Samputu-Ingabire: Silence, le pays est en deuil

Par Clarisse Kayisire Mukundente 

À tous les vendredis de la semaine, je rends hommage à quelqu’un qui a marqué les rwandais. C’est mon vendredi de gratitude. Nous sommes le 16 Avril 2021, ce vendredi de gratitude est spécial car je vais davantage parler d’une problématique, certes, mais qui ira dans le sens de la gratitude. Mais d’abord! Mes sympathies à toutes les familles qui ont perdu les leurs un certain samedi du 16 Avril 1994 dans le génocide contre les Tutsis au Rwanda. Que ces âmes reposent en paix. 

Malgré que la semaine de deuil officiel soit terminé, nous sommes toujours en deuil. J’admire comment les Rwandais se soutiennent mutuellement pendant cette période. Il y a une accalmie de discussions et de chicanes sur les réseaux sociaux, et même là où il y en a, elles s’expriment sobrement. Ce qui est tout à fait normal puisque c’est la nation entière qui se retrouve en deuil et les rescapés se sentent soutenus par toute la population et commémorent en paix. Mais est-ce que tous commémorent vraiment en paix? Non, il y a toujours un village gaulois qui sème la zizanie.

Vous avez certainement entendu ces deux rescapés du génocide malmenés, calomniés par des journaux proches du pouvoir. Je vais me concentrer aujourd’hui sur une seule personne : Jean-Paul Samputu. Aujourd’hui, j’aborde son cas sous un autre angle en vous posant des questions, chers compatriotes. Comment expliquer cet acharnement sur Samputu pendant cette période de deuil? Je vous laisse vous-même le loisir d’analyser ce qui a été écrit à son sujet. C’est d’une stupidité et d’une bassesse à couper le souffle. Et quand bien-même ce qu’on lui reproche s’avérait fondé, à savoir être ami de Museveni et fonder un parti politique, il n’y a pas de mal à ça. Notre Constitution ne soutient-elle pas le multipartisme après tout? Quant à être ami de Museveni, c’est pure imbécilité que de lier les problèmes de haut niveau entre deux pays à un simple citoyen par un mensonge qui n’a pas de nom.  

Il est clair que ces histoires sont montées de toutes pièces car on veut semer la terreur. Mais pourquoi? Quel est le nœud du problème?  Samputu a été invité dans une émission sur Voice of America (VOA) avec Ingabire Umuhoza Victoire où il a démontré son enthousiasme. Vous n’y croyez pas, n’est-ce pas? Oui, c’est la vérité, qu’on ne le nie pas! Les messages qui circulent en privés le prouvent bien. De même que les pressions exercées sur Samputu, les appels, les insultes l’accusant d’être un négationniste. Le boycott de la commémoration aux USA et le fait qu’ailleurs on ait retirer son nom de la liste d’interprète qui devait chanter alors que c’était prévu au programme. Le retrait également d’une de ses chansons sur Youtube. La pression sur son entourage et sa famille et j’en passe…….Vous pensez qu’une personne en deuil peut survivre à cette pression? Ça, c’est ce qu’on appelle de la torture morale.

J’ai toujours été fascinée par ces deux sentiments opposés: l’amour et la haine. Le premier me fait chavirer. Cet amour pure inconditionnel qui se résume à un seul mot : Aimer! Point! Le sujet et le complément deviennent une tache noire sur un linceul immaculé. Je n’éprouve rien d’autre face à ce sentiment, si ce n’est la grâce de l’observer sans mots dire. C’est pour cette raison que j’entretiens une admiration sans borne pour les enfants et les chiens.

Quant à la haine, lorsque j’en rencontre la manifestation, elle me donne la chair de poule tout en piquant ma curiosité. Tandis que le sentiment d’amour me fait chavirer dans un état léthargique de contemplation, la haine éveille mon cerveau. Je vais la comprendre, l’analyser, la décortiquer. Ici, le ‘’haïr’’ doit être paré absolument de ses habits. Le sujet, le complément et adverbe y revêtent une importance capitale. Qui haït qui et pourquoi? À la méchanceté se manifestant si puissamment, j’éprouve un besoin viscéral de comprendre ce qui engendre une haine aussi féroce.

J’aurais aimé être en face de l’amour pour ne pas parler, mais contempler et me recueillir avec les miens. Mais non, je suis en face de la haine dirigée envers un rescapé du génocide en période de deuil. Est-ce donc Ingabire Victoire qui est à l’origine de cette haine? Il est toujours impressionnant d’observer la rage chez quelqu’un. Quand un être humain donne des envies de crimes aux gens, nous ne sommes pas très loin de la folie meurtrière.

Alors, parlons d’Ingabire Victoire. À vous tous qui lui manifestez une haine si viscérale que vous n’hésitez pas à traumatiser un rescapé du génocide en allant le traquer pendant le deuil, que lui reprochez-vous au juste? Oh, je sais, le fait d’avoir fondé un parti précurseur du FDRL, me direz-vous. Mais vous savez vous-même que cela ne tient pas la route car les FDRL en chef Rwarakabije-Ninja, tous ces rwandais et soldats qui sont rentrés du Rwanda venant des forêts du Congo, étaient des FDRL et ils ne sont pas inquiétés. Vous avez deux FDRL à côté de vous dont l’un qui a décimé les élèves de Nyange et vous collez l’étiquette de FDRL à une dame qui n’a tué personne?  Je sais que vous souhaitez qu’on vous cache qu’on n’y croit pas. Mais moi, non, je vais être honnête avec vous, je le dis à haute voix : je ne crois pas qu’Ingabire soit dans le FDRL et de toute façon, le FDRL à Kigali n’est pas un problème car vous en avez deux de forts calibres que personne n’inquiète.

Et quoi d’autre encore à reprocher à Ingabire? Sa déclaration à Gisozi, lors de son arrivée au Rwanda, comme quoi les Hutus seraient morts aussi? Un conseil, chers compatriotes. Faites attention ici: ne lui reprochez plus d’être négationniste en raison de cette seule phrase car vous allez faire une infraction à lèse-majesté lui-même. Car il y a un mois le Président de la République a dit la même chose. Alors, faites gaffe! Ne vous fâchez pas contre moi, réfléchissez avant d’accuser Ingabire de négationnisme envers le génocide car il pourrait y avoir un effet domino. La seule chose qu’on pourrait reprocher à cette dame tiendrait plutôt à l’endroit et au moment où elle a prononcé ces quelques mots mais ce serait sombrer dans une erreur d’appréciation que de la condamner. Cela ne vaut certes pas une haine aussi sanguinaire.

Alors quoi encore? J’entends souvent qu’Ingabire sème la haine. À vous tous compatriotes, ne vous défilez pas, s’il vous plaît, si vous êtes des gens intègres et digne de ce nom et que vous n’êtes pas rempli vous-même de ce sentiment vénal. Montrez-moi un seul mot, un seul discours où Ingabire aurait manifesté de la haine. Je n’attends que ça pour comprendre et constater que vous dites vraiment la vérité, et que ce n’est pas la haine qui vous aura fait médire.

Et pour conclure, la haine que vous semblez éprouver pour Ingabire valait-elle la peine d’être relâchée si librement pour attaquer un rescapé pendant le deuil? Comme le dit Samputu, il n’aura fait que rencontrer une Rwandaise dans une émission de radio. Une Rwandaise, comme vous et moi. Et votre unité et réconciliation, vous en faites quoi? Moi, je rêve d’un Rwanda où je vois Ingabire, Kagame, Kayumba Christophe et Biruta… faire de la politique; où Samputu, Karasira, King James et la Chorale de Kigali… font de la musique; où Gatanazi, Venuste Nshimiyimana, Sabin et Barore font du journalisme; où les jeunes de AERG, GAERG et Jambo Asbl peuvent discuter de l’avenir du pays, eux qui représentent le Rwanda de demain….; et où je peux poser des questions à tout ce bon monde, de la façon la plus décontractée possible.

Ainsi, ma gratitude de ce vendredi va à ce Rwanda uni et réconcilié comme je viens de le décrire. Vous n’en rêvez pas, vous aussi? De toute façon, vous n’avez pas de choix. Les dés sont lancés, on le voit bien dans ces moments de deuil : le Rwanda uni est en marche, on le sent. Ceux qui sont enragés, qui flirtent avec une violence proche de celle qui a traversé les années 1990-1994, devront se calmer. Ils peuvent râler, terroriser, pulvériser, endoctriner….les Rwandais sont zen, surtout pendant cette période d’endeuillement. Nous sommes si soudés que la haine ne nous séparera plus. Elle l’a fait une fois et elle nous a coûté plus d’un million de mort. Qu’ils viennent du pouvoir ou de l’opposition avec leur figures publiques respectives, cette fois-ci les Rwandais de toutes ethnies confondues souhaitant un Rwanda uni devraient l’emporter.

Certains vont me détester à mourir à cause de mon opinion sur Ingabire. Vous avez le droit de la détester, à votre guise, mais ne me demandez pas d’en faire autant. Je lisais sur le mur d’un ami que nos cœurs sont les sépulcres où reposent les corps des nôtres. Il ne saurait mieux dire. Je dois préserver le sépulcre des miens, ne me demandez pas de le salir avec de la haine pour quelqu’un aussi détestable soit-il pour vous. 

Silence, ayez du respect pour les nôtres et arrêtez de traquer les rescapés!

LEAVE A REPLY