KAGAME AU MOZAMBIQUE!

Ce vendredi le 24 Septembre 2021, selon le compte tweeter de la Présidence du Rwanda, le Président Paul Kagame est arrivé à Pemba, capitale de la province de Cabo Delgado, au Mozambique, pour une visite de travail de deux jours. Le premier jour, Paul Kagame va s’entretenir avec ses hommes qui sont au Mozambique pour combattre une pseudo-insurrection djihadiste. Rappelons que le Rwanda a déployé, un contingent 1000 militaires et policiers des unités spéciales, respectivement des Forces de Défense du Rwanda (RDF) et de la Police Rwandaise (RNP). Cette intervention a été tant controversée par la communauté internationale et surtout la CAAD/SADC, car les mobiles diplomatiques ou géostratégiques plausibles manquaient. Beaucoup voient en cette mission, la main française, pour ses intérêts économiques de protéger un site gazier de TotalEnergie de plus 20 milliards d’Euros. D’autres trouvent que c’est une mission officieuse de Kigali de déstabiliser la communauté hutue refugiée au Mozambique, longtemps décriée par Kigali comme une menace pour son régime. On peut affirmer avec zéro risque de se tromper que le Rwanda est devenu, à maints égards un proxy français en Afrique. Ceci est d’ailleurs un secret de polichinelle car le président Emmanuel Macron l’a bien dévoilé lors de sa visite à Kigali quand il annonça  que la France et le Rwanda, travaillent main dans la main sur trois dossiers à savoir la République Démocratique du Congo, la Centrafrique et le Mozambique. 

Actuellement beaucoup se demandent comment une insurrection qui a pu tenir en débandade l’armée régulière mozambicaine, peu entrainée soit-elle, pendant 4 ans, s’est volatilisée dans la nature avec la seule annonce de la présence rwandaise. Parmi les scenarios plausibles, c’est que les pseudo-insurgés seraient les hommes de Kagame infiltrés de longue date, préparés pour produire l’effet, et le motif de la présence rwandaise dans cette région très riches en ressources naturelles. Un autre motif cette fois-ci, est le plan de Kagame d’exterminer ou réduire au silence les Hutus intellectuels ou riches où qu’ils soient et les opposants de sa tribu. La mort de Révocat Karemangingo ainsi que l’enlèvement du journaliste Ntamuhanga Cassien parlent d’eux-mêmes. Et le monde se tait!

RUGEMINTWAZA Erasme

2 COMMENTS

  1. Pour feu Président Habyarimana, la réussite d’un Rwandais partout où il était et peu importe son statut juridique, était une gain pour le Rwanda et il en était fier.
    Les exemples sont nombreux.
    1/ Janvier Afrika, Ex-secrétaire de la BAD a décrocher un poste prestigieux dans celle-ci avec l’appui de l’Etat Rwandais, qui non seulement a déployé des moyens dont il disposait pour soutenir sa candidature, mais a également présenté sa candidature. Sur instruction du Président Habyarimana, c’est l’Ambassadeur Nyilinkindi qui a fait le nécessaire.
    Pourtant, Janvier Afrika était en droit réfugié. En fait, il était Rwandais car détenteur d’un passeport rwandais délivré par le Rwanda à un “réfugié”. Lorsque Kagame et autres ont pris les armes contre le Rwanda, ce même Janvier Afrika, un de dirigeant de haut rang de la BAD sous le contingent de l’Etat Rwandais, a mené une campagne négative à grande échelle à l’intérieur et à l’extérieur contre le Rwanda qui l’a fait. Il a même tout fait pour faire bloquer les appuis financiers de la BAD à l’Etat Rwandais.
    2/ Kaberuka Donald, de nationalité tanzanienne, a intégré l’organisation internationale du Café siégeant à Londres avec l’appui de l’Etat Rwandais. Sur instruction du Président Habyarimana, Enoch Ruhigira, alors Directeur Général de l’OCIR Café, a fait le nécessaire et Kaberuka a décroché un job au sein d’une organisation internationale. C’est par le biais de ce poste qu’il a atterri en Côte d’Ivoire où il a appris le français. Comme Janvier Afrika, lui, aussi, il a mené une campagne négative contre le Rwanda qui l’a fait. Il avait des passeports rwandais et tanzaniens. Il n’était donc pas réfugié.
    3/ Plusieurs Batutsi de nationalités zaïroise, ougandaise etc. ont intégré les organisations internationales: ONU, Organisation de l’Unité Africaine etc. avec l’appui de l’Etat Rwandais.
    L’ambassadeur Ndagijimana JMV en poste a Addis-Abeba, pourra confirmer mes assertions car il fut instruit par le Président Habyarimana aux fins de soutien aux candidatures de ces “Batutsi Rwandais” aux postes de direction ou d’encadrement dans ces organisations
    Etant rappelé que certains étaient détenteurs des passeports rwandais. Ils ont intégré le FPR contre le Rwanda qui les a qui ils devaient ce qu’ils étaient
    Il a été même dit que lorsque Rwigemana, commandant en chef du FPR a eu son grade de Général, un des invités de marque était Habyarimana. Il était content de voir un Rwanda réussir en Ouganda
    Je ne parle pas des marches commerciaux rwandais accordés aux hommes d’Affaires Bututsi rwandais ougandais, Burundais, tanzaniens zaïrois etc. sur décision de Habyarimana, uniquement parce qu’ils étaient Rwandais même s’ils avaient les nationalités d’autres pays.
    Ces faits sont de notoriété publique.

    Inversement pour Kagame, la réussie d’un Hutu Rwandais à l’étranger est une tragédie et celui-ci devient d’office non seulement son ennemi mais également celui de son régime et du FPR. Et conséquemment, il met en oeuvre tous les moyens, peu importe le coût financier, pour le détruire physiquement y compris les membres de sa famille ou la réduire à la mendicité absolue.
    Illustrations:
    – Certains ex-hauts fonctionnaires Hutu de l’Etat Rwandais avant juillet 1994 ont pu se positionner utilement dans les organisations internationales. Lorsque Kagame en a été informé, il a ordonné ses collaborateurs d’utiliser tous les moyens pour mettre en échec les candidatures de ces Hutu Rwanda, de fabriquer les crimes à l’endroit de ceux étaient déjà en poste pour qu’ils soient renvoyés, le tout dans l’unique dessein de les réduire à la mendicité. Ceux qui avaient ou ont réussi dans les Affaires à l’étranger, Kagame a ordonné ses escadrons de la mort de faire le nécessaire. C’est ainsi que certains Hutu Rwandais ciblés ont été physiquement liquidés.
    – Ngirabatware Augusti, Docteur en économie internationale, Université de Fribourg Suisse, Major de la promotion 76, section économique, Collège Officiel de Kigali, après la prise du pouvoir par Kagame, a trouvé asile au Gabon où il a créé Ecole de management et dispensait des cours d’économie dans les Universités de ce pays. Kagame a fait fabriquer des crimes contre Ngirabatware, formé des faux témoins dont une certaine MADO (une femme de son village) et déployé une armada de moyens pour le liquider physiquement ou que le Gabon puisse le lui expédier comme un colis. Finalement Ngirabatware, par ses compétences reconnues par ses pairs, a décrocher un job à l’OCDE à Paris. Kagame, via ses officines français opérant en France, a déployé une panoplie de moyens y compris les télévisions françaises conjointement avec le TPIR, alors en fait un service public extérieur rwandais, pour que l’économiste Hutu Rwandais soit renvoyé de l’OCDE et déféré devant le TPIR ou soit physiquement liquidé. Les USA ont appuyé les méfaits de Kagame. Ils ont mis 5 millions de dollars US à la tête de Ngirabatware, vif ou mort. C’est par la volonté du Plus Haut qu’il fut arrêté vivant en Allemagne car plusieurs prédateurs du monde entier voulaient ces 5 millions de dollars US net d’impôt.
    Il en est de même des enfants Hutu nés après 1994 qui réussissent bien à l’école ou qui décrochent un bon job intéressant dans les pays qui ont accueilli leurs parents. Des millions de Rwandais ont écouté James Kabarebe devant une flopée de jeunes Tutsi Rwandais. Il les exhortait à faire tout ce qui était en leur pouvoir pour annihiler tout jeune Hutu qui émerge. Kagame n’épargne même pas les veuves de ses victimes, aussi bien Hutu que Tutsi.
    La question que les Rwandais se posent raisonnablement est la suivante: pourquoi cette viscérale de Kagame contre les Hutu?
    Il me semble utile de déconstruire les assertions colportées à grande échelle par kagame, les siens et ses divers officines selon lesquelles Habyarimana était raciste contre les Tutsi. Ce qui signifie que pour Kagame et autres, les Tutsi sont une race sui generis au Rwanda. Son ami Macron, président Français a dit que les Tutsi sont une race. Kagame n’a rien dit. Il a donc approuvé les affirmations de son ami.

LEAVE A REPLY