Rwanda/Révision constitutionnelle en vue: Seul le recours à la force comme moyen d'alternance s'ouvre aux forces de changement

Art. 101 al.2 de la constitution: »En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels ». Ceci signifie que dans sa vie, aucun Rwandais ne peut exercer plus de deux mandats, qu’ils soient successifs ou pas. Ce qui exclue le scénario Poutine-Medvedev au Rwanda pour quelqu’in qui a déjà fait deux mandats.

Par ailleurs, il est clair que la lettre et l’esprit du constituant de 2003 était de favoriser l’alternance au pouvoir au Rwanda, de sorte qu’il devient impossible de changer cet alnéa 2 de l’article 101 sans nullité absolue de la constitution elle-même, ce qui est carrément un « coup  » fatal fait à la constitution, ce que j’ai appelé dès samedi en Kinyarwanda « kwiba ingoma » ou « kugandagura itegekonshinga »dans les discussions avec Olivier NDUHUNGIREHE, numéro 2 de l’ambassade du Rwanda à l’ONU, le Prof. Charles KAMBANDA et autres.

Une autre conséquence est qu’en cas de révision constitutionnelle de l’article 101 malgré la lettre et l’esprit de la constitution, les Rwandais n’auront plus que le recours à la force contre le nouveau monarc-Président installé puisque l’alternance sera impossible sans sa bonne volonté (plus de contrainte constitutionnelle) vu le trucage des élections dont le régime a fait un sport national. Espérons que la voie de la raison va inspirer les autorités pour ne pas plonger le Rwanda dans un futur aussi incertain. Sinon, l’histoire retiendra leur responsabilité.

Me Innocent Twagiramungu

Loading...