COMMUNIQUE SANCTIONNANT LA DEUXIEME CONFERENCE INTERNATIONALE REUNISSANT LES ORGANISATIONS POLITIQUES RWANDAISES ET DE LA SOCIETE CIVILE DU CADRE DE CONCERTATION TENUE DU 22 AU 23 AOUT 2020.

1 COMMENT

  1. Au regard des faits flagrants, toutes les politiques de Kagame et sa clique visent à transformer le Rwanda en patrimoine personnel et le diriger, pour l’éternité, de père en fils et conséquemment à créer une classe d’élites nées pour diriger le Rwanda.
    Des millions de Rwandais ne se sont pas posé ou ne se posent pas la question suivante: Que doit faire Kagame pour optimiser la réussite de ses politiques ci-dessus indiquées?
    Les actions efficaces sont les suivantes.
    Elaborer et mettre en œuvre les mesures d’apartheid dans tous les secteurs de la vie au Rwanda contre la masse populaire, réduire celle-ci à la paupérisation absolue, l’abrutir intellectuellement par la mise en place de deux types d’écoles, une école des élites c’est-à-dire une école des enfants d’oligarques du régime, inaccessible aux enfants issus de la masse populaire et une école poubelle réservée aux enfants du Peuple majoritairement Hutu si on admet que les Hutu sont très majoritaires au Rwanda, abrutir ces enfants ou les réduire intellectuellement à zéro par l’interdiction de l’enseignement leur langue maternelle dans les écoles du Rwanda c’est-à-dire une langue qui leur permet de réfléchir, de comprendre, de créer, d’innover, grosso modo en leur privant l’accès au savoir. Ainsi, la direction de notre pays par les enfants de ses oligarques et ce, pour l’éternité est ou sera assurée ou garantie. Ils dirigeront un Rwanda des bougres ou zébus.
    La décision de Kagame de priver les enfants rwandais issus de la masse populaire l’accès au savoir par l’interdiction de l’enseignement de la langue de nos ancêtres dans les écoles poubelles ne doit pas être pise à la légère.
    Il s’agit d’une politique mûrement réfléchie depuis plusieurs années. L’interdiction d’enseignement de notre langue dans les écoles du Rwanda est la phase finale de la mise en oeuvre des politiques de Kagame.
    Il convient de constater que dans ce que l’on appelle ici les universités, il n’y a aucun enfant d’oligarques du régime. Les enfants des membres du premier cercle de l’oligarchie rwandaise actuelle effectuent leurs études secondaires et universitaires dans les meilleures écoles des Etats anglophones, en tête les USA, Royaume Uni et le Canada, le tout sous les frais de l’Etat Rwandais c’est-à-dire des paysans rwandais dont les enfants quittent massivement les écoles poubelles ou ne peuvent accéder à l’enseignement supérieur dans ce pays ne raison de la paupérisation qui frappe massivement ces premiers.
    Une autre mesure qui a été prise mais dont rares sont les Rwandais qui ont pu réfléchir à ses conséquences d’une particulière gravité. Kagame a laissé pulluler partout au Rwanda des universités ou écoles supérieures. Elles sont à tous les coins de rue. Ces universités forment une école business à la rwandaise. Certains parents se dépouillent ou se sont dépouillés de leurs biens pour que leurs progénitures puissent faire les études supérieures, seules susceptibles de leur assurer un bon avenir professionnel. Les enseignants sont de tous calibres. Ils sont payés par l’heure. Ces universités délivrent des diplômes de tous niveaux. Certaines sont légalement reconnues par l’Etat, d’autres ne le sont pas mais sont opérationnelles depuis plusieurs années. Kagame a récemment décidé de fermer définitivement certains, de renvoyer en prison certains de leurs dirigeants pour escroquerie et diverses infractions. Le Rwanda bat le record en Afrique en matière d’universités rapport au nombre d’habitants. Il en est de même relativement aux diplômés universitaires. Les diplômes délivrés par des universités qui ont fermé les portes ne sont pas reconnus par l’Etat Rwandais et subséquemment par aucun autre Etat au monde. Leurs détenteurs sont au village chez leurs parents, imbibés de honte de regarder tout droit dans les yeux leurs amis qui se sont arrêtés au niveau secondaire. Les effets dramatiques de ces universités poubelles qui pullulent à tous les coins de rue est qu’en raison d’un grand nombre de diplômes d’enseignements supérieur, les diplômes d’école secondaire n’ont aucune valeur et conséquemment leurs détenteurs n’ont aucune chance de se positionner utilement sur le marché de l’emploi, au surplus hermétiquement fermé aux enfants issus de la masse populaire, le tout en application de l’article 50 de la constitution. Au Rwanda, le marché de l’emploi dans tous les secteurs du Rwanda est gouverné par le népotisme et le cousinage.
    L’autorisation volontaire et/ou la tolérance de Kagame quant à l’ouverture de ces universités poubelles n’est pas innocente. Elle s’inscrit dans le droit fil de ses politiques susévoquées. Devant des centaines de jeunes rwandais James Kabarebe leur a exposé des résultats obtenus de leurs politiques. Il les a invités de tout faire, partout où ils résident aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, pour empêcher l’émergence de penseurs Hutu. Les propos de celui-ci ont été pris avec légèreté par les dirigeants des partis d’opposition alors qu’ils étaient profonds.
    La démolition morale et intellectuelle effective d’une personne est de lui priver sciemment du travail et conséquemment le toit et la construction d’un foyer. Des millions de jeunes rwandais qualifiés et non qualifiés sont involontairement désoeuvrés. Certains sont des vagabonds dans les villes ou pourrissent dans les geôles du régime pour avoir commis des délits divers dont le vagabondage. Les jeunes files tombées enceintes et abandonnent leurs enfants dans la rue car leur situation matérielle et morale ne leur permet pas d’assumer leurs obligations parentales. Les bébés sont retrouvés sans vie dans les rues de grandes villes. Les destructions des centaines d’habitations dans la ville de Kigali avec les conséquences d’une particulière gravité certaine pour des milliers de femmes, enfants et hommes de tous âges sur ordre de Kagame, au demeurant en pleine pandémie de COVID-19 est la parfaite illustration de la mise en œuvre des politiques de Kagame. Ces destructions avaient été programmées. La réduction des millions de Rwandais à l’échelle infra-animale avait été soigneusement planifiée. Quel est homme pourvu d’humanité la plus élémentaire peut-il imaginer une seconde qu’un individu qui se dit chef d’Etat, mot qui a un sens précis et n’est pas utilisé ou sorti avec légèreté, peut impitoyablement oser renvoyer dans la rue des bébés, des femmes enceintes et des personnes âgées rwandais, en pleine pandémie et sison pluviale.
    Il serait judicieux de mettre en place un petit groupe de penseurs aptes à disséquer les politiques publiques de Kagame et les porter à la connaissance des Rwandais, dénoncer publiquement haut et fort les méfaits de telle ou telle politique ou agissement de celui-ci

LEAVE A REPLY