Reévaluer les Relations États-Unis-Rwanda à la Lumière des Révélations de « Rwanda Classified »

Norman Ishimwe Sinamenye, président de Jambo asbl et membre du World Liberty Congress

L’article récemment publié par Norman Ishimwe Sinamenye, président de Jambo asbl et membre du World Liberty Congress, sous le titre «Rwanda Classified investigation adds to rethinking of U.S. strategic partnership with Kagame », offre une analyse approfondie des révélations troublantes contenues dans l’enquête intitulée « Rwanda Classified ». Publiée le 28 mai 2024 par un consortium de 50 journalistes de 17 pays réunis sous la bannière de Forbidden Stories, cette enquête met en lumière la répression transnationale du régime rwandais, y compris sur le sol américain, ainsi que son déploiement clandestin de soldats en République Démocratique du Congo (RDC).

Les Révélations de « Rwanda Classified »

Les révélations de « Rwanda Classified » sont alarmantes : entre 3 000 et 5 000 soldats rwandais ont été secrètement déployés en RDC pour mener une guerre agressive aux côtés du groupe rebelle M23, tristement célèbre pour ses atrocités de masse. Cette situation met en question le partenariat stratégique entre les États-Unis et le Rwanda, en particulier la formation et le soutien de l’armée rwandaise par les États-Unis. Ces révélations arrivent à un moment où les gouvernements occidentaux commémorent avec solennité le 30e anniversaire du génocide de 1994, nourrissant un sentiment de culpabilité qui a conduit à une admiration peut-être excessive pour le président rwandais Paul Kagame.

Le Rôle de la Culpabilité Occidentale

Sinamenye souligne que cette culpabilité a amené les États-Unis et d’autres gouvernements occidentaux à accorder un soutien aveugle à Kagame, célébré pour avoir mis fin au génocide et reconstruit le pays. Cette reconnaissance internationale a permis au régime de Kagame de manipuler le récit historique, imputant la responsabilité de la tragédie de 1994 à la communauté internationale tout en masquant ses propres actions controversées, notamment son rôle dans l’attaque de l’avion du président rwandais, déclencheur du génocide, et les crimes de guerre commis par ses forces.

L’Impact de la Réalpolitik

Le soutien des États-Unis à Kagame s’inscrit dans une logique de realpolitik, visant à maintenir la stabilité et l’accès aux ressources stratégiques de la région des Grands Lacs africains. Cette approche a transformé Kagame en ce que le New York Times appelle « le dictateur préféré de l’élite mondiale », un dirigeant perçu comme garant de l’ordre et du développement économique. Toutefois, cette perception néglige les invasions répétées du Rwanda en RDC, déclenchant des conflits meurtriers et des accusations de crimes contre l’humanité.

Les Victimes de la Répression

L’article de Sinamenye humanise les victimes de cette realpolitik, en particulier John William Ntwali, journaliste indépendant dont la mort suspecte a motivé l’enquête de Forbidden Stories. Les investigations de Ntwali dénonçaient des injustices flagrantes et la répression du régime, révélant une réalité sombre loin de l’image de transformation positive souvent véhiculée. Cependant, sa mort, tout comme celle du chanteur de gospel Kizito Mihigo, est passée largement inaperçue sur la scène internationale.

Les Répercussions sur les Relations USA-Rwanda

Le cas de Paul Rusesabagina, héros du film « Hotel Rwanda », kidnappé par le gouvernement rwandais, a eu des répercussions plus significatives sur les relations USA-Rwanda. Washington a exercé des pressions diplomatiques et suspendu l’assistance militaire, désignant le Rwanda comme un État preneur d’otages. Une enquête de 2022 par l’OCCRP a révélé que les États-Unis étaient au courant des opérations de renseignement rwandaises contre des dissidents depuis au moins 2011, sans pour autant réduire leur aide bilatérale.

Nécessité d’un Réexamen des Politiques Américaines

Face aux preuves accablantes de l’implication rwandaise dans le soutien au M23 en RDC, il est impératif que les États-Unis réexaminent leur partenariat stratégique avec le Rwanda. Sinamenye propose plusieurs mesures, dont l’imposition de sanctions supplémentaires contre les militaires rwandais impliqués, la suspension de la participation de l’armée rwandaise aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, et l’arrêt des partenariats militaires bilatéraux. Un embargo militaire pourrait également limiter la capacité du régime rwandais à poursuivre ses opérations en RDC.

L’article de Norman Ishimwe Sinamenye met en lumière les contradictions et les dilemmes de la politique étrangère américaine vis-à-vis du Rwanda. Les révélations de « Rwanda Classified » exigent une réponse cohérente et déterminée de la part des États-Unis, afin de mettre fin à la répression et à la déstabilisation régionale orchestrées par le régime de Kagame. Une réévaluation des relations USA-Rwanda est non seulement nécessaire, mais impérative pour promouvoir une paix durable dans la région des Grands Lacs africains.