Relations Burundi-Union Européenne: Kigali lieu de rendez-vous des anti- réchauffement!

Le 02/02/2021 tant la presse locale qu’internationale rapportait que le Ministre burundais des Affaires Étrangères et de la Coopération au Développement (MAECD), Monsieur Albert Shingiro recevant M. BOCHU Claude, Ambassadeur de l’Union Européenne (EU) au Burundi,et organisait une activité d’échange ou de dialogue avec l’Union Européenne (UE) au Burundi. Les ambassadeurs de 4 états membres de l’UE, résidents au Burundi : la France, la  Belgique, l’Allemagne et les  Pays-Bas étaient associés. Ceci consistait à entrevoir comment reprendre la Coopération directe entre le Burundi et l’UE, stoppée en 2016. Ce dialogue s’est clôturé par un communiqué de presse conjoint signé par les 2 parties. 

Aussitôt la nouvelle répandue, les opposants au régime actuel au Burundi vivant en Occident ainsi que leurs amis ont vivement protesté en estimant que l’Union Européenne de devrait pas renouer le relations avec le Burundi car non démocratique, Ainsi, 43 euro-députés conduits par l’euro-députée belge Marie Arena ont adressé une lettre de protestation et de mise en garde au Commissaire Européen charge de la Diplomatie pour s’opposer à cette probable reprise des relations avec le Burundi. 

https://mariearena.eu/wp-content/uploads/2021/02/Letter-to-High-Commissioner-on-the-situation-in-Burundi.pdf

Jusqu’ici on pourrait dire que c’est de bonne guerre car les opposants ne font que leur devoir et les lobbies qui les soutiennent le  leur. Mais le plus étonnant c’est de découvrir que ces deux acteurs dans les affaires du Burundi se donnent rendez-vous à Kigali pour finaliser leur plan de mettre les batons dans les roues de la machine de la reprise des bonnes relations entre le Burundi et l’UE qui commencent à tourner. 

Ce constat pose un problème. Au delà des liens que l’opposant burundais peut entretenir avec certains parlementaires européens, on est en droit de se demander pourquoi ces relations personnelles peuvent-elles influer sur les décisions en rapport avec la reprise du dialogue entre le Burundi et l’Union Européenne. Le timing de la protestation de ces parlementaires menés par la belge Marie Arena interpelle d’autant plus qu’il correspond à la publication des recommandations d’autres parlementaires européens sur le cas  de Paul Rusesabagina un citoyen de l’Union Européenne kidnappé et ramené au Rwanda en août 2020.

https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/RC-9-2021-0130_FR.html

Mais le plus étrange est que ceux qui s’opposent à la reprise du dialogue entre l’UE et le Burundi  se donnent rendez-vous justement à Kigali où le régime est plus chargé que celui du Burundi mais jouissant de l’impunité depuis sa prise du pouvoir par les armes en 1994.

Par Ruvyogo Michel

Source: Burundi Forum, 09 fevrier 2021

LEAVE A REPLY