rwanda est macabre. L’impunité des criminels est la règle et la sanction de ceux-ci est l’exception. Il l’a lui-même reconnu devant la Commission de Droits de l’homme à Genève.
    Lors de sa prestation de serment Kagame a juré devant des millions de Rwandais qu’il sera garant de la justice pour tous les Rwandais ans exception et de l’ordre public sur l’ensemble du Rwanda et qu’en cas de violation de cette obligation, il devra en assumer légalement les conséquences. Dans ces missions, Kagame a nommé un collaborateur qui, lui-même a prêté serment devant lui et dont la responsabilité dans els domaines de la justice pour tous les Rwandais est intrinsèquement liée à celle de Kagame. Il s’ensuit que Kagame et Johnston Busingye, sont responsables au premier chef des crimes et délits en tous genres qui ont été commis contre les Rwandais, aussi bien de l’intérieur que l’extérieur.
    Johnston Busingye, est un criminel notoire. Au surplus, Dans l’Affaire Rusesabagina, il a reconnu publiquement son méfait mais il n’en a subi aucune conséquence c’est-à-dire il n’a pas été démis de ses fonctions par celui qui l’a nommé. Selon les info de salon, il a été démis de ses fonctions non pas en raison de ses aveux publics relativement au kidnapping de Rusesabagina mais à cause de ses aveux en répétition sur les violations massives des droits de l’homme au Rwanda qui dénudent le régime Kagame. Avec les aveux publics du Ministre Rwandais de la Justice, le monde a commencé à comprendre qui est les véritables Kagame et partant son régime à savoir un sanguinaire sui generis dans les annales de l’histoire de l’Afrique qui règne en maître absolu par la terreur sur le Rwanda.
    Il ensuit que les aveux publics du ministre rwandais de la justice, devant des millions ont-t-ils été sanctionnés par qui car Kagame.
    Kagame et Johnston Busingye, sont identiquement responsables des crimes macabres et flagrants qui ont été commis au Rwanda à l’époque où il était dans les affaires. Ce dernier le sait déjà.
    Un ambassadeur rwandais est logé et nourri par les contribuables rwandais c’est-à-dire les membres des familles des victimes.
    Sa place n’est pas dans une ambassade rwandais, où il sera logé et nourrit par les Rwandais mais dans une des prisons au Royaume Uni.
    Il est bon de parler mais agir c’est-encore mieux. J’ai lu plusieurs publications des associations rwandaises dites de droits de l’homme et dont la mission de défendre les droits de l’homme au bénéfice de Rwandais victime de la violation de ces droits. En cette qualité, elles ont droit d’ester en justice dans l’unique intérêt des Rwandais victimes.
    Or, force est de constater les criminels notoires du régime Kagame vont régulièrement se balader dans les Etats dit de droit et démocratiques au vu et au de ces associations.
    La question que beaucoup de Rwandais se posent est la suivante. Pourquoi ces associations restent-elles inertes face aux criminels du FPR ? Autrement dit, pourquoi elles ne les actionnent-elles pas judiciairement alors que les éléments à charge contre les criminels dont Johnston Busingye sont de notoriété publique, le tout en sus de ses aveux ?
    Est-il possible au Royaume Uni d’informer les médias britanniques sur le cas de ce criminel qui, au demeurant, a avoué ses méfaits devant des millions de citoyens ?
    Tout doit être fait pour que Johnston Busingye, soit renvoyé à la barre au tribunal de Paris.
    A défaut, il faudra se taire définitivement. Parler sans agir c’est du verbiage ou parler pour parler. C’est encourager les auteurs des méfaits dont Johnston Busingye.
    Etant rappeler que comme son frère Karera, ci-dessus évoqué, il est Ougandais de naissance et a conservé sa nationalité d’origine. Il est devenu rwandais en raison des services faits pour le régime et les siens. Au Rwanda, sous Kagame, la nationalité rwandaise est devenue un bien commercial vendu par les maîtres du Rwanda et achetée par des centaines d’étrangers, dits amis du régime Kagame. Il suffit de crier sur les toits que seuls les Tutsi, sont victimes du « génocide des Tutsi » et toute évocation contraire constitue un crime de génocide, de crimes de divisionnisme et /ou de crime de minimisation du génocide dit des Tutsi.
    Le cas de Gauthier Alain en est la parfaite illustration. Il a été naturalisé rwandais sur décision unilatérale de Kagame, pour les services faits contre les Hutu Rwandais listés. Kagame lui a également décerné la médaille Igihango, qui dans le Rwandais était une récompense suprême qui était décernée aux Rwandais très exceptionnels. Gauthier Alain en reçu pour les services rendus à Kagame et son régime dont Johnston Busingye était un des gardiens de premier rang à savoir la chasse à l’homme contre les Rwandais listés résidant en France dont Veuve Habyarimana. Les employés étrangers naturalisés Rwandais du régime Kagame sont des criminels au même titre que ce premier. Ils doivent et devront être traités comme tels.
    Johnston Busingyen’a pas été rétrogradé. Il a été récompensé pour les services faits.
    En effet, Johnston Busingye était ministre de la justice et Avocat Général de l’Etat Rwanda. En cette qualité, il était garant de la justice au Rwanda et de la sécurité des Rwandais. Il était le plus haut magistrat du Rwanda.
    Le Rwanda est devenu un abattoir des Rwandais sur les ordres de Johnston Busingye et de Kagame, Président du Rwanda. Les faits sont de notoriété publique. Il a institutionnalisé l’impunité au bénéfice des bouchers des Rwandais, femmes, hommes et enfants. Les spoliations en flagrance des milliers de Rwandais ont fait la Une des réseaux sociaux. Johnston Busingye a sciemment couvert ces méfaits contre les paisibles citoyens rwandais. Son frère Karera, ougandais comme lui, ex-boucher de Byumba et de Ruhengeri Nord est un des mafiosis rwando-ougandais est connu comme destructeur des habitations des Rwandais de Kangondo. Johnston Busingye, ne peut prétendre qu’il ignorait la réduction des Rwandais de Kangondo à l’échelle infra-humaine par son frère, le tout alors qu’il a reçu plusieurs courriers des Rwandais spoliés par son frère Karera. Dans leurs lettres, les Rwandais lui demandaient de mettre fin aux agissements de Karera et autres, associés de Kagame dans plusieurs affaires et de garantir leur sécurité et celle de leurs biens.
    Sous Johnston Busingye, le bilan en matière de justice et du respect des droits humains au Rwanda est macabre. L’impunité des criminels est la règle et la sanction de ceux-ci est l’exception. Il l’a lui-même reconnu devant la Commission de Droits de l’homme à Genève.
    Lors de sa prestation de serment Kagame a juré devant des millions de Rwandais qu’il sera garant de la justice pour tous les Rwandais ans exception et de l’ordre public sur l’ensemble du Rwanda et qu’en cas de violation de cette obligation, il devra en assumer légalement les conséquences. Dans ces missions, Kagame a nommé un collaborateur qui, lui-même a prêté serment devant lui et dont la responsabilité dans els domaines de la justice pour tous les Rwandais est intrinsèquement liée à celle de Kagame. Il s’ensuit que Kagame et Johnston Busingye, sont responsables au premier chef des crimes et délits en tous genres qui ont été commis contre les Rwandais, aussi bien de l’intérieur que l’extérieur.
    Johnston Busingye, est un criminel notoire. Au surplus, Dans l’Affaire Rusesabagina, il a reconnu publiquement son méfait mais il n’en a subi aucune conséquence c’est-à-dire il n’a pas été démis de ses fonctions par celui qui l’a nommé. Selon les info de salon, il a été démis de ses fonctions non pas en raison de ses aveux publics relativement au kidnapping de Rusesabagina mais à cause de ses aveux en répétition sur les violations massives des droits de l’homme au Rwanda qui dénudent le régime Kagame. Avec les aveux publics du Ministre Rwandais de la Justice, le monde a commencé à comprendre qui est les véritables Kagame et partant son régime à savoir un sanguinaire sui generis dans les annales de l’histoire de l’Afrique qui règne en maître absolu par la terreur sur le Rwanda.
    Il ensuit que les aveux publics du ministre rwandais de la justice, devant des millions ont-t-ils été sanctionnés par qui car Kagame.
    Kagame et Johnston Busingye, sont identiquement responsables des crimes macabres et flagrants qui ont été commis au Rwanda à l’époque où il était dans les affaires. Ce dernier le sait déjà.
    Un ambassadeur rwandais est logé et nourri par les contribuables rwandais c’est-à-dire les membres des familles des victimes.
    Sa place n’est pas dans une ambassade rwandais, où il sera logé et nourrit par les Rwandais mais dans une des prisons au Royaume Uni.
    Il est bon de parler mais agir c’est-encore mieux. J’ai lu plusieurs publications des associations rwandaises dites de droits de l’homme et dont la mission de défendre les droits de l’homme au bénéfice de Rwandais victime de la violation de ces droits. En cette qualité, elles ont droit d’ester en justice dans l’unique intérêt des Rwandais victimes.
    Or, force est de constater les criminels notoires du régime Kagame vont régulièrement se balader dans les Etats dit de droit et démocratiques au vu et au de ces associations.
    La question que beaucoup de Rwandais se posent est la suivante. Pourquoi ces associations restent-elles inertes face aux criminels du FPR ? Autrement dit, pourquoi elles ne les actionnent-elles pas judiciairement alors que les éléments à charge contre les criminels dont Johnston Busingye sont de notoriété publique, le tout en sus de ses aveux ?
    Est-il possible au Royaume Uni d’informer les médias britanniques sur le cas de ce criminel qui, au demeurant, a avoué ses méfaits devant des millions de citoyens ?
    Tout doit être fait pour que Johnston Busingye, soit renvoyé à la barre au tribunal de Paris.
    A défaut, il faudra se taire définitivement. Parler sans agir c’est du verbiage ou parler pour parler. C’est encourager les auteurs des méfaits dont Johnston Busingye.
    Etant rappeler que comme son frère Karera, ci-dessus évoqué, il est Ougandais de naissance et a conservé sa nationalité d’origine. Il est devenu rwandais en raison des services faits pour le régime et les siens. Au Rwanda, sous Kagame, la nationalité rwandaise est devenue un bien commercial vendu par les maîtres du Rwanda et achetée par des centaines d’étrangers, dits amis du régime Kagame. Il suffit de crier sur les toits que seuls les Tutsi, sont victimes du « génocide des Tutsi » et toute évocation contraire constitue un crime de génocide, de crimes de divisionnisme et /ou de crime de minimisation du génocide dit des Tutsi.
    Le cas de Gauthier Alain en est la parfaite illustration. Il a été naturalisé rwandais sur décision unilatérale de Kagame, pour les services faits contre les Hutu Rwandais listés. Kagame lui a également décerné la médaille Igihango, qui dans le Rwandais était une récompense suprême qui était décernée aux Rwandais très exceptionnels. Gauthier Alain en reçu pour les services rendus à Kagame et son régime dont Johnston Busingye était un des gardiens de premier rang à savoir la chasse à l’homme contre les Rwandais listés résidant en France dont Veuve Habyarimana. Les employés étrangers naturalisés Rwandais du régime Kagame sont des criminels au même titre que ce premier. Ils doivent et devront être traités comme tels.
    Les Rwandais qui résident dans les Etats dits démocratiques, agissez et agissez par manifestations et judiciairement contre ce criminel notoire. Loger et nourrir le boucher en chef de Kizito Mihigo, de Joshua Tuyishime et autre martyrs est une insulte à l’endroit des victimes. Le monde doit savoir ce qu’il est exactement. il ne devra pas s’abriter derrière son statut de diplomate qui consacre son impunité totale par jeu d’immunité diplomatique.

Répondre à CESAR Cancel reply