Mandela a été élevé dans un palais royal, mais a appris à être humble et à être au service des autres avant d’aspirer à devenir leur Chef

Par Um’Khonde Habamenshi

Imaginez que vous soyez né dans un petit village d’Afrique du Sud. Imaginez que vous apparteniez à une lignée royale des Xhosas mais que vos éducateurs aient inculqué en vous l’importance d’être humble et d’être toujours au service des autres. Imaginez que vous ayez étudié le droit et vous étiez installé à Johannesburg pour devenir avocat. Imaginez que l’Apartheid soit promulgué comme la loi nationale de votre pays et que vos mouvements soient soudain restreints et contrôlés et que vos libertés civiles les plus élémentaires vous soient soudainement et arbitrairement arrachées. Imaginez que vous refusiez d’accepter de vivre sous le joug de ce système qui avilisse les gens sur la seule base de leur couleur de peau. Imaginez que vous rejoignez les mouvements qui défient l’ordre établi. Avec le recul, auriez-vous pris le même chemin si vous aviez su dans ces premiers jours que vous étiez en train de vous engager dans une lutte qui allait complètement happer votre vie?

Aujourd’hui, je suis inspiré par Nelson Rolihlahla Mandela, né le 18 juillet 1918 en Afrique du Sud.

Il faut reconnaitre qu’il est difficile de raconter l’histoire de Madiba en quelques mots. Quand j’ai lu son autobiographie « Un long chemin vers la liberté » il y a de cela une vingtaine d’années, j’ai pensé que je savais tout ce qu’il y avait à savoir sur cet ancien prisonnier politique devenu le premier président noir de son pays. Pourtant, chaque fois que j’écoute ses discours et ses interviews, ou que je lis ses écrits, livres et articles écrits sur lui, je découvre que je ne connais qu’une fraction de sa vie.

Sa vie était si grandiose et ses réalisations si extraordinaires, il nous faudra probablement toute notre vie pour apprécier pleinement ce que cet homme emblématique représente pour nous, notre génération, la prochaine génération, pour notre continent et pour le monde. Pourtant nous nous devons de faire ce voyage éducatif autant de fois qu’il faut, et aujourd’hui je vais me lancer dans ce périple pour la énième fois de ma vie.

Mais nous ne le ferons pas en une seule traite. Comme cette année entière sera consacrée à ce grand homme, nous allons suivre son histoire à petits pas. Nous visiterons sa vie en quatre chapitres.

Aujourd’hui, je vais parler de ses premières années dans ce monde, les années avant qu’il ne soit pleinement engagé dans la lutte. Oui, mes amis, il n’est pas né dans la lutte, bien qu’il soit appelé «Rolihlahla», ce qui signifie «fauteur de troubles» en Xhosa.

Chapitre 1 : Monsieur le Fauteur de Troubles.

Mandela est né dans un petit village appelé Mvezo, petite communauté rurale à une cinquantaine de miles au sud de Johannesburg. Son père, Gadla Henry Mphakanyiswa, était le chef de Mvezo. Malgré son appartenance à la maison royale des Thembu, il a reçu une éducation très modeste et très stricte. Sa vie a été façonnée par la coutume, les rituels culturels et les tabous de la société.

« C’était l’alpha et l’oméga de notre existence, et cela ne devait jamais être remis en question. Les hommes suivaient le chemin tracé par leurs pères et les femmes menaient la même vie que leurs mères avaient mené avant elles.  »

Il avait à peine neuf ans quand son père est brusquement mort après une courte maladie et le jeune garçon a été envoyé vivre avec son oncle le roi. En effet, dès que le roi Jongintaba Dalindyebo avait appris le décès du père de Mandela, il avait offert de devenir son tuteur.

Au palais royal de Mqhekezweni, Mandela était traité comme les autres enfants du chef et avait les mêmes avantages qu’eux. Et les mêmes obligations. Le chef Jongintaba tenait à ce que ses enfants apprennent à servir avant d’apprendre à gouverner.

C’était à cette époque à Mqhekezweni que Mandela a commencé à développer un intérêt pour l’histoire africaine. Il découvrit ainsi les histoires de héros Xhosa et d’autres héros africains tels que Sekhukhune, roi du Bapedi, Moshoeshoe, roi de Basotho, Dingane, roi des Zoulous, et beaucoup d’autres. Son imagination a été particulièrement enflammée par les grands hommes qui ont lutté contre la domination occidentale.
Son oncle tenait à ce que le jeune Mandela reçoive la meilleure éducation, car il était destiné à être conseiller du fils du roi.

Quand il a passé ses examens de fin d’études secondaires, Mandela a été admis à Clarkebury. Fondé en 1825, l’institut Clarkebury était à cette époque l’ecole la plus avancée pour les Africains dans la région de Xhosa.

Clarkebury était construit sur une terre donnée par son ancêtre, le grand roi Thembu Ngubengcuka, Malgré cela, Mandela n’était pas traité différemment des autres élèves au contraire. C’était une leçon d’humilité importante pour le jeune homme.

« Je me suis vite rendu compte que je devais me frayer un chemin en fonction de mes capacités, pas de mon héritage. »

En 1937, le jeune homme de dix-neuf ans s’est inscrit au Collège Wesleyan à Fort Beaufort, après quoi il a été admis à étudier le droit au Collège universitaire de Fort Hare. En 1939, Mandela a déménagé à Johannesburg pour essayer de devenir avocat.

C’est alors qu’il a été présenté à un jeune avocat qui allait devenir un ami et un camarade pour la vie : Walter Sisulu.

La maison de Walter Sisulu était toujours pleine de membres du Congrès National Africain et d’autres activistes. En 1944, Mandela a participé à la formation de la Ligue de la jeunesse. Mais ce n’est qu’en 1947, lorsqu’il a été élu au Comité exécutif de l’ANC du Transvaal, qu’il est devenu vraiment politique et engagé dans le parti.

Mais toute sa vie ne tournait pas qu’autour de la politique. C’est à la maison de Sisulu qu’il a rencontre une jeune fille nommée Evelyn, une de leurs parentes. Il est rapidement tombe amoureux d’elle, et quelque mois après, ils étaient mariés.

Leur premier fils Madiba Thembekile est né en 1946.

« J’ai aimé la domesticité, même si j’avais peu de temps pour cela. Je me plaisais à jouer avec Thembi, à le baigner et à le nourrir, et à le mettre au lit avec une petite histoire. En fait, j’aime jouer avec les enfants et bavarder avec eux; cela a toujours été l’une des choses qui me fait le plus me sentir en paix. J’aimais me détendre à la maison, lire tranquillement, en admirant les odeurs savoureuses émanant des casseroles qui bouillaient dans la cuisine. Mais j’étais rarement à la maison pour profiter de ce genre de moments de détente là.  »

Leur première fille, Makaziwe, est née en 1947. Elle était très frêle et maladive dès sa naissance. Et malheureusement, le bebe n’a jamais pas pu atteindre son premier anniversaire. Makaziwe est décédée à l’âge tendre de neuf mois. Ce fut une période très difficile pour le jeune couple. Evelyn était complètement désemparée et avait du mal à gérer tout le chagrin.

La situation politique et sociale de son pays n’a pas permis à Mandela de s’asseoir a la maison et de prendre le temps de faire convenablement le deuil de sa fille. Les temps étaient en train de changer en Afrique du Sud et les choses allaient de mal en pis pour tous les citoyens non-blancs du pays. C’était 1948 et l’Apartheid venait d’etre promulgué comme la loi nationale de l’Afrique du Sud.

« L’apartheid était un nouveau terme mais une vieille idée. Cela signifie littéralement « l’aparté » et ce n’était que la codification en un système oppressif de toutes les lois et de tous les règlements qui avaient maintenu les Africains dans une position inférieure à celle des Blancs pendant des siècles.  »

L’ANC été parmi les fers de lance de l’opposition contre ce système. En 1950, le Congrès National Africain a décidé d’organiser une grande manifestation de masse à l’échelle nationale, appelée le Jour de la protestation.

« J’apprenais au fur et à mesure a quel point la Lutte était dévorante. Un homme impliqué dans la lutte était un homme sans vie à la maison. C’est au milieu de ces jours de protestation que mon deuxième fils, Makgatho Lewanika, est né. Un jour, pendant cette même période, ma femme m’a informé que mon fils aîné, Thembi, alors âgé de cinq ans, lui avait demandé : « Où habite papa ?» Je rentrais chez moi tard dans la nuit, longtemps après s’être endormi, et partir tôt le matin avant qu’il ne se réveille. Je n’ai jamais aimé être privé de la compagnie de mes enfants. Je leur ai beaucoup manqué pendant ces jours, bien avant que je ne réalise que j’aller un jour passer des décennies séparé d’eux.”

Pour maintenir la pression, l’ANC a organisé une manifestation encore plus grande en 1952 appelée «la Campagne du Défi ». Très symboliquement, la Campagne du Défi a été organisée à l’occasion de l’anniversaire de la première journée nationale de protestation.

En réponse a ce mouvement de masse, le gouvernement a décidé de s’en prendre contre les dirigeants de la manifestation, y compris Mandela. Mandela et 20 autres dirigeants du mouvement devaient être arrêtés en juillet 1952 et jugés quelques mois plus tard.

C’était la première fois dans les nombreuses arrestations et procès qui l’ont finalement conduit, des années plus tard, à être emprisonné à Robben Island. Après un proces de trois mois hautement médiatisé, les accusés ont été reconnus coupables de «communisme statutaire» et condamnés à neuf mois d’emprisonnement avec travaux forcés, une peine qui a été suspendue pour deux ans.

Sa vie dans la Lutte avait ainsi commencé. Bien que la campagne de Défiance n’ait pas été le succès qu’ils avaient voulu, c’était une période marquante dans la vie de ce jeune homme politique:

« La campagne ne s’est jamais étendue au-delà de la phase initiale de petits lots de défenseurs principalement urbains. Nous étions encore des amateurs. Je ressentais néanmoins un grand sentiment d’accomplissement et de satisfaction: je m’étais engagé dans une cause juste et j’avais la force qu’il fallait pour me battre et gagner. La Campagne m’a libéré de ce sentiment persistant de doute de moi-même ou complexe d’infériorité que je ressentais parfois. Elle m’a libéré du sentiment d’être soumis au pouvoir et casse l’idée de l’invincibilité apparente de l’homme blanc et de ses institutions. Maintenant, l’homme blanc avait senti le pouvoir de mes coups et je pouvais marcher tout droit comme un homme et regarder tout le monde dans les yeux avec la dignité qui vient du fait de ne pas avoir succombé à l’oppression et à la peur. Je venais de devenir majeur en tant que combattant de la liberté.  »

Leçons du Chapitre 1

Que pouvons-nous retenir de ces années fondatrices du caractère de mon héros ?

– L’importance de nos noms. Son nom de naissance, Rolihlahla, le fauteur de trouble, était parfaitement indiqué pour notre héros. Son nom Nelson aussi avait son importance pour des raisons différentes. Mandela reçut le nom de baptême « Nelson » quand a commencé à fréquenter l’école. A cette époque, les Blancs n’étaient pas capables ou désireux d’apprendre des patronymes africains et les enfants finissaient par avoir un nom pour l’école et un nom pour la maison.

– Mandela a été élevé dans un palais royal, mais a appris à être humble et à être au service des autres avant d’aspirer à devenir leur Chef

– Sa vie privée a été marquée par une tragédie personnelle depuis son enfance. Son père est décédé quand il avait neuf ans et il a perdu son deuxième enfant juste au début de son premier mariage.

– Mandela n’est pas devenu politique jusqu’à ce qu’il s’installe à Johannesburg à la fin des années 1930. Sa vie politique a commencé en tant qu’un jeune activiste et c’est plus trad qu’il a gravi les échelons dans les rangs de l’ANC

– L’implication de Mandela dans la politique signifiait voir peu de sa famille, ce qui l’a profondément affecté

– Son implication dans la campagne de défiance l’a amené devant le tribunal en 1952, le premier des nombreux procès qui ont finalement été emprisonnés dans l’infâme Robben Island pendant 27 ans.

Si vous vous comptez parmi les héritiers de cet homme extraordinaire, laissez-moi vous souhaiter un bon anniversaire.

Malheureusement, je dois vous confesser que nos célébrations n’impliqueront aucun feu d’artifice, de ballons colorés ni de vuvuzela ; nous célèbrerons en travaillant, et travaillant encore plus, toujours plus!

Pourquoi ? Car nous avons 365 jours pour nous libérer, libérer les autres et servir tous les jours. Après tout, ne sommes-nous pas ses Héritiers ?

LEAVE A REPLY