La Fondation Lantos demande des sanctions Magnitski dans l’affaire Paul Rusesabagina

L’opposant politique Paul Rusesabagina assiste à une audience au tribunal à Kigali, au Rwanda, le 26 février 2021. La Chambre spéciale chargée de juger les crimes internationaux et transnationaux au sein de la Haute Cour du Rwanda a décidé qu’elle était compétente pour le juger. © 2021 AP Photo/Muhizi Olivie

PÉTITION FORMELLE DÉPOSÉE POUR UNE ACTION AMÉRICAINE CONTRE DES OFFICIELS RWANDAIS COMPLICES DE SON ENLÈVEMENT

7 juin 2021 – La Fondation Lantos pour les droits de l’homme et la justice a annoncé aujourd’hui qu’elle avait déposé une demande officielle auprès du Département d’État Américain et au Département du Trésor Américain recommandant des sanctions mondiales de Magnitsky contre le ministre rwandais de la Justice Johnston Busingye et le chef de l’Office Rwandais d’Investigations (RIB) Colonel Jeannot Ruhunga pour leur rôle dans les violations des droits humains commises contre Paul Rusesabagina – à savoir sa capture illégale et son enlèvement en août 2020.

Paul Rusesabagina, le héros réel du film nominé aux Oscars Hôtel Rwanda et lauréat de la Médaille présidentielle de la liberté, a été attiré au Rwanda en août dernier par un associé travaillant secrètement avec le gouvernement rwandais. Rusesabagina, citoyen belge et résident permanent des États-Unis, a critiqué ouvertement le président rwandais Paul Kagame, que les organisations de défense des droits humains, les journalistes et les décideurs ont de plus en plus qualifié de dictateur brutal. Rusesabagina avait déclaré publiquement à plusieurs reprises qu’il ne pouvait pas retourner dans son pays natal par crainte de représailles, et en août dernier, il pensait qu’il se rendait de son domicile au Texas au Burundi il envisageait de prononcer un discours. Le jet privé qu’il a embarqué après une escale à Dubaï l’a en effet transporté à Kigali, la capitale du Rwanda, où il a disparu pendant trois jours avant de réapparaître sous la garde de l’Office Rwandais d’Investigations.

Il peut parfois s’avérer difficile de constituer un dossier établissant l’implication directe et la responsabilité des représentants du gouvernement dans les violations des droits humains. Cependant, dans le cas de l’enlèvement de Paul Rusesabagina, la complicité et la responsabilité de Busingye et de Ruhunga sont limpides. Le ministre Busingye a admis lors d’une interview télévisée sur Al Jazeera en février 2021 que le gouvernement rwandais avait payé l’avion qui a transporté Rusesabagina, à son insu, à Kigali. De même, le colonel Ruhunga, en tant que chef du RIB, a non seulement supervisé l’opération d’enlèvement de Rusesabagina, mais a également été identifié dans une transcription récente de la prison comme l’une des deux personnes qui ont visité Rusesabagina lorsqu’il a été détenu au secret dans un lieu inconnu pendant les trois jours entre le moment où il a été kidnappé et lorsqu’il a été présenté menotté à Kigali.

« Pendant trop longtemps, les actions épouvantables du gouvernement rwandais sous la direction de Paul Kagame sont restées sans conséquence », a déclaré la présidente de la Fondation Lantos, le Dr Katrina Lantos Swett. « Dans ce cas, il existe des preuves sans équivoque que le ministre Busingye et le colonel Ruhunga ont violé les droits humains fondamentaux d’un héros humanitaire. Une réponse ferme des États-Unis est pleinement justifiée et rien de moins ne ferait qu’encourager le gouvernement rwandais à poursuivre ses abus. »

La pétition de la Fondation Lantos à l’État et au Trésor présente la preuve accablante que ces deux personnes peuvent et doivent être tenues pour responsables de l’enlèvement de Rusesabagina – une violation flagrante de la Convention internationale des Nations Unies pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

La pétition appelle les États-Unis à demander des comptes à Busingye et Ruhunga pour cette violation en leur imposant des sanctions de Magnitski. La communication a été simultanément transmise aux responsables du Royaume-Uni et de l’Union européenne pour examen de leurs propres sanctions respectives.

Tragiquement, Paul Rusesabagina n’est pas le premier critique du gouvernement rwandais à se trouver dans cette situation – ou pire encore. Au cours des dernières années, sous le régime du président Paul Kagame, le gouvernement rwandais a fait montre d’une tendance alarmante à soumettre ses détracteurs à une série de violations flagrantes des droits humains, notamment des disparitions forcées, des emprisonnements et des exécutions extrajudiciaires. En effet, la pétition de la Fondation Lantos comprend une pièce jointe qui détaille de nombreux exemples effrayants de ce qui est arrivé à une série d’opposants à Kagame, parmi lesquels Patrick Karegeya (assassiné en Afrique du Sud), Boniface Twagirimana (disparu de la prison rwandaise), Kizito Mihigo (mort dans la prison rwandaise) et bien d’autres. Le Rwanda se présente comme une démocratie dynamique et une réussite inspirante, mais ses efforts répétés et de plus en plus audacieux pour étouffer toute forme de dissidence reflètent l’image d’un pays qui a plongé dans un régime autoritaire.

Le Dr Lantos Swett a déclaré : « Les États-Unis ont rapidement annoncé leur intention de sanctionner les responsables biélorusses impliqués dans le détournement d’une compagnie aérienne commerciale dans le but d’arrêter un éminent dissident biélorusse. Pourtant, il y a eu étonnamment peu d’action de la part des États-Unis en termes de censure, et encore moins de responsabilisation, les individus responsables de l’enlèvement illégal de cet homme courageux : un résident permanent américain qui a reçu la plus haute distinction civile de notre pays et dont l’histoire a inspiré des millions de personnes à travers le monde. Le gouvernement américain a une opportunité importante de réparer ce tort en imposant des sanctions de Magnitski au ministre Busingye et au colonel Ruhunga. Nous devons agir maintenant – ne pas le faire pourrait envoyer le message que le gouvernement rwandais a carte blanche pour bafouer les droits de Paul Rusesabagina. Les conséquences d’un tel message pourraient être tragiques et fatales.

La Fondation Lantos a officiellement déposé sa pétition le 18 mai 2021.

À propos de la Fondation Lantos pour les droits de l’homme et la justice : La Fondation Lantos a été créée en 2008 pour perpétuer l’héritage du membre du Congrès Tom Lantos, le seul survivant de l’Holocauste jamais élu au Congrès américain et un grand champion des droits de l’homme. La Fondation travaille avec un bon nombre de partenaires et souvent en coopération avec le gouvernement américain sur des questions qui s’étendent sur le globe. Les principaux domaines d’intervention de la Fondation comprennent les questions de droits de l’homme liés à la liberté religieuse, à l’état de droit, à la liberté d’Internet et à l’activisme en la matière. La Fondation administre également le programme Lantos Congressional Fellows, soutient les défenseurs des droits humains, les activistes et les artistes par le biais de son programme de subventions Front Line Fund, et décerne le prix Lantos pour les droits de l’homme pour honorer et attirer l’attention sur les héros du mouvement des droits humains. Parmi les anciens lauréats du prix figurent entre autres, Sa Sainteté le Dalaï-Lama, le professeur Elie Wiesel, le président israélien Shimon Peres, le parlementaire irakien Vian Dakhil, le héros de « Hotel Rwanda » Paul Rusesabagina et l’activiste Hong Kongais pour la démocratie Joshua Wong.

LEAVE A REPLY