Le Rwanda fête la Commonwealth en s’approchant du sommet de juin prochain

2 COMMENTS

  1. Le sommet du Commonwealth au Rwanda en juin prochain est une insulte ou un mépris à l’endroit des Rwandais. Il est étonnant qu’un pays dont les prisons sont pleines des victimes de violations massives des droits de l’homme puisse organiser ce sommet. Cyuma Hassan, Rachid Hakuzimana, Idamange, Karasira, Kayumba Christopher et autres croupissent dans les geôles du régime Kagame. Ce sont les Rwandais qui sont membres du Commonwealth et nullement Kagame et sa clique. Par conséquent, pour organiser ce sommet, le Rwanda doit respecter les règles qui gouvernent cette organisation et les valeurs de celle-ci et libérer ces prisonniers avant la tenue de ce sommet. A défaut, ce sommet doit être annulé d’une part et le Rwanda doit être exclu ou suspendu en application de charte de cette organisation et de la jurisprudence Zimbabwe.
    Celle-ci a été suspendu du Commonwealth pour violations massives des droits de l’homme contre les opposante politiques et les journalistes. C’est aux opposante politiques d’agir dans l’intérêt des Rwandais, membres du Commonwealth.

  2. « Le Rwanda fête la Commonwealth en s’approchant du sommet de juin prochain »
    C’est un lapsus de mauvais goût ou une énormité.
    Il fallait dire: « Kagame et les siens fêtent la Commonwealth en s’approchant du sommet de juin »
    Il s’agit du sommet du groupe Kagame- les siens et le fatras de dignitaires des Etats anglophones, au premier rang le prince Charles et son épouse.
    Les Rwandais ne sont nullement concernés par ce sommet.
    Il convient de rappeler que la même Commonwealth avait suspendu le Zimbabwe de cette organisation au seul motif que les autorités de ce pays avaient violé les droits de l’homme.
    En matière de violation des droits de l’homme, à coté de Kagame, le Président Mugabe était un nain.
    Le Rwanda bat le record en matière de violations massives de droits de l’homme en Afrique d’une part et a le plus grand nombre de prisonniers politiques et journalistes en Afrique d’autre part. Ce fait n’est pas à prouver.
    Or, force est de constater le silence de tombeau des donneurs de leçons en droit de l’homme et des autorités britanniques. Kagame est même qualifié de leader visionnaire par certains ignorants africains, experts dans les copier et coller des charabias des journaux des Etats des maîtres et sponsors de Kagame qui encensent celui-ci.
    Kagame et son groupe sont devenus des vigiles des intérêts de ses protecteurs dont la France aussi bien au Rwanda et ailleurs en Afrique.
    Le ridicule est devenu un mot dépourvu de sens chez certains donneurs de leçon. Ainsi, lors de son voyage ici au Rwanda, en réponse à la question posée par un journaliste, le fils de Kagabo José, sur l’existence du génocide des Hutu, devant des millions de Rwandais, le Président Français, Emmanuel Macron, a osé cyniquement dire que l’existence des crimes de masse contre les Hutu est une pure invention. Ce qui signifie que pour lui, les massacres des Hutu et des millions de Congolais n’ont jamais existé.
    Le même Président Français a observé le silence de tombeau sur l’assassinat de deux gendarmes français en mission de coopération au Rwanda et l’épouse de l’un d’eux, Gilda Didot, née Lana, qui ont été assassinés par les soldats du FPR sur ordre du Colonel Kayonga Charles et a fortiori de Kagame, alors commandant en chef du FPR le 8 avril 1994.
    Par contre, il a exprimé sa compassion à l’endroit des victimes Tutsi. Le monde entier l’a vu s’incliner devant les ossements des milliers de Rwandais réduits aux ossements des Tutsi. Ces ossements sont exposés au mémorial dédié au titre de produits d’exhibition touristique. Ils sont contemplés par les touristes et dignitaires étrangers qui viennent ici au Rwanda moyennant finances car il faut payer en dollars US pour entrer dans ce Mémorial.
    Ces dollars entrent dans la caisse du FPR et nullement dans celle de l’Etat Rwandais.
    Il s’ensuit que Kagame et les siens vendent les ossements dits des Tutsi. Ces ossements sont corrélativement devenus des produits commerciaux.
    La venue de plusieurs dignitaires des Etats anglophones en juin 2022 ici au Rwanda est une bonne affaire pour Kagame et sa clique. Ils escomptent amasser des milliers de dollars US. Car ils seront nécessairement conduits comme des moutons au mémorial ci-dessus évoqué et payeront des dollars US pour contempler les ossements dits cyniquement des Tutsi.
    De plus, les hôtels du FPR et oligarques du régime Kagame actuellement désertés par les touristes et conséquemment en faillite verront leur taux d’occupation s’améliorer quelque peu. Kagame introuvé au Rwanda depuis plus de deux ans est devenu un VRP des entreprises du FPR. Lui et les siens font le tour du monde pour faire la publicité du Rwanda qu’ils habillent joliment aux seules fins d’attirer les touristes et les partenaires investisseurs. Partenaires du FPR car tout étranger qui veut investir au Rwanda doit préalablement accepter l’entrée du FPR dans son capital. C’est une condition sine qua none.
    Mais si les affaires tournent mal, le FPR se retire et laisse conséquemment son partenaire supporter seul les déficits et les impôts. In fine, ruiné, il plie bagages. C’est exactement ce qui s’est passé et se passe même aujourd’hui chez plusieurs étrangers qui ont été trompés par Kagame et autres. L’économie de services du régime Kagame est au rouge.
    En effet, la politique du FPR a été la destruction de l’économie industrielle et services existante au Rwanda avant l’accession au pouvoir de Kagame en marchand dans le sang des Rwandais, la destruction de l’agriculture rwandaise, bref la destruction de l’économie rwandaise et la mise en place d’une économie de services c’est-à-dire économie basée sur les services principalement le tourisme c’est-à-dire une économie qui dépend des contingences extérieures et au bénéfice du FPR (apporter des devises uniquement au FPR).
    Le Rwanda n’a aucune secteur économique sur lequel il peut s’arc-bouter en cas de situation difficile : pandémie, guerre comme celle d’Ukraine (grand exportateur d’engrais chimiques pour l’agriculture rwandaise) pour pouvoir supporter le choc ou les effets négatifs pour le Rwanda et les Rwandais. Ce qui est encore gravissime, le Rwanda ne dispose d’aucune réserve stratégique notamment des vivres pour pouvoir nourrir sa population en cas de crise majeure. La réserve des produits agricoles qui existent est celle des entreprises du FPR mais ces produits sont périmés et conséquemment nuisibles à la santé.
    Le FPR ne paye pas d’impôts sur ses revenus à savoir impôt sur les sociétés et la TVA payée par les consommateurs de ses entreprises. La TVA est intégrée dans le prix toute taxe comprise et payée à l’entreprise par le consommateur final. Cette entreprise verse à l’Etat la TVA collectée. La spécificité du Rwanda est que toutes les entreprises versent à l’Etat Rwandais ou le fisc le montant de la TVA collectée sauf les entreprises du FPR, le tout en toute impunité. Le FPR, à la fois parti-Etat et société commerciale cotée à la bourse de Kigali, opère dans tous les secteurs de la vie économique. Il est plus riche que le Rwanda. L’économie rwandaise et le Rwanda sont entre les mains de Kagame et les siens.
    C’est donc Kagame et autres qui vont organiser le sommet du Commonwealth.
    Le Rwanda est le seul pays au monde où être pauvre est constitutif d’un délit.
    Le Rwanda connait un problème majeur de fourniture d’énergie électrique et de l’eau aux Rwandais en l’occurrence de la capitale et banlieue dont la population dépasse deux millions. Le délestage d’électricité et la coupure d’eau sont fréquents.
    Pour montrer à ses invités dont le Prince Charles et son épouse que le Rwanda est Singapour d’Afrique, Kagame a ordonné à sa police de rafler des milliers de pauvres qui font la mendicité dans les rues de la capitale et appelés déchets par lui et les mettre en prison jusqu’à la fin du sommet.
    De même, les quartiers bien déterminés de Kigali et banlieue n’auront pas de courant électrique et l’eau courante durant le sommet, le tout pour éviter la coupure de courant électrique et d’eau dans les hôtels où sont seront logés les invités de Kagame.
    A supposer que ce soit réellement les Rwandais qui sont membres de la Commonwealth dans un pays où plus de 80% des élèves qui terminent l’école secondaire ne sont pas en état d’écrire correctement une lettre de motivation en anglais pour candidater à un job ou demande une bourse d’études, si la Secrétaire Générale de cette organisation, Patricia Scotland ou le Prince Charles avait un respect élémentaire à l’égard des Rwandais, elle ou il aurait exigé la libération des prisonniers politiques et journalistes qui croupissent dans les geôles de Kagame pour avoir exercés leurs droits fondamentaux consacrés par la constitution rwandaise en vigueur, le tout avant la tenue de ce sommet. A défaut, exclure le Rwanda du Commonwealth en application de la charte institutive de celle-ci. Le constat est que Patricia Scotland ou encore moins le Prince Charles n’a aucun respect à l’égard des Rwandais.
    Quel est le coût de sommet pour le contribuable rwandais ? Même s’ils ne sont pas concernés par ce sommet, les Rwandais ont droit de connaître le montant de deniers publics que le Rwanda va dépenser en tant qu’organisateur de ce sommet. Le Rwanda n’est pas Kagame et celui-ci n’est pas le Rwanda.

LEAVE A REPLY