14 OCTOBRE : Journée internationale pour la libération des prisonniers politiques et d’opinion, pour l’Etat de droit et la démocratie au Rwanda*

A l’occasion de la journée internationale pour la libération des prisonniers politiques et d’opinion, pour l’Etat de droit et la démocratie au Rwanda, nous sommes plusieurs organisations issues de la société civile, engagées dans la défense des droits humains, qui souhaitons porter à la connaissance des médias et du monde entier ce qui suit.

Au cours de ces dernières années, la situation des droits humains au Rwanda, et en particulier celle des opposants, n’a cessé de se dégrader. Le régime totalitaire du FPR, a accentué ses pratiques illégales, de persécuter, de jeter en prison, de pousser à l’exil et, pire encore, de torturer, de faire disparaître ou d’assassiner les personnes qui tentent de dénoncer ses crimes présents ou passés. Citons quelques cas de ces deux dernières années seulement.

En 2021, le poète Innocent BAHATI, qui avait publié sur You tube des poèmes et des textes critiques, a été porté disparu. La youtubeuse Yvonne IDAMANGE a été jetée en prison pour avoir exprimé des opinions critiques par rapport au pouvoir. Elle vient d’être condamnée à 15 ans de prison. Le youtubeur Aimable KARASIRA, chanteur critique et ancien professeur à l’université du Rwanda, est en prison depuis le mois de juin. Le dr Christopher KAYUMBA qui a lancé un parti d’opposition en mars dernier est depuis le 9 septembre également emprisonné à Kigali. En mai 2021, Cassien NTAMUHANGA, journaliste et fondateur d’un mouvement d’opposition rwandais a été victime d’une disparition forcée alors qu’il était demandeur d’asile au Mozambique.

En 2020, le chanteur Kizito MIHIGO, en raison de ses opinions et de son combat pour la justice, a été assassiné, le 17/02/2020, alors qu’il se trouvait entre les mains des autorités au poste de police à Kigali. Kizito MIHIGO a reçu, à titre posthume, le prix Vaclav Havel de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe ainsi que le prix Victoire Ingabire Umuhoza pour la démocratie et la paix. Le 14/05/2020, Théophile NTIRUTWA, membre du parti de l’opposition DALFA UMURINZI, a échappé de peu à un assassinat. Il a ensuite, depuis, été jeté en prison. Le 6/06/2020, Venant ABAYISENGA, un autre membre du parti DALFA UMURINZI, a été enlevé près de sa résidence et est, depuis, porté disparu. Le régime du FPR sévit également au-delà des frontières du Rwanda, en recourant à des actes terroristes comme le kidnapping. Le cas le plus connu est celui de Paul RUSESABAGINA. Ce dernier est connu internationalement pour avoir sauvé plus de 1200 personnes pendant le génocide de 1994 au Rwanda. Son histoire a inspiré le film Hôtel Rwanda dont il est le héros. Le 28 août 2020, RUSESABAGINA été kidnappé à Dubaï. Depuis, il a été torturé puis emprisonné à Kigali. Il vient, à l’issue d’un procès inéquitable, d’être condamné à une peine de 25 ans de prison.

Ces nouveaux prisonniers viennent grossir un nombre déjà considérable d’autres prisonniers politiques et d’opinion qui croupissent dans les geôles du régime depuis de nombreuses années. Les plus connus sont, par exemple, Déogratias MUSHAYIDI, en prison depuis plus de 10 ans, le Dr Théoneste NIYITEGEKA, le Dr Christophe MPOZAYO, le Dr Joseph NKUSI, le professeur Léopold MUNYAKAZI, des journalistes comme Phocas NDAYIZERA. A cette liste, s’ajoutent de très nombreux cas de disparition forcée comme celui de Boniface TWAGIRIMANA, disparu depuis le 08/10/18 alors qu’il se trouvait entre les mains des autorités pénitentielles dans une prison ultrasécurisée ou encore celui de Gérard NIYOMUGABO arrêté et porté disparu le 04/04/14. De nombreux journalistes et youtubeurs sont régulièrement portés disparus. Les membres de leurs familles sont également systématiquement persécutés.

A l’occasion de cette journée, nous demandons à toute personne éprise de la question de défense des droits humains, de continuer à faire pression pour que les assassinats politiques cessent au Rwanda ; pour que tous les prisonniers politiques et d’opinion, qui sont encore très nombreux dans les prisons officiels et non officiels du régime du FPR, soient libérés. Nous portons une attention particulière aux cas des prisonniers politiques et d’opinion qui sont peu ou pas connus des médias mais qui n’en sont pas moins victimes du système totalitaire et dont les combats restent nobles et dignes.

A vous toutes et tous, citoyennes et citoyens des pays qui octroient de l’aide, issue de vos impôts, au régime en place à Kigali, nous demandons d’intervenir auprès de vos gouvernements pour qu’ils conditionnent l’aide au Rwanda à l’ouverture de l’espace politique, au respect des droits Humains et des principes démocratiques.

Cette année 2021, la journée du 14 octobre sera ponctuée de divers événements ayant pour objectif de sensibiliser et de mobiliser différents publics au sujet de la situation des droits humains au Rwanda. Ainsi, à l’extérieur du Rwanda des conférences en ligne, des communications et des campagnes médiatiques sur les réseaux sociaux seront organisées. A l’intérieur du pays, les Rwandais qui, à cause de la terreur, ne peuvent faire d’action visible sans s’exposer aux foudres du régime, observeront le 14 octobre à 12h00, un moment de silence pour une pensée particulière, ou une prière, pour les prisonniers politiques et d’opinion et pour toutes les autres personnes victimes des injustices du régime totalitaire du FPR au Rwanda et ailleurs.

 

*La journée internationale pour la libération des prisonniers politiques et d’opinion, pour l’Etat de droit et la démocratie au Rwanda, célébrée chaque 14 octobre, est également communément connue sous le nom d’« Ingabire Day » en référence à Victoire Ingabire Umuhoza qui, comme Mandela, a été prisonnière politique et d’opinion pendant 8 ans, en raison de son combat pour le respect des droits humains et la démocratie.

*Collectif Ingabire Day : Fondation Victoire Pour la Paix | Amahoriwacu Campaign | Jambo asbl | RifDP Canada | RifDP Belgium| RifDP Netherlands | Friends of Victoire | Communauté Rwandaise de Lyon | AJDHD

LEAVE A REPLY