Lettre à Son Eminence Cardinal Kambanda Antoine: Secourir Mme IDAMANGE Iryamugwiza Yvonne

         Ce matin du mercredi 17 février 2021, le monde se rappelle la mort du chantre de la compassion et de la réconciliation rwandaise, KIZITO Mihigo. Celui-ci se serait « suicidé » d’après la police rwandaise dans son cachot de la Station de police de Remera (à Kigali au Rwanda) lundi le 17/02/2020. L’opinion publique tant nationale qu’internationale n’a pas accepté ce « suicide » d’autant plus que de nombreuses autres personnes ont été systématiquement assassinées par les policiers qui maquillent leurs crimes en « suicide ». En 2018, c’est Maître MUTUNZI Donat, un courageux et célèbre avocat au Barreau de Kigali, qui est censé s’être « suicidé » dans son cachot à la Station de Police de NDERA après 10 jours de disparition forcée. Pourtant sa femme l’avait cherché dans tous les cachots de Kigali. Mutunzi Donat a disparu en avril 2018 dans la ville de Kigali en plein jour comme des centaines d’autres citoyens rwandais qui disparaissent en toute impunité au Rwanda. 

         Permettez-moi de vous interpeller ce 17/02/2021 par cette citation de Marie CARDINAL[1] « Toutes ces choses-là n’existaient pas puisqu’on n’avait pas le droit d’employer les mots qui les désignaient », afin de vous demander de secourir Mme Yvonne Idamange Iryamugwiza. Cette jeune femme s’est permis « d’employer les mots qui désignent » les crimes de sang commis depuis 26 ans par certains dirigeants actuels du régime FPR. Ces derniers s’assurent l’impunité en assassinant ou en emprisonnant leurs opposants réels ou supposés.

         C’est en ma qualité de coordinateur du Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda (CLIIR) que je vous présente le brûlant dossier de cette  sorte de « Jeanne d’Arc rwandaise » qui vient d’entrer en résistance pacifique et spirituelle à Kigali au Rwanda. 

         Cette jeune femme rescapée tutsie est mère de quatre enfants. Suite  à son arrestation brutale opérée par la police dans l’après-midi du lundi 15/02/2021 à son domicile de Kimironko, district Gasabo, dans la capitale KIGALI, nous craignons qu’elle soit, elle aussi, assassinée ou « suicidée » dans son cachot de police. 

         Elle a reçu des menaces de mort pour avoir rejeté toutes les tentatives de corruption conduites par le secrétaire d’Etat M. BAMPORIKI Edouard qui s’était chargé de la faire taire en échange des biens matériels ou autres avantages terrestres. Nous craignons que Mme Idamange soit assassinée pour avoir critiqué et dénoncé les crimes et les violations massives des droits humains commises par les agents du régime du FPR-Inkotanyi. Ces accusations sont consignées dans ses quatre vidéos publiées sur son blog « Idamange » depuis le 31 janvier 2021. Dans son dernier vidéo du 15/02/2021, elle a invité tous les rwandais à faire une marche pacifique qui aurait dû se dérouler mardi le 16 février 2021 vers le palais présidentiel URUGWIRO sis à Kacyiru-Kigali. Les rwandais résidant en dehors de la capitale Kigali devaient marcher jusqu’aux bureaux des autorités régionales les plus proches.

         Inconnue il y a 20 jours, Mme Idamange a réussi à mobiliser le peuple rwandais contre les injustices, les spoliations de biens privés et les violations massives du régime totalitaire mis en place le 19/07/1994 par le Front Patriotique Rwandais (FPR-INKOTANYI). Comme vous le verrez dans le communiqué de soutien à cette jeune femme publié le 08/02/2021 via le CLIIR par plusieurs autres rescapés tutsis, un SOS est lancé à toute personne de bonne volonté susceptible d’exercer un minimum de « pouvoir moral ou spirituel » pour voler à son secours.

         A compte de ce 17 février 2021, je voudrais vous rappeler également la recommandation du Pape François 1er qui vous a été adressée le 28/11/2020 en ces termes : «Nous avons entendu tant de fois : un bon catholique ne se mêle pas de politique. Ceci n’est pas vrai, ceci n’est pas la bonne voie. Un bon catholique se mêle de la politique en offrant le meilleur de lui-même pour que le gouvernant puisse gouverner »

         D’après Gandhi, « Chaque homme ou chaque femme, quelle que soit sa force physique, est le gardien de sa dignité et de sa liberté. Cette protection est possible même si le monde entier se retourne contre celui qui est seul à résister ». Mme Idamange s’est sacrifiée pour être le gardien de notre dignité et de notre liberté aux dépens de ses quatre enfants qui ont besoin d’elle. Dès lors, en tant que chef religieux je vous demande d’exercer votre pouvoir spirituel face au pouvoir politique, militaire et économique détenu par une petite minorité de chefs militaires et politiques du FPR. Vous pouvez jouer le rôle de médiateur pour approcher les autorités policières et judiciaires et plaider en faveur de la remise en liberté de Mme Idamange dans l’intérêt de ses quatre enfants. Elle peut se présenter devant les officiers de police judiciaires et les magistrats qui instruisent son dossier tout en restant chez elle comme elle l’avait proposé dans ses vidéos. Et c’est pour cela qu’elle avait même donné son lieu d’habitation et son numéro de téléphone pour rester accessible pour tout le monde et leur expliquer la nature de son combat non violente.

         Mme Idamange est convaincue que son combat est une mission que Dieu lui a donnée et c’est pourquoi elle n’a pas eu peur de se faire tuer ou emprisonner.

         Moi je pense qu’il faut lui éviter tout transfert au Centre psychiatrique de Ndera car elle ne nous semble pas folle. Son message est clair mais elle invoque souvent sa bible qu’elle présente comme son arme de défense. Nous avons déjà un certain BARAFINDA Sekikubo Fred qui est président du Parti RUDA2 qui a déjà été interné au Centre de NDERA sur ordre des agents du RIB (Rwanda Investigation Bureau) en janvier 2020. Les traitements médicaux qui lui ont été administrés l’ont complètement transformé en une personne très fragile. Le chef du RIB a interdit aux journalistes de l’interviewer.

         En demandant votre intervention, je souhaite éviter tout traitement inhumain et dégradant à Mme Idamange qui pourrait être détruite par des médicaments dont elle n’a pas besoin. Je suggère qu’elle soit au contraire suivie par un Comité de  Suivi composé  de chrétiens capables d’analyser son « message qu’elle prétendbiblique » pour l’authentifier ou vérifier son caractère spirituel.

         Le RIB menace de la faire interner dans un asile psychiatrique alors qu’elle n’est pas folle. Elle élève seule ses quatre enfants en toute responsabilité. Comme elle ne cesse de le répéter depuis que la CNLG (Commission Nationale de Lutte contre le Génocide) et d’autres courtisans du régime FPR l’ont attaquée publiquement, elle craint d’être tuée ou kidnappée.

Vous pouvez également redemander la libération conditionnelle des détenus très âges, malades ou ayant purgé plus de la moitié de leur peine pour désengorger les prisons. Bref, je vous demande de vous impliquer dans l’amélioration du sort des rwandais qui souffrent par millions dans leur pays.

         Je vous remercie et vous encourage à prendre parti pour les opprimés comme Jésus Christ l’a recommandé dans ses sermons. 

         En  espérant votre engagement personnel dans ce dossier de sauvetage, je vous prie d’agréer l’assurance de ma haute considération.

Fait à Bruxelles, le 17 février 2021.

Pour le Centre, MATATA Joseph, Coordinateur (gsm 0476701569)


[1] Marie Cardinal (1928-2001) est une romancière française d’origine algérienne : « Les mots pour le dire », Editions Grasset, 1975.

1 COMMENT

  1. Les chefs des institutions religieuses au Rwanda, par leur silence sur les injustices flagrantes contre les Rwandais, ils ont ruiné irrémédiablement leur crédibilité aux yeux des Rwandais et du monde entier.
    Concernant le nouveau cardinal Kambanda, s’l est serviteur de Dieu comme il le prétend, il doit démissionner ou le pape qui l’a créé cardinal doit lui demander de se démettre. La morale et les règles qui gouvernent sa fonction et l’Eglise catholique l’exigent. Aussi, il y va non seulement de sa crédibilité mais également de l’honneur de celle-ci.

LEAVE A REPLY