L’affaire Diane Ishimwe: une vérité qui dérange

Diane Ishimwe

Par The Rwandan Analyst

Diane ISHIMWE est une jeune femme de 25 ans née dans les camps de réfugiés de l’ex-Zaïre. Il y a beaucoup de jeunes gens nés entre 1990-2000 qui se sont retrouvés orphelins en se demandant maintenant qui sont leurs parents et leur véritable origine. Survivant dans une situation aussi confuse et désespérée, ils osent souvent franchir la ligne rouge tracée par le régime du FPR dans la mesure où ils expriment suicidairement ce qu’un citoyen rwandais normal ne peut pas publiquement déclarer, puis certains ont saisi l’occasion de l’exploiter de leur propre manière. Qu’est-il réellement arrivé à Diane ISHIMWE après qu’elle ait accordé une interview à Isimbi TV à la recherche de ses parents? D’où surgit-elle après une longue période puisqu’elle parle maintenant avec réserve et précaution? Quelle est la position des différents activistes et politiciens qui soi-disant plaident en faveur des Rwandais ?

La raison est si simple

Vers fin novembre 2020, il a été rapporté l’histoire d’une jeune femme rwandaise dénommée Diane ISHIMWE née dans les camps de réfugiés du Congo qui était alors orpheline et on lui avait dit que son père s’appelait Pierre Célestin Rukwaya alors originaire de l’ancienne commune Murambi dans l’ancienne préfecture de Byumba et son père a été tué lors de la destruction des camps de réfugiés rwandais par l’armée patriotique rwandaise en 1996 et à cette époque, elle n’était encore qu’un bébé.

Elle a fait cette déclaration via youtube mais plus tard sa vidéo alors postée sur Isimbi TV a été supprimée et le numéro de téléphone qu’elle avait donné au journaliste Sabin Munyengabe a été injoignable; des faits qui ont suscité des inquiétudes au sein du public qui avait suivi sa triste histoire ; alors certaines personnes ont saisi l’occasion de les interpréter alors comme ils l’entendent et les ont surtout exploités à leurs fins politiques.

La plupart accusaient Sabin Munyengabe d’Isimbi TV, Eric Bagiruwubusa de la Voix de l’Amérique  et le journaliste de The Rwandan, Marc Matabaro d’avoir joué un rôle dans la disparition forcée et pourquoi pas la mort de Diane Ishimwe.

Finalement, la vidéo supprimée a été remise en ligne par la chaîne Kumugaragraro TV mais Diane Ishimwe a gardé le silence. En effet, elle était sous la pression des supporteurs du régime FPR mais aussi certains membres de l’opposition en a profité pour dénigrer le régime l’accusant d’avoir assassiné la jeune fille comme Kigali procède normalement contre ses opposants.

Pendant ce temps, le journal The Rwandan savait qu’Ishimwe Diane était bien vivante et le 11 juillet 2021 quand étaient programmées des manifestations à Paris avec des photos de victimes du FPR parmi lesquelles celle d’Ishimwe Diane, un individu qui savait qu’elle était vivante a communiqué avec The Rwanda Investigation Bureau (RIB) en leur demandant pourquoi ils permettaient à l’opposition d’accuser indûment le gouvernement rwandais de la mort d’Ishimwe Diane et accusant indûment la famille présidentielle impliquant surtout la première dame dans la disparition ou la mort présumée de cette jeune femme. Le RIB s’est alors procuré auprès de Sabin Munyengabe les contacts d’Ishimwe Diane et l’a contactée pour lui demander de comparaître et d’accorder une interview à Ukwezi TV. Elle a reçu aussi l’ordre de ne plus évoquer les massacres commis contre les réfugiés Hutu rwandais lors de la destruction des camps de l’Est du Congo.

C’est ainsi qu’elle a été interviewée par Ukwezi TV. Elle ne s’exprimait pas librement mais aussi certaines personnes n’étaient pas satisfaits de son réapparition; ils analysent ensuite son nouveau look en le comparant à celui qu’elle reflétait lorsqu’elle était reçue par Isimbi TV cherchant ses parents il y a huit mois. Son image a été ternie par ceux qui prétendaient voler à son secours qui ont faussement inventé qu’elle aurait été victime de viols, qu’elle avait contracté le VIH, certains ont même affirmé qu’ils savaient l’endroit où elle était détenu comme esclave sexuelle!

Diane ISHIMWE réapparaît enfin et remet tout en cause.

De l’enquête menée par The Rwandan sur la véracité des faits, il ressort qu’elle n’a pas été enlevée mais qu’elle a décidé de changer de numéro de téléphone pour éviter les pressions exercées contre elle par les politiciens pro-FPR et certains membres de l’opposition; les premiers la soumettaient à une pression tandis que les seconds multipliaient sans fin de fausses informations.

On a également constaté que c’était elle qui avait demandé de supprimer sa vidéo d’Isimbi TV parce que son souci de rechercher ses parents avait été déformé et politisé : les gens la dérangeaient en l’appelant sans cesse; elle s’est finalement rendu compte que la vidéo ne servait plus à rien car son objectif devenait un enjeu politique. Elle s’est alors résolue de changer le numéro de téléphone et cette décision a été interprétée différemment ; certaines personnes confirmant sans preuve qu’elle avait été tuée.

Nous avons appris aussi qu’elle s’est marie entre temps et a un bébé de quelque mois. On peut aussi déduire que quand elle a contacté Isimbi Tv en Novembre 2020, elle était déjà enceinte.

Dans une brève interview avec le journaliste Théogène Manirakiza d’Ukwezi TV, Diane Ishimwe semblait en bonne santé mais pas calme, pas loquace. Elle a d’abord confirmé qu’elle avait besoin de supprimer la vidéo d’Isimbi TV pour sa sécurité car comme elle avait obtenu des informations sur le sort de son père; pour elle, c’etait inutile de la maintenir en ligne car les uns en profitaient pour l’intimider; les autres l’exploitaient pour leur propagande politique.

“Les gens répandent des rumeurs selon lesquelles j’aurais été tué mais vous me voyez ; je suis vivante et je mène mes affaires et je n’ai pas de temps à perdre pour des rumeurs”

“Aux personnes qui répandaient des rumeurs sur sa disparition et sa mort présumées elle a répondu : c’est leur activité quotidienne et j’ai la mienne pour aller de l’avant.”

Elle a conclu l’interview en délivrant ce message : Je suis en vie et au Rwanda, quiconque le souhaite peut m’y rencontrer ; je suis en sécurité et sans aucun souci.” Elle a enfin dévoilé que les personnes qui souhaitent la rencontrer peuvent passer par le journaliste Théogène Manirakiza d’Ukwezi TV.

Conclusion

Diane Ishimwe n’a pas été enlevée car elle rejette cette version des faits. Cela réfute absolument les versions publiées par les médias, les activistes et les politiciens selon lesquelles elle aurait été assassinée par le pouvoir de Kigali. Cependant, ce qui est déplorable, c’est que lorsqu’elle est réapparue, les mêmes personnes surprises ont commencé à la traumatiser au point qu’elle regrette de s’être manifestée. Une leçon à tirer de ce dossier : Les Rwandais ont besoin de politiciens et activistes honnêtes plutôt que d’opportunistes et il est toujours possible de faire de la politique et de l’activisme basées sur la vérité plutôt que sur les rumeurs et la diffamation.

La propagation de rumeurs peut avoir un effet négatif sur les victimes des violations des droits humains qui sont régulièrement commises par le gouvernement rwandais. La perte de crédibilité des activistes et de l’opposition peut être un désastre pour les victimes de l’oppression au Rwanda. Nous blâmons également le gouvernement rwandais en ne laissant pas des citoyens comme Diane Ishimwe parler librement, ils contribuent à répandre des rumeurs.

 

LEAVE A REPLY