Burundi : Pas de Plan Immédiat pour la Réouverture de la Frontière avec le Rwanda

Le vendredi 28 juin 2024, au stade de Makamba, les membres du gouvernement burundais, dirigés par le Premier ministre Gervais Ndirakobuca, ont répondu aux questions des journalistes et des citoyens de tout le pays. Cette session de questions-réponses a abordé plusieurs problèmes cruciaux touchant le Burundi, tels que la pénurie de devises étrangères, le manque de carburant, la fermeture des frontières, les Burundais qui meurent en exil, les retards de salaire des soldats en mission de maintien de la paix à l’étranger, et bien d’autres encore.

Le Premier ministre Gervais Ndirakobuca a affirmé que la solution à la pénurie de devises étrangères réside dans l’augmentation des exportations burundaises. Audace Niyonzima, ministre des Finances, a ajouté que l’exportation de minerais contribuerait également à augmenter les devises étrangères.

Concernant la pénurie de carburant, le ministre de l’Intérieur, Martin Niteretse, a expliqué que certains transporteurs exploitent la situation en revendant le carburant à des prix élevés. Il a également mentionné la suggestion de permettre aux motos et aux Bajaji de circuler en ville pour aider à résoudre les problèmes de transport, mais a souligné que cela posait des risques de sécurité et d’accidents.

Sur le sujet des motos et des Bajaji, le Premier ministre Ndirakobuca a précisé qu’une décision d’interdire leur entrée en ville devait être soigneusement évaluée pour éviter de compromettre la sécurité urbaine.

En ce qui concerne le nombre de soldats burundais en République démocratique du Congo, le ministre de la Défense, Tribert Mutabazi, a refusé de donner des chiffres précis, invoquant le secret militaire. Cependant, il a assuré que les soldats burundais étaient bien traités conformément aux accords entre le Burundi et la RDC.

Sur la question de la fermeture de la frontière avec le Rwanda, le ministre des Affaires étrangères, Albert Shingiro, a rappelé les discussions précédentes sur la remise des responsables de la tentative de coup d’État au Burundi, qui n’ont pas abouti. Il a également évoqué les attaques du groupe Red Tabara, soutenu par le Rwanda selon le Burundi, qui ont exacerbé la méfiance entre les deux pays, justifiant ainsi la fermeture des frontières terrestres tout en maintenant ouvertes les frontières aériennes.

En réponse aux Burundais tués en Afrique du Sud, le ministre Shingiro a expliqué que ces incidents impliquaient principalement des immigrants illégaux, compliquant leur protection. Il a exhorté les Burundais à signaler leur situation aux représentants diplomatiques lorsqu’ils rencontrent des problèmes de statut légal.