La gestion absurde du Covid-19 au Rwanda

Par The Rwandan Analyst

Introduction

La pandémie de Covid-19 a touché quasiment tous les pays du monde dont le Rwanda où sont estimés 40798 cas et 453 décès. Sur 13 millions d’habitants, seuls 300 mille ont reçu au moins le premier vaccin de Pfizer; AstraZeneca; Biontech; Vaccin Oxford ; JohnsonJohnson qui ont été donnés par divers pays riches tels que le Royaume-Uni ; les États-Unis ; France, Inde, etc. Le présent article traite des stratégies mises en place par le gouvernement rwandais pour enrayer cette pandémie dévastatrice à l’intérieur du pays.

1. Les faits

Le coronavirus 2019 (COVID-19) est une maladie contagieuse causée par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2). Le premier cas connu a été identifié à Wuhan, en Chine, en décembre 2019. La maladie s’est depuis propagée dans le monde entier, entraînant une pandémie en cours.

Les symptômes de COVID-19 sont variables, mais comprennent souvent de la fièvre, de la toux, des maux de tête, de la fatigue, des difficultés respiratoires et une perte d’odorat et de goût. Les symptômes peuvent apparaître un à quatorze jours après l’exposition au virus. Au moins un tiers des personnes infectées ne développent pas de symptômes visibles. Parmi les personnes qui développent des symptômes suffisamment visibles pour être classées comme patients, la plupart (81 %) développent des symptômes légers à modérés (jusqu’à une pneumonie légère), tandis que 14 % développent des symptômes graves (dyspnée, hypoxie ou atteinte pulmonaire à plus de 50 % imagerie), et 5 % souffrent de symptômes critiques (insuffisance respiratoire, choc ou dysfonctionnement de plusieurs organes). Les personnes âgées sont plus à risque de développer des symptômes graves. Certaines personnes continuent de ressentir une gamme d’effets (long COVID) pendant des mois après leur rétablissement, et des dommages aux organes ont été observés. Des études pluriannuelles sont en cours pour étudier plus avant les effets à long terme de la maladie.

La transmission du COVID-19 se produit lorsque des personnes sont exposées à des gouttelettes respiratoires contenant des virus et à des particules en suspension dans l’air exhalé par une personne infectée. Ces particules peuvent être inhalées ou atteindre la bouche, le nez ou les yeux d’une personne par contact ou dépôt direct (c’est-à-dire en toussant dessus). Le risque d’infection est le plus élevé lorsque les personnes sont à proximité pendant une longue période, mais les particules peuvent être inhalées sur de plus longues distances, en particulier à l’intérieur dans des espaces mal ventilés et surpeuplés. Dans ces conditions, de petites particules peuvent rester en suspension dans l’air pendant des minutes ou des heures. Toucher une surface ou un objet contaminé peut entraîner une infection bien que cela ne contribue pas substantiellement à la transmission. Les personnes infectées peuvent transmettre le virus à une autre personne jusqu’à deux jours avant qu’elles ne présentent elles-mêmes des symptômes, tout comme les personnes qui ne présentent pas de symptômes. Les personnes restent contagieuses jusqu’à dix jours après l’apparition des symptômes dans les cas modérés et jusqu’à vingt jours dans les cas graves.

Plusieurs méthodes de test ont été développées pour diagnostiquer la maladie. La méthode de diagnostic standard consiste à détecter l’acide nucléique du virus par amplification en chaîne par polymérase par transcription inverse en temps réel (rRT-PCR), amplification médiée par la transcription (TMA) ou par amplification isotherme médiée par la boucle de transcription inverse (RT-LAMP) à partir d’un écouvillon nasopharyngé.

Les mesures préventives comprennent l’éloignement physique ou social, la mise en quarantaine, la ventilation des espaces intérieurs, la couverture de la toux et des éternuements, le lavage des mains et le maintien des mains non lavées loin du visage. L’utilisation de masques faciaux ou de couvertures a été recommandée dans les lieux publics pour minimiser le risque de transmission.

Alors que des travaux sont en cours pour développer des médicaments qui inhibent le virus (et plusieurs vaccins contre celui-ci ont été approuvés et distribués dans divers pays, qui ont depuis lancé des campagnes de vaccination de masse), le traitement primaire est symptomatique. La prise en charge implique le traitement des symptômes, des soins de soutien, l’isolement et des mesures expérimentales.

2.Stratégies

Les mesures préventives pour réduire les risques d’infection comprennent se faire vacciner, rester à la maison, porter un masque en public, éviter les endroits bondés, se tenir à distance des autres, ventiler les espaces intérieurs, gérer les durées d’exposition potentielles, se laver les mains à l’eau et au savon souvent et pendant au au moins vingt secondes, en pratiquant une bonne hygiène respiratoire et en évitant de se toucher les yeux, le nez ou la bouche avec des mains non lavées.

Les personnes diagnostiquées avec COVID-19 ou qui pensent qu’elles peuvent être infectées sont invitées par le CDC à rester à la maison, sauf pour obtenir des soins médicaux, à appeler à l’avance avant de consulter un fournisseur de soins de santé, à porter un masque facial avant d’entrer dans le bureau du fournisseur de soins de santé et dans n’importe quelle pièce ou véhicule avec une autre personne, couvrir la toux et les éternuements avec un mouchoir, se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon et éviter de partager des articles ménagers personnels.

Le premier vaccin COVID-19 a reçu l’approbation réglementaire le 2 décembre par le régulateur britannique des médicaments MHRA. Il a été évalué pour le statut d’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) par la FDA américaine et dans plusieurs autres pays. Initialement, les directives des National Institutes of Health des États-Unis ne recommandent aucun médicament pour la prévention du COVID-19, avant ou après l’exposition au virus SARS-CoV-2, en dehors du cadre d’un essai clinique. Sans vaccin, sans autres mesures prophylactiques ou traitements efficaces, un élément clé de la gestion du COVID-19 consiste à essayer de diminuer et de retarder le pic épidémique, connu sous le nom d’« aplatissement de la courbe ». Cela se fait en ralentissant le taux d’infection pour diminuer le risque. des services de santé étant débordés, permettant un meilleur traitement des cas actifs et retardant les cas supplémentaires jusqu’à ce que des traitements efficaces ou un vaccin soient disponibles.

3.Analyse des politiques rwandaises du covid-19

Les lignes ci-dessous sont protégées par la mise en œuvre de ces normes de l’organisation mondiale de la santé pour freiner la pandémie de covid-19 au Rwanda.

3.1.Des statistiques contestables

Dans un hôpital situé dans la province du nord, une expertise médicale signalait qu’une victime d’un accident de la circulation était décédée des suites du covid-19. Les parents du défunt s’en sont plaints du fait que les compagnies d’assurance ne paieraient pas les dommages, la cause du décès n’étant pas un accident de circulation ; les autorités hospitalières ont alors été contraintes de changer d’avis et ont délivré une nouvelle expertise. Grâce à nos échanges avec certains membres du personnel du Rwanda Biomedical Center, notamment des médecins travaillant dans le domaine de l’enquête pandémique, nous avons réussi à savoir que les statistiques publiées sont généralement fausses mais qu’elles servent à intimider la population et à berner les bailleurs de fonds qui financent les budgets des pays souffrant des effets de la pandémie de covid-19 sur leurs économies. En effet, sans aucun doute, tout observateur se demande pourquoi l’Ouganda et le Rwanda se comportent comme des îles isolées alors qu’ils sont enclavés alors que les pays voisins comme la Tanzanie ; Kenya ; Burundi ; Soudan du sud ; La République Démocratique du Congo semblent ne pas être tellement inquiétés par cette grippe éphémère. Un ami du personnel qui publie ces statistiques a révélé que ces chiffres sont simplement inventés à des fins politiques et financières au détriment des droits des citoyens et des pertes énormes.

3.2.Absence d’étude d’impact

Toutes les mesures ont été prises en violation des droits humains des citoyens telles que l’interdiction de circuler dans les quartiers ; la consommation de boissons alcoolisées ; limiteur les distances sociales ; porter des masques et se laver les mains. Cependant, aucune étude n’a été réalisée pour rendre compte de leurs impacts respectifs sur la propagation ou la limitation de la pandémie à travers le pays. Par conséquent, on se demande des paramètres sur lesquels l’État fonde ses résolutions pour alléger ou aggraver les clauses de limitation vis-à-vis des citoyens rwandais.

3.3. Des solutions absurdes

Une série d’alternatives ont été prises par le gouvernement rwandais pour freiner la propagation de cette pandémie. Quelle est leur réelle efficacité pour produire des résultats tangibles.

1) Interdiction des bars et des boissons alcoolisées

Les personnes qui consomment des boissons alcoolisées sont sévèrement sanctionnées par de lourdes amendes tandis que celles qui boivent des limonades sont tolérées comme si la boisson alcoolisée contenait du covid. Le consommateur d’une boisson alcoolisée est immédiatement arrêté et détenu et il ne sera libéré qu’après avoir payé 15OOO Rwf ; le propriétaire du restaurant qui a servi l’alcool est condamné à une amende de 450 mille, une amende dissuasive qui entraîne la fermeture définitive de son entreprise.

2) Interdiction des déplacements entre les districts

Les gens restent dans leurs districts et s’ils sont contaminés ils continuent à s’infecter et finalement toute la population de la municipalité est  atteinte car le virus n’a pas été maîtrisé à l’intérieur du district.

3) Interdiction du culte et des réunions religieuses

Dans certains districts spécifiés, les cérémonies religieuses et les réunions de service sont absolument interdites ; dans d’autres, elles sont limitées à 30 % du nombre ordinaire alors que les marchés sont ouverts où vendeurs et acheteurs se touchent pour échanger des marchandises et des billets de banque.

4) Lavage des mains et habillage des masques

La seule chose que les gens réussissent est de se laver les mains mais comme beaucoup de personnes touchent les robinets, cela n’assure pas la sécurité. Comme les masques perturbent la respiration libre, peu de personnes mettent correctement leurs masques et leur perméabilité n’assure pas à 100%.

5) Distanciation sociale

La distanciation sociale d’un mètre au moins empêche l’accès du virus car selon les spécialistes contrairement à d’autres virus microscopiques, ce virus est lourd qu’il tombe avant d’atteindre un objectif situé à un mètre de distance ; comme solution il est conseillé de faire une distance entre personnes évitant leurs contacts directs.

Pour que cela soit possible, les bus doivent transporter 50% de leurs passagers ordinaires. On se demande alors s’il est possible de mettre un mètre de distance dans une voiture tandis que des motos et des vélos dont la taille ne dépasse pas 1 mètre continuent de transporter des clients; les salons de coiffure où les clients et les coiffeurs sont étroitement assis ne sont pas inquiets.

6) Éviter les espaces intérieurs bondés et la ventilation

Le CDC recommande d’éviter les espaces intérieurs bondés. À l’intérieur, l’augmentation du taux de renouvellement d’air, la diminution de la recirculation de l’air et l’augmentation de l’utilisation de l’air extérieur peuvent réduire la transmission. L’OMS recommande une ventilation et une filtration de l’air dans les espaces publics pour aider à éliminer les aérosols infectieux. Les particules respiratoires exhalées peuvent s’accumuler dans les espaces clos avec une ventilation inadéquate. Le risque d’infection au COVID-19 augmente en particulier dans les espaces où les gens font un effort physique ou élèvent la voix (par exemple, faire de l’exercice, crier, chanter) car cela augmente l’expiration des gouttelettes respiratoires. Une exposition prolongée à ces conditions, généralement plus de 15 minutes, augmente le risque d’infection.

Cette solution efficace est mise à mal avec les élèves des cycles primaire et secondaire qui doivent emprunter des bus pour aller ou sortir des écoles qui s’attroupent dans les gares routières ; des marchés ouverts où acheteurs et vendeurs ne peuvent matériellement pas respecter la distanciation sociale

7) Couvre-feu

Désormais, les gens sont obligés d’être chez eux au plus tard à 18h et de quitter leur domicile après 4h du matin. Le problème non encore abordé est celui des relations entre la propagation du covid-19 et les heures nocturnes où néanmoins les gens ne se rassemblent plus car ils ont tendance à aller se coucher.

Cette alternative absurde est une grave violation des droits fondamentaux des citoyens alors qu’aucune explication rationnelle n’est fournie et porte préjudice à toutes les activités lucratives telles que l’hôtellerie ; le tourisme ; restaurants ; supermarchés ;pour ne citer que ceux-là ;provoquent des accidents de la route dus à des conducteurs pressés de ne pas dépasser le délai au-delà duquel les sanctions pécuniaires incommensurables les attendent .

Conclusion

Compte tenu de ce qui précède, la pandémie de covid-19 a été l’occasion pour le Rwanda d’enfreindre les droits humains des citoyens, notamment d’appauvrir les populations pauvres rwandaises qui meurent de faim alors que toutes les voies du marché sont fermées. Pire, les solutions décidées par les maîtres de Kigali sont pour la plupart absurdes et aident la clique dirigeante à couvrir les détournements de fonds qu’ils reçoivent régulièrement des donateurs alors qu’en attendant ils haussent des impôts contre les commerçants qui ont déjà perdu leurs économies ; les enfants scolarisés ont subi une année blanche tandis que leurs enfants des dignitaires ont été autorisés à suivre des cours en ligne programmés par leurs écoles payantes (Ecole Belge ; La Riviera ; Green Hills Academy ; Ecole Française Saint Exupéry, etc.) à l’intérieur ou à l’étranger ; le personnel des établissements privés qui ont été automatiquement suspendus par leurs employeurs qui n’étaient plus en mesure de respecter les engagements contractuels.

LEAVE A REPLY