L’eleveur SAFARI en détention provisoire

Par Frank Steven Ruta

Safari George, un citoyen rwandais qui a attiré l’attention des médias sociaux le mois dernier pour avoir agressé un responsable local de la sécurité dans le district de Nyagatare a été placé en détention provisoire pendant 30 jours par le tribunal de première instance.

Safari a fait sensation dans les médias vers fin août 2021, lorsqu’il a été filmé en train de se battre en se defandant contrer un agent de sécurité de district (DASSO) qui l’avait brutalement agressé.

Au depart Mr Safari est accusé d’avoir enfreint les restrictions d’élevage d’animaux dans lesquelles le résident faisait paître ses vaches dans un espace public, ce qui est interdit au Rwanda.

L’incident qui s’est produit dans la cellule de Musenyi a été vu par le chef de cellule Karangazi, qui a également été accusé d’avoir utilisé une force excessive pour tenter de calmer la situation qui s’est terminée plus tard quand Safari libérait l’officier alors qu’il criait et tapotait.

Le responsable de cellule et l’officier de Dasso (noms non divulgués) ont été temporairement suspendus par l’autorité du district quelques jour après l’incident, mais Safari a été arrêté et inculpé d’avoir agressé un responsable du gouvernement en service.

Cela fait suite à une comparution devant le tribunal lors d’une audience de détention provisoire tenue le 7 septembre 2021 au cours de laquelle Safari a informé le tribunal de première instance de Nyagatare qu’il avait agi en état de légitime défense et par l’intermédiaire de son avocat, une demande de libération sous caution.

Le procureur a plaidé auprès du tribunal en disant que les actions de Safari étaient criminelles et qu’il devait être détenu pour une enquête plus approfondie sur l’incident, affirmant que s’il était libéré, il pourrait s’échapper vers les pays voisins.

Le tribunal a écouté les deux arguments et, le 9 septembre 2021, s’est prononcé en faveur de poursuites envoyant Safari en prison pour les 30 prochains jours, donc une détention provisoire.

La vidéo enregistrée à l’origine a une durée d’exécution de 1,45 minute et a été prise par une personne non identifiée.

Légalement, Safari a cinq jours ouvrables pour faire appel de la décision d’aujourd’hui et produire des preuves qui peuvent le disculper des charges permanentes.

Il est accusé d’avoir agressé et blessé physiquement un fonctionnaire du gouvernement en service.

L’article 234 de la loi déterminant les infractions et les peines en général indique que toute personne qui agresse ou commet tout autre acte de violence à l’encontre d’un membre du Parlement, d’un membre du Cabinet, d’un agent de sécurité ou d’un autre fonctionnaire dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions /ses fonctions, commet une infraction.

Des sanctions possibles sont ici prévues si l’agression entraîne des blessures corporelles, dont la peine applicable est un emprisonnement d’une durée de plus de cinq (5) ans et de moins de sept (7) ans.

Si ces violences sont commises avec préméditation ou par embuscade, la peine applicable est l’emprisonnement d’une durée de plus de sept (7) ans au maximum de dix (10) ans.

Et si ces violences sont commises avec l’intention de tuer, la peine applicable est la réclusion à perpétuité.

LEAVE A REPLY