Rwanda : Guerre d’octobre 1990, agression extérieure, rébellion ou guerre civile ?

Débat entre Messieurs François Munyabagisha et Emmanuel Neretse 

Suite à la publication d’un article signée Emmanuel Neretse (http://www.echosdafrique.com/20180102-rwanda-justice-internationale-quand-les-superpuissances-se-tirent-une-balle-dans-le-pied), son compatriote François Munyabagisha a fait le commentaire suivant :

« Encore une bordée de lumières noires!

– de bonnes analyses ponctuées de bellicisme. Comptez le nombre de fois le mot agresseurs sort de la mine de Neretse. Ca dénote un râlant belliciste.

Je préférerais « rébellion » ou « Fpr », à « agresseurs » de la rhétorique cederiste, il y avait une juste revendication.

– de bonnes conclusions sur fond de faussetés en exergue. Le fasciste Paul Kagame et ses morpions clament haut leur volonté de juger des « criminels francais », que faut-il en dire?

1- il n’y a pas de criminels francais dans ce dossier.

2- les criminels sont Kagame, son Fpr et ses morpions.

3- un criminel n’est pas fondé de pouvoirs justiciers.

Alors, que comprendre des balivernes du regime fasciste de Kigali? (- Lumières noires de Vodavoda)

A. La diversion.

Urwanda ruratera ntiruterwa. Pour ne pas être accusé, Kagame accusa la Communauté Inter (virtuelle institution), de l’avoir laissé provoquer, instrumentaliser voir commettre un génocide.  Ce faisant il fit oublier au moins deux autres à son compte, toujours en cours: génocides hutu et intellectuels. Il accusa également la France pour distraire la relève de la justice internationale (unilatérale ou multilatérale), et prolonger l’encrassage de la mémoire historique des jeunes rwandais.

B. La folie.

Il se dit du renard qu’il est intelligent, rusé qu’il est. Mais la ruse habille une stupidité idiote. Le rusé qui se croit intelligent étire entre ses deux mains une élastique trempée dans une solution acide. Personne n’est intelligent et dupe. Kagame n’a d’amis que des individus. Ses parrains Bill C, Blair T et Anan K le protègent pour se protéger. Bientôt l’élastique brisera, la lumière jaillira et les États voudront tourner la page d’erreurs de malheureux complices d’un fasciste blanchi.

Ps: aimez ou n’aimez pas Kagame, mais de grace respectez l’intelligent et ne le dégradez pas le traitant de « dictateur ».

Best regards  /  Tout.pour le meilleur / Imhagarike!

Francois M-gisha

Diapason conseil

www.diapasonconseil.ca

Réponse d’Emmanuel Neretse 
Monsieur François Munyabagisha,
Dans votre réaction et commentaires sur l’article de Neretse publié le 21 janvier 2018[ http://www.echosdafrique.com/20180102-rwanda-justice-internationale-quand-les-superpuissances-se-tirent-une-balle-dans-le-pied  ]vous semblez douter et même renier que cette l’attaque menée par les ensellements tutsi de l’armée régulière de ‘Ouganda sur le Rwanda le 01 octobre 1990 soit une agression militaire. Vous  qualifiez même celui qui en parle ainsi de « belliciste ». Pourtant cette attaque avait toutes les caractéristiques devant la classer parmi les actes d’agression selon le Droit International et le Droit de la Guerre. En se limitant sur la définition de ce qu’est une agression militaire telle qu’elle a été donnée par l’ONU, il n’y a aucun doute que le Rwanda fut victime d’une agression de la part de l’armée ou des éléments armés venus  d’Ouganda en octobre 1990.

 

Résolution 3314 de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la définition de l’agression

|New York (États-Unis) | 14 décembre 1974:
Article 3:
a) L’invasion ou l’attaque du territoire d’un État par les forces armées d’un autre État, ou toute occupation militaire, même temporaire, résultant d’une telle invasion ou d’une telle attaque, ou toute annexion par l’emploi de la force du territoire ou d’une partie du territoire d’un autre État ;
[…]
g) L’envoi par un État ou en son nom de bandes ou de groupes armés, de forces irrégulières ou de mercenaires qui se livrent à des actes de force armée contre un autre État d’une gravité telle qu’ils équivalent aux actes énumérés ci-dessus, ou le fait de s’engager d’une manière substantielle dans une telle action.
Ainsi donc, Monsieur Munyabagisha, quelles que soient les raisons de l’attaque des INyenzi- Inkontanti, FPR, Éléments tutsi de la NRA l’armée régulière ougandaise…. ( appelez-les comme vous voulez) ils étaient des agresseurs, car tout attaquant a toujours ses raisons que certains trouveront justifiées d’autres pas, raison pour laquelle ce ne sont pas les motifs allégués  qui sont prises en compte pour qualifier une attaque « d’agression ».
Faire un tel constat n’a rien à voir avec le fait d’être belliciste.
Salut

 

source:Tribune Franco-Rwandais

Loading...

LEAVE A REPLY