Le Rwanda accuse la RDC d’avoir lancé des tirs de roquettes

Le ministre de la défense rwandais accuse les forces armées de la République démocratique du Ccngo d’avoir tiré deux roquettes sur l’ouest du pays.

1 COMMENT

  1. Pourquoi les dirigeants congolais n’ont-ils pas saisi le Conseil de sécurité de l’ONU, Union Africaine et la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est ainsi que la Cour Pénale Pénale Internationale contre le Rwanda pour violations flagrants des chartes de l’ONU, Union Africaine et traité institutif de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est et crimes de guerre?
    Le Rwanda est membre de l’ONU, de l’Union Africaine et de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est. Il en est de même de la RDC. Le Rwanda a la stricte obligation de respecter les instruments juridiques auxquels il est partie. Saisis par la RDC, l’ONU à travers via son Conseil de sécurité, l’Union Africaine et la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est saisis sont strictement tenus d’appliquer les dispositions de la Charte de l’ONU comme elle a fait dans plusieurs circonstances pour des cas similaires, de la charte de l’UA et de la CEAE. La saisine de l’ONU aura pour effet de mettre les cinq décideurs devant leur responsabilité.
    Le monde saura qui est pour ou contre le respect de la charte de l’ONU c’est-à-dire qui est avec ou contre le hors-la-loi international notoire qu’est le Rwanda.
    Ce n’est pas en criant sur tous les toits que le Rwanda une organisation politico-militaire fictive qu’est le M23 que la RDC sera crédible dans ces allégations contre le Rwanda.
    Pour produire des effets, l’accusation doit être expresse. Une accusation verbale est une pure spéculation. Or, les organisations ci-dessus citées ne retiennent pas les spéculations.
    Pourquoi la RDC n’actionne pas juridiquement et judiciairement le Rwanda devant ces organisations dont elle est membre pour ses méfaits notoires?
    Au regard des faits, dans cette affaire, le problème n’est pas Kagame ou le Rwanda mais Tshisekedi. Il est incompréhensible que face à une agression militaire contre son pays et des milliers de congolais réduits à l’errance et donc conditions infra-animales, un président passe son temps dans les vociférations contre le Rwanda au lieu de viser directement l’auteur principal des méfaits à savoir Kagame et corrélativement le Rwanda et porte l’affaire devant ces organisations en leur demandant d’appliquer le droit international contre le Rwanda d’une part et demander à la CEAE l’exclusion du Rwanda de cette communauté, à, défaut, le retrait irrévocable de la RDC de la CEAE. Etant préciser qu’entrée de la RDC dans celle-ci n e lui apporte aucun avantage. La RDC dans la CEAE devenir un dépotoir des produits fabriqués par les multinationales anglo-saxonnes implantées au Kenyan, Tanzanie et Ouganda comme l’est actuellement le Rwanda. Le Rwanda n’appartient pas pas aux Rwandais mais à la mafia internationale anglo-saxonne opérant dans les Etats suscités. Il est devenu le patrimoine privé des prédateurs, gangsters et rapaces qui sont à la tête de l’Etat Rwandais depuis le 19 juillet 1994. Qui a vu un prédateur, un charognard et gangster qui respecte la parole donnée? Lors de son voyage ici au Rwanda, Tshisekedi a été accueilli par Kagame comme il se doit. Il a cru être tombé sur un vrai partenaire et un vrai ami. Tshisekedi dit même « mon frère » Il s’est trompé. Il ne s’est manifestement pas bien renseigné sur le vrai Kagame. Kagame , lui, a vu un Tshisekedi un naïf qui peut rapporter gros. Il fallait lui adresser de beaux mots. Kagame a pu décrocher des contrats pour ses entreprises. Mais Kagame étant tout ce qu’il est, il a montré au Président Tshisekedi ce qu’il est effectivement d’abord par la négation publique des crimes de masse qui ont été commis en RDC contre des millions de Congolais du Kivu et ensuite, comme d’habitude, Kagame a conçu une novelle stratégie pour broyer Tshisekedi dans l’oeuf. Il a réactiver son organisation militaire créée par qu’est le M23. Il a passa à l’acte. Force est de constater que l’on parle de la guerre du M23 appuyé par le Rwanda a militairement agressé la RDC, personne n’a entendu Kagame. C’est son ministre des Affaires Etrangères Vincent Biruta parle en ses lieu et place. Il laisse Tshisekedi crier sur tous les toits et sait très qu’il très bien qu’il ne sera entendu même pas par un oiseau. Les faits prouvent à suffisance mes assertions. Le Ministre Rwandais ci-dessus cité n’a-t-il pas lancer un défi à la RDC: Si la RDC continue à attaquer le Rwanda, celui-ci sera contraint de répliquer durement. Le M23 ajoute, nous avons de moyens et les capacités d’aller jusqu’à Kinshasa. Les Congolais se balancent dans tous les sens en injectant les FDLR et la guerre contre leur pays. Ils semblent ignorer que les fondateurs historiques des FDLR sont des soldats actifs et retraités de l’armée de Kagame. Kagame évoque les FDLR parce qu’il sait très bien que les dirigeants congolais réagiront désordre. Kagame agit toujours graduellement. Dans un premier temps, il agit au minimum pour voir la réaction de l’adversaire. Si absence de réaction de celui-ci, il double, triple ses actions. C’est ce qu’il a fait avec le Président Habyarimana: négociation, guerre; négociation, guerre; E tin fine , il a attendu dans l’obscurité pour le poignarder dans le dos. Deux présidents en fonction éliminés par Kagame et un président Congolais Kabila Laurent liquidé sur ordre de Kagame, opération supervisée par James Kabarebe, ex-chef d’Etat major de la RDC, le tout en toute impunité. C’est en raison du passeport de tuer même les soldats de l’ONU en toute impunité qu’il a obtenu de ses sponsors à savoir US, Royaume Uni et autres que Kagame se permet d’aller piller les richesses de la RDC et massacrer les Congolais. Quand le Président de la RDC aura le courage de porte l’agression armée dont son pays est l’objet de la part du Rwanda, devant le Conseil de Sécurité et demander la sanction à l’endroit du Rwanda d’une part et saisir le cour pénal international contre Kagame, son ministre de la défense, et son chef d’Eta major pour crime de guerre et conjointement demander au Conseil de sécurité de l’ONU la création d’une Cour Pénale Internationales préconisée par le Rapports Mapping de la même ONU , le Congolais verront les réaction de Kagame.
    Kagama a crié sur tous les toits qu’il n’a peur de rien même Dieu dont il a duit publiquement qu’il a tué à Mulindi, son QG avant juillet 1994. Mais c’est un fait établi qu’il a peur de deux choses:
    1/ Aller à la barre pour répondre de ses actes criminels aussi bien au Rwanda qu’à l’étranger.
    2/ Affronter ses adversaires pour débattre de sa gestion du Rwanda depuis le 19 juillet 1994 lors d’un duel démocratique. Autrement dit, il a peur de la démocratie, liberté d’expression et liberté à l’information pourtant consacrées par la constitution rwandaise et divers instruments juridiques internationaux auxquels le Rwanda est partie.
    Plus Tshisekedi agira publiquement et expressément, plus son pays sera entendu.
    Ce sont ses déclarations contradictoires et flous d’une part et l’absence d’évocation de Kagame par lui dans la guerre contre son pays qui encourage celui-ci dans ses méfaits . C’est incompréhensible du moins pour les Rwandais et étrangers qui suivent cette affaire.

LEAVE A REPLY