Les raisons de la création d’un nouveau ministère en charge de l’unité nationale et de l’éducation civique

Dr Christopher Kayumba

Par The Rwandan Analyst

Le dernier baromètre publié par la commission nationale de l’unité et de la réconciliation avait estimé le degré d’unité et de réconciliation à 94,7%. Certains politiciens rwandais de l’opposition ont contesté ce rapport alléguant qu’elle était embellie « techniquée » et qu’elle ne reflète pas la varie réalité du pays. Le Dr KAYUMBA Christopher était interviewé par la TV UKWEZI commentant sur ce nouveau ministère. Il critique généralement la méthodologie d’enquête appliquée par la NURC ; la liberté d’expression des personnes interrogées ; le défaut d’implication de divers spécialistes tels des historiens ; sociologues; etc. l’étendue des indicateurs d’unité et de réconciliation en termes de sécurité des rescapés du génocide et les statistiques des crimes d’idéologie génocidaire et de divisionnisme. Quelles sont les raisons mêmes d’instituer le nouveau ministère chargé de l’unité et de la réconciliation et de l’éducation civique ? L’homme politique et académicien Dr KAYUMBA Christopher livre ses vues résumées ci-dessous.

Il salue le projet car il n’admet pas le baromètre du NURC et propose l’inclusion de la liberté de la presse par laquelle tous les journalistes ne seraient pas sélectionnés par l’État sur base de leur position politique,

Concernant la motivation d’une telle initiative il rétorque que la raison est sûrement connue par le chef de l’Etat et le cabinet mais pour lui 4 raisons sont sous-jacentes : question de l’extrémisme des rwandais où se divisent les gens pro-régime et d’autres contre le régime qui fait que les rwandais n’agissent pas en compatriotes mais ils sont divisés en bons citoyens et ennemis du pays. La seconde raison pourrait être l’augmentation des opposants dans le monde entier, y compris même des enfants nés de dignitaires d’anciens régimes et de rébellions armées ; la troisième raison peut être la tentative d’approcher ces Rwandais et essayer de les intégrer dans les politiques rwandaises étant donné qu’ils semblent exclus et ne s’y retrouvent pas; la quatrième raison pourrait être la demande de différentes plateformes politiques comme le RPD et Mme INGABIRE Umuhoza Victoire de Dalfa-Umurinzi qui conjointement avec Me Ntaganda Bernard fondateur du PSI-Imberakuri a soumis une feuille de route invitant le régime à organiser un cadre afin de débattre des problèmes cruciaux du pays.

En outre, il a dévoilé que la vraie raison pourrait être demandée à la présidence par le biais du personnel en charge de la communication

Concernant la liberté de la presse, il y a une inquiétude sur l’innovation d’un tel ministère alors qu’il y a NURC et CNLG ; peut-être que ce ministère coordonnera ces organes ; il y a aussi une innovation cruciale en particulier la nomination du personnel en charge de la communication et de la presse au bureau du président. La presse à la présidence était dysfonctionnelle et partiale; à partir de maintenant, nous espérons qu’ils fonctionnent bien ouvertement et objectivement sans être guidés par la subjectivité et créer une amitié entre la présidence et le public. 

LEAVE A REPLY