RWANDA-RDC: LES FDU-INKINGI DENONCENT LE CYNISME ET L’ARROGANCE DU PRESIDENT KAGAME

COMMUNIQUE DE PRESSE

Lors d’un entretien accordé à la télévision France24 et à la Radio France Internationale (RFI) à l’occasion de sa visite en France du 17 au 19 mai 2021, le président Paul Kagame s’est montré très cynique et arrogant lorsqu’il a été interrogé sur les crimes commis par les troupes rwandaises en République démocratique du Congo. Le président Kagame a déclaré que « il n’y a pas eu de crime, absolument pas, que ce soit par les personnes évoquées ou les pays cités. C’est la théorie du double génocide qui est à l’œuvre ».

Cette attitude désinvolte et insensible face aux souffrances des peuples est indigne d’un président de la République. Ceci montre clairement que ce président, dont on sait qu’il est impliqué au plus haut point dans ces crimes, est d’une insensibilité hors normes. Les FDU-INKINGI condamnent ce cynisme et ce mépris provocateur envers les victimes congolaises et rwandaises.

Le Rapport Mapping documente bien les faits précis des crimes commis contre les réfugiés rwandais en République démocratique du Congo et contre les populations locales. Ce ne sont pas les dénégations du président Kagame qui changeront la réalité historique des crimes auxquels s’est livré l’armée de Kagame au Rwanda et en République démocratique du Congo. Par ailleurs de nombreux rescapés de ces massacres commencent à témoigner et vont continuer à le faire. Les FDU-INKINGI considèrent que l’essentiel de ces crimes constituent un génocide commis contre les Hutus, génocide en attente d’une reconnaissance officielle. 

Les FDU-INKINGI sont solidaires du peuple congolais dont elles partagent la douleur. En particulier, elles encouragent le Dr Denis MUKWEGE à aller de l’avant, à poursuivre son combat pour la justice et la fin de l’impunité dans la région, et spécialement dans les provinces du KIVU.

Les officiels rwandais, en particulier Paul Kagame, qui le traitent d’adepte de la théorie du double génocide cherchent à le faire taire et ternir son image honorée par la communauté internationale. Ils devraient plutôt livrer à la justice tous ceux qui se sont rendus coupables d’actes criminels relevés dans le Rapport Mapping. Chercher à leur garantir l’immunité ne ferait qu’aggraver la douleur des survivants et pérenniser les tensions dans la Région des Grands lacs d’Afrique Centrale.

Interrogé sur les cas de Monsieur Paul RUSESABAGINA, héros de l’Hôtel Rwanda (kidnappé à Dubaï et emmené à Kigali par les services secrets rwandais) et sur le chanteur Kizito MIHIGO (arrêté par les services de sécurité et retrouvé mort dans sa cellule de la prison) le président Kagame , sur un même ton cynique et arrogant, a déclaré que le premier est un criminel et rejette toute enquête indépendante visant à faire la lumière sur la mort du second.

Les FDU-INKINGI rappellent que le rôle d’un président de la République digne de ce nom est de créer les conditions d’une justice juste et indépendante. Ce n’est donc pas au président Kagame qu’il revient de condamner d’avance et de qualifier de « criminels » les personnes suspectes et non encore jugées. 

Les FDU-INKINGI rappellent également que Paul Kagame et son parti politique le FPR sont moralement mal placés pour continuer à qualifier de tous les maux , toute personne qui exprime une voix critique.

Les FDU-INKINGI réaffirment par ailleurs qu’une enquête indépendante internationale est nécessaire pour éclairer la justice, rechercher la vérité sur les homicides récurrentes, les disparitions forcées, les prisons secrètes (safe Houses) et la torture qui ont lieu continuellement sur le sol rwandais.

Le président Kagame a déclaré qu’il serait important que la France s’excuse pour son rôle dans le génocide. 

Les FDU-INKINGI considèrent que la France peut s’excuser auprès du peuple rwandais pour n’avoir pas fait assez, et notamment pour être partie trop tôt avant l’application des accords de paix d’Arusha, mais elles restent reconnaissantes de l’action exceptionnelle de la France, le seul pays qui est intervenu au moment crucial pour sauver des vies, alors que le FPR et certains de ses sponsors s’activaient énergiquement pour empêcher toute intervention militaro-humanitaire. 

Il est à noter cependant que, depuis juillet 1994, beaucoup de rwandais continuent de mourir à la suite des exactions de la dictature sanguinaire du régime de Kagame. L’humanité aura encore failli une deuxième fois, et si rien n’est fait, d’autres excuses seront présentées à l’avenir.

Fait à Rouen,  le 27 mai 2021

Théophile MPOZEMBIZI

Commissaire FDU-INKINGI chargé de l’Information et de la Communication 

[email protected] ; [email protected] 

LEAVE A REPLY