L’Examen périodique universel (EPU): des reportages embellis à la réalité de terrain

By The Rwandan Analyst

Les pays membres des Nations Unies ont formulé de vives critiques et des dizaines de recommandations concernant le bilan du Rwanda en matière de droits de l’homme lors de l’Examen périodique universel (EPU) du pays au Conseil des droits de l’homme à Genève le 25 janvier 2021. Au cours de l’examen, les pays de toutes les régions ont appelé le Rwanda à mettre fin à la torture et aux mauvais traitements et enquêter sur les cas d’exécutions extrajudiciaires, de disparitions forcées, de détention arbitraire et de décès en détention. Établi en 2006, l’EPU implique un examen complet des dossiers des droits de l’homme de tous les États membres de l’ONU par d’autres membres à tour de rôle tous les cinq ans. Les organisations locales et internationales, ainsi que le pays examiné, peuvent fournir des rapports pour éclairer le processus d’examen. Après chaque examen, un groupe de trois pays collabore avec le pays examiné et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme pour produire un « rapport final » qui comprend les recommandations et les réponses du pays. Le Conseil des droits de l’homme a adopté le rapport final à sa session de juin. Le présent article vise à évaluer la véracité des déclarations rapportées dans l’EPU par le Rwanda en termes de respect des normes des droits humains.

Le Royaume-Uni se félicite de l’engagement du Rwanda avec l’EPU, y compris la collaboration entre le gouvernement et la société civile sur les droits de l’homme. Le Royaume-Uni réitère son engagement à travailler de manière constructive avec le Rwanda pour soutenir la mise en œuvre de l’EPU. Le Royaume-Uni est heureux que le Rwanda soutienne pleinement notre recommandation de protéger et de permettre aux journalistes de travailler librement, sans crainte de représailles, et de veiller à ce que les autorités de l’État se conforment à la loi sur l’accès à l’information. Il s’agit d’une étape importante pour promouvoir la liberté d’expression, notamment en laissant un espace aux voix critiques.

Nous regrettons que le Rwanda n’ait pas appuyé notre recommandation, qui a également été faite par d’autres États, de mener des enquêtes transparentes, crédibles et indépendantes sur les allégations de violations des droits de l’homme, y compris les décès en détention et la torture.

Nous nous félicitons que le Rwanda ait accepté les recommandations d’autres pays sur la lutte contre la traite des êtres humains, mais nous avons été déçus que le Rwanda n’ait pas soutenu la recommandation du Royaume-Uni de trier, d’identifier et de soutenir les victimes de la traite, y compris celles détenues dans les centres de transit gouvernementaux. En reconnaissant les progrès réalisés par le Rwanda, le Royaume-Uni encourage le Rwanda à soumettre un rapport à mi-parcours facultatif pour fournir une mise à jour sur la mise en œuvre des recommandations, entre les examens.

Analyse

Même si l’EPU est un mécanisme louable de suivi des droits humains, une série de lacunes ne manquent pas de perturber son processus

Etat de la question 

L’amélioration sur le terrain en termes de respect des droits de l’homme a fait défaut malgré les conventions et traités écrits. Depuis le premier cycle de l’EPU en 2008, les États ont reçu des recommandations qui vont du respect des principes fondamentaux du droit international public tels que stipulés dans l’article 1 de la Charte des Nations Unies, à la mise en œuvre et à la protection de leurs obligations en matière de droits de l’homme consacrés par différents traités internationaux relatifs aux droits humains tels que la DUDH, le PIDCP, le PIDESC, la Convention sur les disparitions forcées et autres. Malgré cela, l’absence d’amélioration est évidente simplement parce que des défis juridiques subsistent dans la mise en œuvre de ces conventions et traités. Le fait que les résultats de l’Examen périodique universel et des organes de traités ne soient pas juridiquement contraignants est l’un des défis que cet article cherche à relever. L’EPU semble une solution politique mais il aborde des défis juridiques et cet article est d’avis qu’à moins que les résultats de l’EPU ne deviennent juridiquement contraignants pour les États, il n’aura aucun impact en termes de protection juridique internationale des droits de l’homme. 

Faiblesses de l’examen

Même si l’EPU a enregistré des résultats tangibles qui ont permis au CDH de remplir son mandat, une série d’obstacles empêchent toujours le processus d’être efficace ou ont un impact sur son efficacité. Ainsi, cette section met en évidence certains de ces facteurs qui affaiblissent le processus de l’EPU.

Rejet des recommandations

Les États examinés utilisent des stratégies diversifiées pour écarter les critiques qui leur sont adressées. Parfois, des questions délicates sont tout simplement ignorées. Une autre stratégie consiste à accepter de longues listes de recommandations sous une forme souple afin que peu de substance puisse être identifiée dont l’effet puisse être mesurable en termes concrets. Ainsi, on peut affirmer qu’un pourcentage élevé des recommandations formulées a été acceptée, sans qu’aucun changement réel ne soit susceptible de se produire. Il est également possible de répondre de manière astucieuse afin de créer une impression qui, à y regarder de plus près, se réduit à des dimensions plus modestes. Certains autres gouvernements admettent sans artifice que les conditions dans leurs pays laissent beaucoup à désirer et ne répondent pas aux exigences des obligations qu’ils ont contractées. Une telle stratégie suppose beaucoup de conscience de soi et de courage. De tels exercices d’exactitude et d’honnêteté ne peuvent manquer d’impressionner les acteurs gouvernementaux activement impliqués dans le processus d’examen. Cependant, le fait qu’un pays puisse accepter ou rejeter une recommandation est une faiblesse majeure de ce mécanisme de l’EPU.

Recommandations non contraignantes

La principale faiblesse du mécanisme de l’EPU est que ses recommandations ne sont pas juridiquement contraignantes. En d’autres termes, aucun pays ne peut être tenu pour responsable de la non-application d’une recommandation qu’il a acceptée. D’un point de vue juridique, le résultat final semble être médiocre. En effet, c’est l’Etat examiné qui a le dernier mot. Il n’est même pas confronté à un avis collectif du CDH. Comme souligné à nouveau dans la clause finale des rapports des GT : toutes les conclusions et/ou recommandations contenues dans le présent rapport reflètent la position de l’État soumissionnaire et/ou de l’État examiné à ce sujet.

Absence de mécanisme de mise en œuvre

Malgré le fait que les propositions sont le résultat principal de l’EPU et doivent être exécutées par l’État audité, il n’existe à ce jour aucun système permettant de quantifier l’utilisation des suggestions de l’EPU qui pourrait nuire à la procédure de l’EPU. À l’approche du prochain cycle, par quelle méthode le CDH évaluera-t-il le niveau et la nature de la collaboration des États avec l’EPU et leur capacité à mettre en œuvre des améliorations et des changements positifs en matière de sécurité des droits humains ? L’absence de stratégies d’évaluation claires et ciblées rendra le cycle futur moins efficace puisque l’idée générale de la composante de l’EPU réside dans l’exécution des suggestions. Si des pointeurs de suivi puissants ne sont pas créés, il existe un risque réel que l’activité de l’UPR perde de sa fiabilité.

Absence de données adéquates

La collecte de données en tant que caractéristique de l’instrument de l’EPU n’est pas non plus exempte d’inconvénients, car certaines d’entre elles ne s’identifient pas aux questions des droits de l’homme et sont sans l’avantage d’enquête et de cadre. L’exigence d’une composante autonome de découverte de certitude sur des points explicites du processus d’examen périodique universel est soulignée en raison du problème de l’accessibilité des données et de la façon dont les individus de l’organisme d’arrangement peuvent ne pas poser des questions sur des thèmes qu’ils ignorent et peuvent simplement recréer les données qui sont désormais fournies dans le rapport de l’État ou les données d’autres organes de l’ONU ou la documentation rassemblée par les ONG.

Politisation

Étant donné que l’échange intelligent de l’EPU repose essentiellement sur une prémisse intergouvernementale, il existe un risque indéniable que la procédure s’avère excessivement politisée. Dans divers cas, les gouvernements ont eu la possibilité de maintenir une distance stratégique par rapport aux évaluations de base en mobilisant l’aide de « compagnons » soucieux de saluer leur bilan en matière de droits de l’homme sans se soucier des lacunes qui existent en matière de droits de l’homme dans tous les États.

Absence de concertation corrective et excès de bavardage

De la même manière que d’autres composants à l’intérieur du cadre des Nations Unies, l’EPU a besoin d’approbations correctives en cas de résistance ou de non-exécution. Les suggestions ne sont pas contraignantes et après les conversations et rapports à Genève, l’Etat audité est autorisé à exécuter ce qu’il juge approprié. Malgré le fait que les pays doivent rendre compte des progrès, soit par des rapports à mi-parcours intentionnels, soit par des mises à jour au cours de leur deuxième cycle d’audit, il n’y a guère d’implications pour une cohérence insuffisante. Ou peut-être que l’EPU fonctionne comme une composante agréable et axée sur le discours qui n’est pas de nature malveillante.

Cas du Rwanda : un hiatus entre les rapports et la réalité du terrain

Après chaque examen, un groupe de trois pays collabore avec le pays examiné et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme pour produire un « rapport final » qui comprend les recommandations et les réponses du pays. Le Conseil des droits de l’homme a adopté le rapport final à sa session de juin.

Lors de son examen de janvier, le Rwanda a reçu 284 recommandations de 99 pays. Il a accepté 160 recommandations, en a noté 75 et a déclaré que 49 autres ne bénéficiaient pas de leur soutien. Le Rwanda doit agir immédiatement sur toutes les recommandations de fond pour améliorer son bilan en matière de droits humains, et les experts, agences et États membres des Nations Unies doivent continuer à faire pression sur le Rwanda pour qu’il mette fin aux violations.

Human Rights Watch a fait une soumission pour l’examen actuel, qui a examiné la situation des droits humains au Rwanda depuis 2015 et la mise en œuvre par le gouvernement des recommandations qu’il a reçues lors de son examen précédent.

En 2015, le gouvernement a fait valoir que bon nombre des recommandations qu’il avait reçues – certaines appelant à des réformes clés ou à des enquêtes sur les violations graves des droits, et à rendre des comptes – avaient été partiellement ou entièrement mises en œuvre. Le gouvernement a également affirmé, dans une déclaration générale, que plusieurs autres étaient « incompatibles avec le droit interne et les obligations constitutionnelles [du Rwanda] », y compris une recommandation appelant le Rwanda à promulguer des lois et des politiques spécifiques pour protéger le travail des défenseurs des droits humains. Cependant, le Rwanda est obligé de se conformer à ses obligations de droit international et il lui est interdit de prétendre qu’il n’est pas en mesure de le faire parce que son droit interne est incompatible avec ces obligations. Le gouvernement a répondu aux recommandations de ratifier la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées en déclarant que la ratification des instruments internationaux ne peut avoir lieu qu’après consultation et approbation du Parlement du Rwanda. À la connaissance de Human Right Watch, aucun processus de ce type n’a eu lieu.

Entre 2010 et 2017, il a été noté que l’armée rwandaise détenait et torturait fréquemment des personnes arbitrairement, les frappant, les asphyxiant, utilisant des décharges électriques et organisant des simulacres d’exécutions dans des camps militaires autour de Kigali et dans le nord-ouest. La plupart des détenus ont été portés disparus et détenus au secret pendant des mois dans des conditions déplorables. Lors de l’examen du 25 janvier, la délégation rwandaise a rejeté les allégations de torture et de détention illégale dans des centres de détention non officiels.

Lors de l’examen du Rwanda en 2021, de nombreux pays ont réitéré leur recommandation au Rwanda de ratifier la Convention contre les disparitions forcées et le Statut de Rome pour devenir partie à la Cour pénale internationale. Plusieurs ont également exhorté le Rwanda à autoriser le Sous-comité des Nations Unies pour la prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants à reprendre ses visites. En 2017, le sous-comité a suspendu et neuf mois plus tard, a annulé sa visite d’État au Rwanda, invoquant l’obstruction du gouvernement et la crainte de représailles contre les personnes interrogées. L’annulation de 2018 reste la seule fois où le sous-comité doit arrêter une visite d’État avant son achèvement.

Même dans les cas où le Rwanda a accepté des recommandations en 2015, cela n’a pas nécessairement conduit à des améliorations concrètes des droits humains. Par exemple, le Rwanda s’est engagé à poursuivre ses efforts pour protéger les enfants en situation difficile, tels que les enfants des rues, et à adopter une nouvelle législation pour réglementer les centres de transit et de « réhabilitation ». Dans sa dernière soumission au Conseil des droits de l’homme, le Rwanda a affirmé que le problème avait été résolu par la création d’un service national de réadaptation en 2017 et que 4 416 enfants avaient suivi ce processus de réadaptation.

Cependant, en janvier 2020 qu’en vertu de la nouvelle législation, les enfants accusés d’être des « mendiants », des « vagabonds » ou des « délinquants » sont effectivement traités comme des criminels et sont susceptibles d’être soumis à des mauvais traitements. Ils sont arbitrairement arrêtés et détenus dans des centres de transit ou de réhabilitation dans des conditions épouvantables, sans procédure régulière ni contrôle judiciaire, en violation des traités et conventions régionaux et internationaux auxquels le pays est partie.

Conclusion

Les mensonges ne durent pas. En publiant leur EPU la plupart des pays dont le Rwanda ont tendance à ne rapporter que des déclarations favorables qui sont souvent trahies par ce qui se passe réellement sur le terrain et ce décalage est rapidement détecté grâce aux progrès des outils de communication et à la présence d’observateurs étrangers dans le pays. Bien qu’ils aient signé et même ratifié les différents pactes relatifs aux droits de l’homme, la plupart des États sont encore réticents à leur mise en œuvre effective. Parmi les facteurs de ce déni apparent prévaut le fait que le droit international est conventionnel et que sa force coercitive n’est pas toujours garantie. Les vives critiques adressées au Rwanda par des pays du monde entier montrent la préoccupation de la communauté internationale face à la crise des droits humains au Rwanda, comme souligné ci-dessus. Il semble donc important pour ces pays d’assurer un suivi direct auprès du gouvernement rwandais pour le presser de prendre des mesures concrètes pour adopter leurs recommandations.

LEAVE A REPLY