Rapport des Nations Unies: L’Implication du Rwanda dans l’Est du Congo

Une récente enquête des Nations Unies révèle que jusqu’à 4 000 soldats rwandais, équipés d’armes sophistiquées, ont traversé secrètement la frontière vers l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). Ces combats ont exacerbé une crise humanitaire majeure dans la région. Selon le rapport de 296 pages soumis au Conseil de sécurité de l’ONU ce mois-ci, les affrontements ont forcé un million de personnes à fuir leurs foyers au cours des neuf derniers mois, beaucoup cherchant refuge dans les camps surpeuplés autour de Goma, près de la frontière rwandaise.

Le rapport accuse le gouvernement rwandais de violer la souveraineté de la RDC et d’enfreindre un embargo sur les armes en soutenant la milice rebelle M23 contre les forces militaires congolaises. Les experts de l’ONU estiment que les troupes rwandaises, chiffrées entre 3 000 et 4 000 soldats, surpassent maintenant en nombre les combattants du M23, estimés à environ 3 000.

Les forces rwandaises ont pris des positions clés, notamment autour de Sake, une ville stratégique à 25 kilomètres de Goma. Leur intervention a joué un rôle crucial dans l’extension dramatique du territoire contrôlé par les rebelles, qui a augmenté de 70 % depuis novembre. L’encerclement de Goma par les forces du M23 et du RDF a entrainé des affrontements persistants et des bombardements massifs, causant de lourdes pertes civiles et des déplacements massifs de populations.

Plusieurs gouvernements occidentaux, dont ceux des États-Unis, de la France, de la Belgique et de l’Union européenne, ont appelé le Rwanda à retirer ses troupes. Cependant, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, proche du président rwandais Paul Kagame, n’a fait aucune déclaration à ce sujet. Le ministère des Affaires mondiales du Canada n’a pas répondu aux questions concernant son soutien à cette demande de retrait.

Le gouvernement rwandais n’a jamais confirmé la présence de ses troupes en RDC. Des publications contrôlées par l’État rwandais, comme The New Times, ont critiqué le rapport de l’ONU, le qualifiant de biaisé. Néanmoins, les experts de l’ONU ont basé leur évaluation sur des sources variées et fiables, incluant des vidéos, des témoignages et des photos authentifiées montrant des troupes rwandaises en RDC.

Depuis 2022, la rébellion soutenue par le Rwanda a déplacé 2,2 millions de personnes dans l’est de la RDC. Le Rwanda a utilisé des armes avancées, y compris des missiles sol-air et des mortiers embarqués sur drones, endommageant notamment un avion congolais à l’aéroport de Goma.

Les rebelles ont également étendu leur contrôle sur les sites miniers autour de Rubaya, une ville riche en minerais comme le coltan, crucial pour les chaînes d’approvisionnement mondiales en téléphones portables et ordinateurs portables. Une partie de ces minerais est ensuite passée en contrebande vers le Rwanda, qui a enregistré une augmentation sans précédent de ses exportations de coltan l’année dernière. Le Rwanda a également construit une raffinerie d’or à Kigali, sans procédures adéquates pour tracer l’origine de l’or, augmentant les risques de commerce illicite.